Publié dans Société

Accident de la route - Les conducteurs de la ligne B47 formés

Publié le mardi, 05 octobre 2021

La non-maîtrise du Code de la route, la négligence ainsi que la fatigue figurent parmi les causes des accidents de la circulation. Afin de remédier à cette situation, l'Agence des transports terrestres (ATT), la Direction générale de la sécurité routière (DGSR) et le Comité des entreprises d'assurances à Madagascar se sont donné la main pour mettre en place une opération de prévention et de suivi des transports terrestres.

Pour cette première étape, les conducteurs issus de la coopérative KOMPIAMA, à laquelle appartient la ligne B47 reliant Fianarantsoa et Antananarivo, ont reçu une formation. Celle-ci est axée sur les comportements dignes d'un conducteur professionnel, les rappels sur le Code de la route ainsi que les différentes raisons qui engendrent les accidents de la circulation. Après cette formation, un suivi sera effectué régulièrement afin de scruter de près les attitudes des conducteurs au sein de cette coopérative.

Selon une information recueillie auprès de la DGSR, il s'agit d'une première étape dans le cadre de la formation des conducteurs puisque le projet se poursuivra au sein des autres coopératives. En rappel, la licence pour la ligne B47 reliant Antananarivo et Fianarantsoa a été suspendue. En conséquence, tous les véhicules appartenant à cette ligne ne pourront plus exercer jusqu'à la levée de la sanction. Cette sanction a été appliquée dans l'immédiat et a déjà été transmise à tous les départements exerçant dans le domaine du transport, comme l'Agence des transports terrestres (ATT) de la Région de Haute-Matsiatra, les différentes coopératives ainsi que les responsables locaux.

Cette mesure a été prise suite à une collision entre un taxi-brousse de la coopérative KOMPIAMA et un camion semi-remorque, survenue le 25 septembre dernier à Anteza, dans le District d'Ambohimahasoa.

Anatra R.

Fil infos

  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • 10 août, une aubaine… 
    Le pays rendra hommage aux victimes de la tuerie de Mandrimena (Andoharanofotsy) demain. En effet, le 10 août 1991, des dizaines voire des centaines, certains avancent même des milliers de concitoyens, ont été abattus de sang-froid par des éléments de la Garde présidentielle, à l’époque de l’Amiral Didier Ratsiraka, sur le terrain vague de Mandrimena, entre Andoharanofotsy et Iavoloha.Les dirigeants de la lutte populaire issus du « Hery velona Rasalama » conduits par feus Zafy Albert et Andriamanjato Richard décidèrent sur la place du 13 Mai, ce 10 août 1991, d’aller avec des milliers de manifestants rejoindre le Palais d’Iavoloha pour entamer une concertation directe avec le maitre des lieux à savoir Didier Ratsiraka, Président de la République démocratique, et ce afin de dénouer la crise qui a trop duré dans le cadre d’un dialogue direct. Seulement, l’affaire a mal tourné. Les éléments d’élite de la GRP, survolant par hélico,…

A bout portant

AutoDiff