Publié dans Société

Intempéries - La suspension provisoire des cours s’élargit 

Publié le lundi, 23 janvier 2023



Une vingtaine de Circonscriptions scolaires (CISCO) concernées. Après celle de Boeny, d’autres Directions régionales de l’éducation (DREN) et CISCO notamment dans la partie Nord-ouest et les hautes terres centrales de Madagascar ont pris l’initiative de suspendre temporairement les cours à cause des intempéries. C’est le cas des CISCO d’Antananarivo ville ainsi que celle d’Avaradrano et celle d’Atsimondrano, où les élèves dans le préscolaire et le primaire cesseront les cours à partir de ce jour jusqu’à demain. Ce ne sera pourtant pas le cas pour les collégiens et les lycéens, lesquels poursuivront les cours malgré la pluie. Des exceptions s’imposent toutefois pour les élèves inscrits dans les établissements où les risques sont élevés, avec la montée des eaux ou encore les éventuels effondrements des infrastructures ou glissements de terrains.
Pour la CISCO d’Atsimondrano, « les écoles primaires, les collèges et les lycées localisés dans 7 zones d’appui pédagogiques (ZAP) cesseront les cours pendant les 2 prochains jours. En fait, bon nombre d’établissements de ces zones se trouvent dans des zones inondables. Les élèves ont dû se déplacer en pirogue pour rejoindre la classe, ce qui est dangereux, d’où cette décision. Pour le reste, la suspension provisoire des cours s’applique pour les élèves du préscolaire et du primaire », informe le chef CISCO. C’est également le cas pour la CISCO d’Avaradrano. « Tous les directeurs d’établissement ont reçu les consignes de suspendre les cours en cas de danger. Ils devront faire un procès-verbal auprès de la CISCO », précise le chef CISCO.
Pour la CISCO d’Antananarivo-ville, bon nombre de parents ont décidé de garder leurs enfants à la maison hier, avec la tombée permanente des pluies. « Je ne veux pas que mes enfants tombent malade à cause de ce mauvais temps. Mieux vaut prévenir et rattraper les cours ratés que guérir, en dépensant une somme conséquente pour les médicaments et autres frais de traitement », nous confie Hanitra Oliva, mère au foyer résidant à Tsimbazaza. Par conséquent, le taux d’absentéisme a été conséquent dans les établissements, notamment dans les classes préscolaires et primaires. « Près de la moitié des élèves sont absents aujourd’hui. Nous comprenons parfaitement cela avec ce mauvais temps. D’ailleurs, nous nous attendons à une décision officielle pour suspendre les cours », a avancé Hasina R., directrice d’un collège privé dans la Capitale, dans la matinée d’hier. Dans tous les cas, la reprise des cours prévue pour ce jeudi dépendra de l’évolution des conditions météorologiques.
Patricia R.





Fil infos

  • Christian Ntsay - "La priorité de l'Etat est la population"
  • Ville de Moramanga - Parfum d’abus de fonction et de corruption
  • Vanille - Les fossoyeurs de la filière démasqués !
  • Pacte national pour l’alimentation et l’agriculture - Le Président Rajoelina convainc et obtient 534 millions de dollars des partenaires
  • Conjoncture politique - L’Opposition concocte un plan machiavélique
  • Sommet sur l’alimentation en Afrique - Le Président Rajoelina défend la cause des agriculteurs
  • Exportation de crabes - Redevances quadruplées en une année
  • Maroc - Le Parlement décide de reconsidérer ses relations avec le Parlement européen
  • Embardée d’un taxi-brousse sur la RN5 - Un bébé décède sur le coup
  • Présidentielle - Le vote de la diaspora malagasy se dessine

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Du déjà entendu !
    Redite. Ibidem. Récidive. La communauté internationale revient à la charge avec quelques nuances près. Une subtile note qui sonne après tout en litanie ou refrain du déjà entendu et qui, passez-nous les termes, frise à certains égards l’arnaque !SEM Arnaud Guillois, l’ambassadeur de France, en résidence à Antananarivo, au cours d’une conférence de presse tenue ce lundi 23 janvier à la Résidence de France, devait s’étaler au moins sur deux sujets essentiels relatifs aux défis et enjeux de l’année en cours. En fait, sur les deux thèmes majeurs évoqués à savoir l’élection (présidentielle) et les îles Eparses, Arnaud Guillois annonçait la couleur concernant la position officielle affichée par le Quai d’Orsay.De l’élection, notamment présidentielle, qui se tiendra normalement au cours du dernier trimestre de l’année 2023, l’ambassadeur Arnaud Guillois a bien voulu émettre son avis qui devait, soulignons-le encore une fois, légitimement refléter la position officielle de la France dont…

A bout portant

AutoDiff