Publié dans Société

Découverte du corps d’un enfant - Des mineurs parmi ses geôliers

Publié le mardi, 14 juin 2022

Annoncé pour hier, le déferrement des 5 personnes impliquées dans le meurtre du petit Tafita Sarobidy Randriamanantsoa (11 ans) mercredi dernier à Ambatofotsy Sabotsy Namehana, a dû être reporté ce jour. En cause, l’affaire, après l’audition des suspects, a dû passer en instruction. De fait, le Parquet d’Anosy, qui est saisi de l’affaire, a dû reporter pour aujourd’hui encore l’annonce de la décision de la Justice sur le déferrement des incriminés.

Autre motif de ce report, des mineurs, tout comme la victime, figurent dans la liste des suspects. Ce qui veut dire qu’il faudra également saisir le juge des enfants. Tout cela veut dire aussi que les suspects voient leur période de garde à vue être momentanément prolongée, du moins pour la nuit du mardi dernier.

Identifié, le suspect principal prénommé T. est capable du pire, selon de nombreux villageois. L’homme qui emploie presque une frange des habitants dans sa briqueterie, leur inspire vraiment la terreur. “Depuis longtemps, personne n’a osé le dénoncer de crainte de perdre son emploi”, déclare sans ambages un membre de la famille de la victime. Aucun n’a pas osé témoigner contre lui alors que beaucoup de ces membres du fokonolona ont affirmé avoir vu T. et une poignée de ses employés agir dans la barbarie envers le gosse.

Mais revenons sur la scène de violence et d’atrocités subies par le petit Tafita Sarobidy Randriamanantsoa. Là, ce sont ses proches dont sa mère qui témoignent. Vers 7h30 du matin mercredi, le garçon a quitté son foyer pour n’y jamais revenir. “Sarobidy, en jouant sur un lopin appartenant à T., avait arraché par mégarde un plant de rongony. T. avait interrogé le garçon pourquoi a-t-il agi ainsi et c’était le signal de départ aux supplices voire à la torture, qui a d’ailleurs conduit à la mort du malheureux”, continue notre interlocuteur.

Car lorsque ses tortionnaires ont capturé l’enfant, T. l’a fait attacher au pied d’un arbre dans l’objectif de le défoncer par son taureau, plutôt connu pour sa férocité. Comme l’animal ne s’est pas montré coopératif, ses geôliers ont changé de stratégie pour l’attacher à l’arrière d’un camion, qui a tracté la victime sur quelques mètres, avant que T. n’ordonne finalement ses hommes de main à jeter la victime dans le poids lourd, qui prenait une destination inconnue. Le lendemain de ces terribles faits, lorsque la maman de Sarobidy a demandé à T. où il a mis son gosse, ce dernier a répondu qu’elle aille le rechercher ailleurs, cet enfant terrible. Affaire à suivre.

Franck R.

 

Fil infos

  • Affaire Ketakandriana Rafitoson/GEL - Immixtion étrangère au parfum de litchi 
  • Série d’inaugurations - Le Président de la République gâte Manakara
  • Anisha - Séjour compromis en France 
  • Antoko Hiaraka Isika - Les citoyens sensibilisés à s’inscrire sur la liste électorale à Manjakandriana 
  • Les actus en bref
  • Partenariat public-privé - Pharmalagasy intéresse les Egyptiens
  • Dénonciation calomnieuse et dénigrement - Plainte contre la responsable de Transparency Madagascar
  • Pêche et aquaculture artisanales - Importance reconnue
  • JIRAMA - Les ingérences du ministère dénoncées par l’intersyndicale
  • Lancement de la campagne de litchi - Première soirée sur les chapeaux de roues

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Brillante étoile !
    Anisha a remporté la manche. Ce samedi 26 novembre lors de la finale de la Xème saison de la « Star Academy 22 », la Malagasy Anisha a dominé et survolé la partie. D’une voix exceptionnelle, d’une prouesse extraordinaire, elle a envoûté le public. Artistes de renom d’ici ou d’ailleurs reconnaissent d’une seule voix qu’Anisha dispose en elle un immense talent. L’ensemble de la diaspora malagasy établie en France se donne le cœur et la main pour la soutenir jusqu’à la fin. Louis, Enola et Léa, les autres finalistes ce samedi soir, n’ont pu rien faire.

A bout portant

AutoDiff