Publié dans Société

Meurtre à Ivandry - Les enquêteurs procèdent à la reconstitution des faits

Publié le mercredi, 19 janvier 2022

L’enquête sur le meurtre de Junot Ramananarivo (35 ans), progresse. Hier, les Forces de l’ordre ont procédé à la reconstitution des faits, naturellement avec la présence du suspect lui-même, en l’occurrence L.Loïc, le ressortissant français avec lequel la victime s’est disputée à propos d’une dette, quelques minutes avant le drame. “Actuellement, nous sommes toujours en pleine investigation, à l’instar bien sûr de cette reconstitution des faits. Ce qui fait qu’il n’y a pas grand-chose à dire, du moins jusqu’au dénouement de l’enquête”, précise une source auprès de la brigade criminelle à Anosy. En attendant, le suspect devra donc croupir encore dans sa cellule de détention policière à la B.C, du moins jusqu’au terme de l’enquête préliminaire. 

Pour l’heure, un grand flou persiste sur les circonstances du meurtre. Mais il existe une certitude. Ce dimanche 17 janvier 2022, dans l’après-midi, Junot devrait rencontrer le Français qui devrait lui honorer une dette, soit la bagatelle de 600 millions d’ariary. Il s’agit de l’argent de transaction de girofle et de vanille. Mais là, les versions concernant le déroulement de l’assassinat de Junot divergent. L’une a avancé que le rendez-vous entre les deux hommes aurait eu lieu au domicile du patron d’entreprise français où ce dernier a éliminé l’homme d’affaires malagasy d’un coup de poignard. Une autre a affirmé qu’ils s’étaient rencontrés à bord d’un 4x4. Mais là aussi, on ne sait exactement à qui d’entre eux appartient cette voiture.

Le témoignage du bodyguard

Jusqu’à preuve du contraire, seul donc le témoignage du garde du corps de la victime, d’ailleurs la seule personne qui a vu et conversé la dernière fois avec Junot, semble être le plus explicite. Dans une narration quasi-chronologique des faits par le bodyguard, celui-ci raconte un changement, de dernier moment, de l’endroit où le rendez-vous entre les deux hommes, finalement fixé à Ivandry, dimanche dernier. En effet, ce même témoin raconte, du début jusqu’à la fin, l’issue tragique de la rencontre entre son patron et le Français. Il explique que Junot lui avait donné l’ordre de le rejoindre près de la station Jovena à Ivandry, en vue de son entrevue avec son interlocuteur. “Je ne savais pas qui il devra rencontrer. Mais à peine ai-je pu garer ma moto, voilà qu’il s’amenait déjà au volant de sa voiture pour reprendre aussitôt la route. Junot m’a indiqué un chemin ou plutôt un couloir situé un peu plus à gauche d’une boutique du quartier. Au fond de ce couloir, j’ai vu une Kia beige. Par la suite, j’ai barré l’accès au chemin en tournant le dos à ces véhicules se trouvant à l’autre bout du chemin. Là, je n’ai toujours pas su qui a parlé avec Junot”, continue-t-il. 

Mais 7 minutes après, l’homme d’affaires malagasy a appelé son garde pour lui dire que tout va bien, et que ce dernier devra s’éloigner du secteur de cette boutique. “Mais 45 ou 50 minutes après, je l’ai entendu hurler et m’appeler à son secours. Lorsque je l’ai vu, Junot était déjà tout en sang, presque sur l’ensemble du corps. C’était seulement là qu’il m’a dit qu’il s’agit de Loïc ! J’ai vu qu’un morceau de métal était resté planté dans son plexus. J’ai dégainé mon arme de service. Pendant cela, le malheureux s’effondrait sur le dos, la tête en premier, tout en retirant vivement l’objet tranchant de sa plaie alors que je lui ai conseillé de ne pas le faire”, renchérit notre interlocuteur.

Pendant que la victime a agonisé, le suspect Français a été arrêté par le garde du corps de Junot. 

Franck R.

Fil infos

  • Coopération - Des émissaires de la JICA à Ambohitsorohitra
  • Révélation au procès de Mbola Rajaonah - L’Etat spolié de 125 milliards d’ariary
  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Le jeune prodige !
    Phénomène Oboy ! Quart de siècle tapant, Oboy séduit mieux encore et enivre les jeunes. A travers ses textes et de par son style, Oboy est unique en son genre. Succès phénoménal en France et sur le plan international, le jeune prodige force l’admiration mais également suscite la jalousie ! En effet, Oboy fait des jaloux même dans son propre pays, Madagasikara. Son tout récent passage à Tanà explose l’enthousiasme et déchaine les fantasmes dans tous ses états. Oboy a fait vibrer le mythique Palais des sports et de la culture de Mahamasina.D’un parcours atypique, le jeune prodige gravite et entre, sans coup férir, dans la cour des grands. Né le 6 janvier 1997 à Madagasikara, Mihaja Ramiarinarivo de son nom d’Etat civil, Oboy grandit à Val-de-Marne, plus précisément à Villeneuve-Saint-Georges. Il se lance dans le rap, cette danse urbaine moderne en 2015, à l’âge de 18 ans. Très vite,…

A bout portant

AutoDiff