Publié dans Société

Sites d'hébergement des sinistrés - Des cas de Covid-19 commencent à être identifiés !

Publié le mardi, 25 janvier 2022

La montée des eaux, ayant engendré des milliers de sinistrés dans presque toute la Grande île, ne freine en rien la propagation de la Covid-19. Au contraire, les opérations de sauvetage et leur prise en charge dans des endroits particuliers empirent la situation épidémiologique liée au coronavirus. Même si aucun chiffre n'a été révélé jusqu'à ce jour, les personnels médicaux mobilisés auprès de ces sites d'hébergement des sinistrés dans la Capitale effectuent régulièrement des dépistages Covid-19 après la détection de symptômes et dont les résultats se sont révélés positifs. Un responsable auprès du ministère de la Santé publique  a également confirmé hier que des cas positifs y sont effectivement recensés. 

«  La découverte de ces nouveaux cas de contamination au coronavirus a été prévisible. Mais aussitôt  détectés, les individus infectés sont immédiatement traités. Les cas simples ont été pris en charge dans une autre salle d'isolement tandis que  ceux qui sont  assez complexes ont éte transférés auprès du Centre de traitement Covid-19 (CTC-19) au Village Voara Andohatapenaka où des zones ont été particulièrement mises à disposition pour les recevoir », a avancé ce responsable.

Avec les dispositifs de soins gratuits dans presque la soixantaine de sites d’hébergement, la plupart des sinistrés testés positifs y sont placés en quarantaine et surveillés en même temps. Chaque site a été aménagé pour créer un espace d'isolement en cas de découverte de patients contaminés par la Covid-19.

Rappelons que face aux importants risques de développement et propagation des maladies, le ministère de la Santé publique, avec ses partenaires, ont mis en place des offres de soins gratuits auprès des sites d'hébergement des sinistrés. Toutes les personnes malades durant leur séjour bénéficient des programmes de vaccination, de dépistage et de planning familial ainsi que des actions de  prévention et traitement des maladies transmissibles, notamment les maladies infectieuses. Les groupes de sinistrés reconnus comme particulièrement vulnérables profitent également de soins gratuits incluant le dépistage, le diagnostic et toute autre méthode de prévention des maladies. A cela s’ajoutent la préparation aux accouchements et la surveillance de la grossesse pour les femmes enceintes. En parallèle, des services de santé dédiés aux enfants en dessous d’un âge défini ainsi qu'un ensemble de services pour les personnes âgées sont spécialement offerts.

K.R. 

Fil infos

  • Coopération - Des émissaires de la JICA à Ambohitsorohitra
  • Révélation au procès de Mbola Rajaonah - L’Etat spolié de 125 milliards d’ariary
  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Le jeune prodige !
    Phénomène Oboy ! Quart de siècle tapant, Oboy séduit mieux encore et enivre les jeunes. A travers ses textes et de par son style, Oboy est unique en son genre. Succès phénoménal en France et sur le plan international, le jeune prodige force l’admiration mais également suscite la jalousie ! En effet, Oboy fait des jaloux même dans son propre pays, Madagasikara. Son tout récent passage à Tanà explose l’enthousiasme et déchaine les fantasmes dans tous ses états. Oboy a fait vibrer le mythique Palais des sports et de la culture de Mahamasina.D’un parcours atypique, le jeune prodige gravite et entre, sans coup férir, dans la cour des grands. Né le 6 janvier 1997 à Madagasikara, Mihaja Ramiarinarivo de son nom d’Etat civil, Oboy grandit à Val-de-Marne, plus précisément à Villeneuve-Saint-Georges. Il se lance dans le rap, cette danse urbaine moderne en 2015, à l’âge de 18 ans. Très vite,…

A bout portant

AutoDiff