Publié dans Société

Rentrée scolaire - Les cours par alternance adoptés à l’unanimité

Publié le lundi, 17 janvier 2022

Parmi les mesures spécifiques et organisations adoptées. La rentrée scolaire du 3ème bimestre de cette année s’est tenue hier pour les établissements des 8 Régions concernées par son report. Il s’agit, rappelons-le, des Régions d’Analamanga, Vakinankaratra, Atsimo- Atsinanana, Atsimo-Andrefana, Matsiatra-Ambony, Anosy et Diana. La Région de Boeny a également pris la décision de reporter la reprise des cours à cause de la situation inquiétante liée à la Covid 19. 

Pour le premier jour de la rentrée, la plupart des établissements publics et privés ont informé les élèves et les parents sur la tenue des cours par alternance. « Les élèves ayant un numéro impair suivront les cours dans la matinée et ceux avec un numéro pair dans l’après-midi. Leurs tours s’interchangeront la semaine prochaine », avance le proviseur du Lycée moderne d’Ampefiloha. Cette organisation est également adoptée par le Lycée J.-J. Rabearivelo. Pour d’autres établissements privés, un groupe d’élèves suivent les cours chaque lundi et mercredi et l’autre chaque mardi et jeudi. L’objectif de l’alternance étant de respecter la distanciation sociale d’un mètre.

Par ailleurs, la reprise des cours s’est démarquée par le respect strict des gestes barrières, notamment le port obligatoire du masque et le lavage fréquent des mains avec du savon ou du gel désinfectant. D’ailleurs, les établissements ont renforcé les dispositifs de lavage des mains dans leurs enceintes, outre le gel hydroalcoolique mis en place dans chaque classe.

De nombreux absents

« Sur les 612 inscrits, environ 30 % de nos élèves ont raté le premier jour de la reprise des cours », nous confie Jean René Randriaelimanana, directeur de l’Ecole primaire publique (EPP) de Volosarika Ambanidia, dans la Circonscription scolaire d’Antananarivo-ville. Ce taux d’absentéisme élevé pourrait s’expliquer par la réticence des parents d’élèves à envoyer leurs enfants en classe en cette période de pleine pandémie, selon les informations recueillies. D’autres parents y sont venus pour aviser sur les maladies de leurs enfants. Raison pour laquelle ils préfèrent les garder chez eux le temps d’aller mieux. 

Cette absence assez remarquable a également été constatée dans un collège privé sis à Manakambahiny, où chaque classe de 30 élèves enregistre entre 5 à 10 absents. « Outre la peur de certains parents, d’autres hésitent à renvoyer leurs enfants en classe faute de paiement d’écolage pour ce mois de janvier. Pourtant, nous les avons rassuré que la régularisation de ces frais de scolarité pourrait se faire petit à petit », avance le responsable de cet établissement privé. 

Bon nombre d’établissements se sont déjà préparés à un éventuel taux d’absentéisme conséquent, en élaborant des fascicules et polycopies de leçons et exercices que les élèves pourront faire chez eux. Le ministère de tutelle a, quant à lui, élaboré des livrets d’auto-apprentissage pour toutes les classes. Pour l’enseignement à distance, des versions téléchargeables sont également disponibles sur son site web.

Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Transport aérien - Madagascar Airlines renforce sa flotte avec un Embraer neuf 
  • Douane - Les trafics de matières nucléaires à la loupe
  • Ministre Tinoka Roberto - De l’huile sur le feu de la déception
  • Christine Razanamahasoa - Coup de couteau dans le dos de Rajoelina
  • Développement - « Madagascar peut dépasser ses voisins africains » selon la Banque mondiale
  • Forfait de Madagascar aux jeux de la CJSOI - Que les responsables soient sanctionnés !
  • Hajo Andrianainarivelo - «  L'une des mesures phares pour Madagascar, c'est d'établir une bonne gouvernance ! »
  • Drogue dure - La méthamphétamine s'achète à 150 000 ariary le gramme
  • Coupures incessantes de l’électricité - Les usagers de la JIRAMA se rebellent !
  • Grève du personnel du Sénat - L'adoption du projet de loi des Finances reportée
Pub droite 1

Editorial

  • Quid du sort de l’environnement !
    Le pays se dégrade. Un constat amer pour tout citoyen jaloux de l’avenir de la Nation. A en croire l’article dûment élaboré par notre confrère tout récemment « Destruction de l’environnement » (vendredi 2 décembre), la machine environnementale de la Grande île tourne à la vitesse marche arrière. Un article qui se doit vivement d’interpeller tous les acteurs de développement du pays dont entre autres les autorités publiques, les élus, la Société civile, les mouvements associatifs, les lanceurs d’information, les simples citoyens, la communauté de base, etc.

A bout portant

AutoDiff