Publié dans Société

Réouverture de « Zaimaika » - Nouveau look, nouveaux challenges pour les gargotiers

Publié le mardi, 16 novembre 2021

Fermée à cause de l’effondrement de sa toiture. La restauration rapide « Zaimaika » est entièrement rénovée, après près de 2 ans de travaux. La modernisation des lieux, suivant les normes, requiert de nombreux challenges que les gargotiers comptent relever. Ils ont d’ailleurs bénéficié des sessions de formation sur les comportements à adopter et les changements à opérer pour mieux répondre aux attentes de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) mais surtout des clients.  

58 gargotiers pourront prochainement rouvrir leurs box, sur les 64 qui ont occupé les lieux avant la fermeture de cette galerie installée en plein centre -ville. Le cas des 6 gargotiers restants est actuellement en cours de régularisation, selon les informations recueillies. Soit ils n’ont pas complété les dossiers ou n’ont pas suivi les normes requises, soit ils n’ont pas suivi les sessions de formation dispensées par la CUA. Cependant, d’autres gargotiers sont déjà en lice pour occuper les lieux, à en croire les anciens locataires. Ces derniers occuperont le rez-de-chaussée de la galerie, comptant une soixantaine de box de 1,50 m2 de chaque. Le loyer mensuel de chaque box sera désormais de 60 000 ariary, contre 45 000 ariary avant sa fermeture. Le premier étage va, quant à lui, servir de « food court » et intégrera d’autres opérateurs de la restauration. « Nous sollicitons les responsables auprès de la Commune à accepter que nos box puissent accueillir des clients assis et non debouts. Ils seront plus à l’aise et pourront se restaurer sereinement », lance Joséphine Raharimalala, l’une des gargotiers qui étaient sur place, lors de notre descente d’hier.

Des changements s’imposent

Le respect de l’hygiène et de la propreté auprès de « Zaimaika » sera strict. « Des agents et divers responsables se chargeront spécifiquement des contrôles sanitaires », avance Norbert Rabemaromanana, adjoint au délégué de ladite galerie de restauration rapide. D’ailleurs, les gargotiers ont déjà été formés à ce sujet, depuis la façon de laver les légumes et la cuisson des viandes jusqu’à la nécessité de porter des tenues adéquates, dont les tabliers et les couvre-chefs pour les cuisiniers. « Des ustensiles et équipements adéquats nous sont exigés, tout comme le respect de l’hygiène corporelle de chaque employé mais aussi des aliments préparés. De plus, les plats devront être analysés à Tsaralalàna avant toute vente. Aussi, toutes les personnes en activité auprès de cet établissement devraient passer à une visite médicale », affirme Rasoarilala, gargotière formée. Enfreindre à l’un de ces exigences et règlements inscrits dans le cahier des charges pourrait entraîner l’exclusion du gargotier.

Parmi les challenges figurent par ailleurs l’adoption d’un barème de prix des plats proposés. Au lieu de 1 000 ariary auparavant, le prix minimum d’un plat est prévu à 2 000 ariary. Toutefois, la qualité sera priorisée, tout comme l’hygiène. Dans tous les cas, les locataires de « Zaimaika » sont disposés à relever ces défis, dans un environnement plus accueillant.

Réalisé par Patricia Ramavonirina

Photos : E.F.

Fil infos

  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !
  • Inondations des plaines d’Antananarivo - 53,2 milliards d’ariary investis en 2017-2020
  • Montée des eaux à Antananarivo - Les remblayages illicites pointés du doigt
  • Décès du Général de corps d’armée Herilanto Raveloharison - La République perd un grand serviteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un front de trop !
    Alors que les dirigeants du pays s’affairent à affronter l’urgence sanitaire et l’urgence de la reforestation, deux urgences nationales, voilà qu’une troisième urgence nationale pointe son nez : la montée des eaux. Bref, le régime se trouve en face de trois fronts de guerre qu’il faille attaquer en simultané. Evidemment, il faut avoir la tête posée et les reins solides. En somme, c’est l’avantage pour un pays d’avoir un dirigeant jeune en pleine possession de ses facultés intellectuelles et physiques.

A bout portant

AutoDiff