Publié dans Société

Badoda et consorts - 4 jeunes de la bande en prison

Publié le vendredi, 17 juin 2022


Ils étaient si fiers et surtout trop arrogants ! Ils, ce sont ces six jeunes hommes ayant posté une vidéo les montrant dans un geste turbulent et en train de proférer des menaces de mort, le tout arrosé d’une guirlande de gros mots à l’endroit d’un gang ennemi, selon des sources. Hier, les concernés dont le chef est surnommé Badoda ont été déférés au Parquet d’Anosy. Le verdict tombe : quatre d’entre eux ont été placés sous mandat de dépôt à la maison centrale d’Antanimora pour justement menace de mort et insulte en public. Seuls deux autres ont alors obtenu une liberté provisoire. En cause : ces derniers sont encore mineurs, selon une source policière.
Cette vidéo a été largement partagée sur Facebook au cours de la semaine dernière, et même avant. L’affaire n’a pas échappé au service de la cybercriminalité de la Police à Anosy. Il s’est ensuivi alors un appel à témoins, relayé par le public mais surtout aussi les internautes, histoire de retrouver les traces des concernés. Mercredi dernier, les hommes du Service de l’information, de contact et des relations avec les institutions (SICRI) d’Anosy ont finalement réussi à remonter la filière du côté d’Itaosy.
Ainsi, les membres de cette bande ont été alors arrêtés les uns après les autres et ce, jusque dans leurs foyers respectifs à travers la vaste localité d’Itaosy, alors que les concernés auraient crû n’être nullement inquiétés. Si leur sort a été donc fixé, celui de Marc Tatandraza, le prédicateur supposé, et qui venait de faire le même objet de poursuite est encore incertain. Frappé d’un mandat d’arrêt également pour menace de mort, comme le public a pu le voir récemment sur la page Facebook de la Gendarmerie nationale, Marc Tatandraza court toujours.
Récemment, il s’est publiquement exprimé sur Facebook sur ce point. Et comme dans une sorte de clin d’œil aux Forces de l’ordre, comme quoi il est innocent et qu’il rejoindra aussitôt le ciel, si jamais celles-ci vont parvenir à l’épingler. L’homme, dans ses excuses, se défendait comme quoi cette vidéo est déjà vieille de 4 ans, donc n’est plus d’actualité. Mais on ignore justement comment cette même vidéo a été de nouveau relancée pour être postée sur les réseaux sociaux, il y a à peine trois jours de cela et dans laquelle on peut voir M. Tatandraza, un grand sabre à la main, s’adresser avec véhémence et d’un ton menaçant à une personnalité de la place.
F.R

Fil infos

  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • 10 août, une aubaine… 
    Le pays rendra hommage aux victimes de la tuerie de Mandrimena (Andoharanofotsy) demain. En effet, le 10 août 1991, des dizaines voire des centaines, certains avancent même des milliers de concitoyens, ont été abattus de sang-froid par des éléments de la Garde présidentielle, à l’époque de l’Amiral Didier Ratsiraka, sur le terrain vague de Mandrimena, entre Andoharanofotsy et Iavoloha.Les dirigeants de la lutte populaire issus du « Hery velona Rasalama » conduits par feus Zafy Albert et Andriamanjato Richard décidèrent sur la place du 13 Mai, ce 10 août 1991, d’aller avec des milliers de manifestants rejoindre le Palais d’Iavoloha pour entamer une concertation directe avec le maitre des lieux à savoir Didier Ratsiraka, Président de la République démocratique, et ce afin de dénouer la crise qui a trop duré dans le cadre d’un dialogue direct. Seulement, l’affaire a mal tourné. Les éléments d’élite de la GRP, survolant par hélico,…

A bout portant

AutoDiff