Publié dans Société

Vaccin anti-Covid-19 - La nécessité de la troisième dose reconnue mondialement !

Publié le jeudi, 07 octobre 2021

L'immunité offerte par le vaccin semble diminuer progressivement avec le temps. Des études réalisées en Israël, pays pionnier de la vaccination, ont confirmé que l'efficacité de la vaccination baisse progressivement à partir du sixième mois suivant la deuxième injection. Une raison qui a amené la Haute autorité de santé (HAS), chargée de proposer une stratégie vaccinale au Gouvernement français, à recommander d'étendre le rappel, jusqu'ici réservé aux plus de 65 ans, à tous les personnels de santé et à l'entourage des personnes immunodéprimées en France.

Et même, l'Agence européenne du médicament a également approuvé l'élargissement de la troisième dose de vaccin contre la Covid-19 aux plus de 18 ans le 4 octobre dernier. Aux Etats-Unis, cette troisième injection de rappel est également lancée plus précisément à l'endroit des personnes âgées, fragiles et exposées (soignants, prisonniers, etc.). Il faut savoir que la campagne d'Israël en faveur d'une troisième dose de vaccin anti-Covid-19 a permis d'atténuer les effets de la nouvelle vague de contamination, suggèrent des premières données et des experts. Notons que le projet « Our World in Data » a indiqué qu'au 1er octobre dernier, environ 30 millions de doses de rappel avaient été administrées dans le monde, dans au moins 16 pays, dont 11 millions de doses en Turquie, 4,4 millions aux Etats-Unis et environ 3,5 millions en Israël et au Chili.

Toutefois, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) n'est pas favorable à la troisième dose de vaccin. « Tant que la couverture vaccinale dans le monde n'a pas progressé, notamment dans les pays en difficulté économique, cette injection de rappel n'est pas primordiale. Pour l'instant, nous ne souhaitons pas voir une utilisation généralisée des doses de rappel pour les personnes en bonne santé qui sont entièrement vaccinées », a déclaré le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, le 8 septembre dernier.

Particulièrement à Madagascar, même si aucune information sur l'évolution de la campagne de vaccination n'est plus partagée, les dernières données remontant au 27 septembre dernier, a précisé que pour la Région d'Analamanga par exemple, 70 % des vaccins AstraZeneca destinés à la deuxième dose et près de 57 000 injections de Janssen ont été utilisés. Et qu'après les 250 000 doses de Covishield, 243 000 doses d'AstraZeneca, 342 400 doses de vaccin Janssen, et dernièrement un lot de 300 000 doses de vaccin Sinopharm, une cargaison de millions de doses sera réceptionnée sur le territoire malagasy.

« Si l'épidémie évolue, il y aura toujours de nouveaux variants. En ce qui concerne donc le vaccin, pour renforcer ou prolonger l'immunité, il serait toujours nécessaire de procéder à un ou plusieurs rappels, soit une ou deux voire trois injections. C'est une évidence scientifique et plusieurs études l'ont confirmé », a indiqué un Professeur exerçant dans un hôpital public à Antananarivo. Malheureusement, la Direction du Programme de vaccination élargie auprès du ministère de la Santé publique demeure inaccessible pour mettre à jour les statistiques s'y rapportant.

Recueillis par K.R.

Fil infos

  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !
  • Inondations des plaines d’Antananarivo - 53,2 milliards d’ariary investis en 2017-2020
  • Montée des eaux à Antananarivo - Les remblayages illicites pointés du doigt
  • Décès du Général de corps d’armée Herilanto Raveloharison - La République perd un grand serviteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un front de trop !
    Alors que les dirigeants du pays s’affairent à affronter l’urgence sanitaire et l’urgence de la reforestation, deux urgences nationales, voilà qu’une troisième urgence nationale pointe son nez : la montée des eaux. Bref, le régime se trouve en face de trois fronts de guerre qu’il faille attaquer en simultané. Evidemment, il faut avoir la tête posée et les reins solides. En somme, c’est l’avantage pour un pays d’avoir un dirigeant jeune en pleine possession de ses facultés intellectuelles et physiques.

A bout portant

AutoDiff