Publié dans Société

Déménagement illicite de biens publics - Hugues Ratsiferana reconnaît les faits

Publié le mardi, 12 février 2019

L’affaire concernant le déménagement illicite de matériels survenu le  dimanche 27 janvier dernier au bureau des conseillers du Président de la République sis à Ambohitsorohitra, a été jugée au Tribunal d’Anosy, hier.  Ici, l’Etat malagasy s’est constitué  en partie civile  ( PC ) et sur le banc des accusés, l’ex-conseiller spécial du  Président sortant et Dg de l’association dite « Agence malagasy de développement économique et de la promotion d’entreprise » (ADMP), Hugues Ratsiferana et Tantely R., un consultant de ladite association et non moins bras droit du premier, pointé du doigt comme  étant un exécutant.   A la  question  de la présidente de la Cour pour demander  si l’accusé s’est accaparé clandestinement des ordinateurs et surtout des meubles de ce bureau du Palais, Hugues Ratsiferana a nié. Cependant, il a fini, après bien une question bien précise de la Justice sur son rôle dans cette affaire, par admettre avoir  bel et bien donné l’ordre à ses éléments pour faire effraction au bureau  à ce dessein. « Je reconnais  que mon comportement relève de l’infraction car je n’ai   eu aucune autorisation émanant  de la Présidence pour le faire », convient-il depuis son box. A noter que quelques jours avant ce déménagement, la nomination de Hugues Ratsiferana en tant que conseiller de l’ex-Président a été abrogée par la Présidence actuelle. Ce qui veut tout simplement dire qu’il n’a plus le droit de prendre les meubles qui se trouvent dans les bureaux du conseiller et de donner ordre à qui que ce soit.

 

Au cours des débats à l’audience, les versions de  l’ex-pilote de ligne étaient inconstantes, preuve qu’il a menti.Depuis son box d’accusé, H.Ratsiferana  a par exemple affirmé que tous ces  biens publics évacués clandestinement au bureau du secrétariat général d’Ambohitsorohitra, lui appartiennent alors qu’il n’a aucun document officiel susceptible de le statuer comme étant le propriétaire. C’est ce qu’a d’ailleurs soulevé la partie de la défense de l’Etat malagasy.

Et surtout, Hugues et son co-accusé n’ont aucune raison devant le caractère flagrant   de l’affaire. « L’ex-conseiller spécial de la Présidence et son avocat semble trop minimiser le fait qu’il y a eu une effraction dans un bureau de l’administration. Cela est surtout inadmissible du point de vue judiciaire », déclare sans ambages maître Freddon Ratovondrajao, défendant l’intérêt de la partie civile. Un rapport de constat de l’état des lieux fait mention de 28 ordinateurs, 34 claviers, 4 imprimantes ,28 écrans, 37 onduleurs, 57 chaises, 37 fauteuils de Gouvernement, etc. le tout transporté par deux camions,  sans oublier surtout la destruction par forcing de la porte d’entrée  dudit bureau. « Lorsque les autorités ont fait une perquisition chez l’accusé, les meubles subtilisés étaient retrouvés dans son garage   tandis que les ordinateurs le furent dans son salon », martèle Me F.Ratovondrajao. Une accusation à laquelle la partie adverse a répliqué que  les 6 ordinateurs appartiendraient à l’AMDP sous prétexte qu’ils sont une donation de l’OIF.    Mais là aussi, Hugues Ratsiferana n’a même aucune pièce permettant de le justifier non plus. A part cela, son avocat a soulevé, et ce, dès le démarrage de l’audience deux exceptions  dans l’espoir de cessation de poursuite à l’encontre de l’accusé et  de son collaborateur. 

« Dans le PV, mon client a reconnu ses torts et a déjà restitué les biens pris illicitement. Donc, nous demandons l’irrecevabilité de la plainte à Parquet par la partie civile car il n’y avait qu’un constat d’huissier pour toute pièce. De plus, pourquoi avoir attendu qu’une première vague  de ces matériels  avait été transportée pour que la PC ait seulement convoqué la presse et les Forces de l’ordre pour constater », plaida l’avocat d’Hugues Ratsiferana.

En attendant le verdict sur cette affaire  pour le 19  février  prochain, la Justice a  refusé la demande de liberté provisoire formulée par la partie de la défense des accusés, les obligeant donc à retourner à la prison d’Antanimora.

 Franck Roland

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff