Publié dans Société

Saison des pluies - De simples gestes pour éviter les futurs incidents

Publié le dimanche, 10 février 2019

La dernière pluie dans la Capitale a fait des dégâts, notamment matériels. Il n’est plus à rappeler qu’avec seulement quelques heures de fortes pluies, Antananarivo a plongé sous les eaux…et ce pendant plusieurs heures. Voitures, étalages, mini-bacs à ordures et bien d’autres matériels ont été inondés, sans compter les milliers de personnes qui ont baigné dans l’eau, sans prendre en compte les saletés qui l’entoure. Pour ne pas revenir au sujet de la non-prise de responsabilité de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) face à la saison des pluies dans la Capitale, il y a lieu de dire que c’est le moment pour les responsables d’agir pour éviter les futurs incidents. De simples gestes peuvent effectivement éviter les problèmes. 

 

Dernièrement, on a pu constater que les branches des vieux arbres du côté d’Anosy, Mahamasina, Ambohidahy, Ambanidia et bien d’autres endroits ont été brusquement coupées par le vent et la pluie. Une moto, l’étalage d’un marchand de chaussures et quelques affaires personnels ont d’ailleurs été écrasés par une grande branche d’arbre du côté d’Anosy, jeudi dernier. Ceci pour dire que les sapeurs-pompiers devront dès maintenant agir afin d’éviter les drames, entre autres la coupure des arbres à risques. « J’ai peur quand je passe du côté d’Anosy et Ambohidahy. Plusieurs arbres se trouvant aux alentours de ces quartiers menacent de tomber. Cela arrivera un jour ou l’autre si on ne les coupes pas définitivement. Les dégâts seront considérables si par malheur, une branche d’arbre tombe sur une voiture, un « taxi-be », un taxi ou une voiture particulière, ou encore pire sur un passant. Il y aura sûrement des blessés. Je crois que le fait de couper ces arbres ne prendra pas beaucoup de temps pour les pompiers », explique Nary, chauffeur de bus de la ligne 137. 

En tout cas, en temps sec, et avant que la pluie ne tombe à nouveau, la CUA devrait rapidement passer au curage des canaux, sinon les mêmes problèmes reviennent, surtout pour ceux qui n’ont pas de voiture personnelle pour rentrer à la maison. On fait référence à ceux qui doivent courir après les « taxi-be » dans la boue et sous l’eau pour pouvoir rentrer. En cas de pluie, les enfants et les personnes infirmes n’ont pas la force comme les grandes personnes de faire la mêlée dans la foule et devront attendre des heures avant de pouvoir monter dans un bus. Il pourrait même arriver que ces derniers n’arrivent pas à trouver une voiture à force de rester trop longtemps à l’arrêt de bus. Il n’est plus à rappeler que la plupart des « taxi-be » dans la Capitale ne sont plus disponibles à partir de 19h 30.

T.A.

Fil infos

  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars
  • Lutte contre l’insécurité dans la Sofia - Le député Velontsara dénonce l’immixtion de politiciens
  • Maroc - Le retour des Marocains au pays facilité
Pub droite 1

Editorial

  • Jerson, l'imprenable !
    Des actes de banditisme sèment le trouble et la terreur dans la Région de Sofia. Les autorités locales, dont en première ligne le Gouverneur, font des pieds et des mains, avec les soutiens des élus de la Région, pour remettre en selle la sécurité mais en vain. En cause, une escouade de hors-la-loi dirigée par le triste célèbre chef de bande Jerson qui sévit dans la Région depuis des années.

A bout portant

AutoDiff