Publié dans Société

Disparition de la jeune Andotiana en France - Son corps sans vie retrouvé

Publié le jeudi, 14 février 2019

Après 47 jours de suspense total  mais aussi d’espoir, la triste nouvelle de la mort de la jeune malagasy Andotiana Andriamampianina (23 ans) dans la banlieue parisienne, tombe comme un couperet ! Le corps d'Ando a été finalement  retrouvé par la police le lundi 
4 février dans la Seine, à Bougival, proche de Rueil Malmaison, où elle résidait.  Et il a fallu  10 jours pour ses proches et le pays entier pour qu’ils apprennent finalement à leur tour la très mauvaise nouvelle. C’est en effet mercredi dernier que la police a notifié la famille de la découverte du corps d’Andotiana. Pour le moment encore, la police française n’a divulgué aucun autre complément d’information sur la cause, ni les circonstances exactes du décès d’Ando. La police française promet de continuer toujours l'enquête de manière rigoureuse.



Le déchirement  de la séparation et  de l’ultime adieu      

La triste nouvelle a donc fait le tour des réseaux sociaux depuis hier. C’était en ces  quelques mots, de brèves mais très émouvantes phrases que les membres de l’entourage de l’étudiante a fait savoir publiquement les tristes faits : « ANDO A TIRÉ SA RÉVÉRENCE.  A tous, Depuis la disparition de Ando il y a un mois de cela, nous avons fait tout notre possible pour la retrouver. Malheureusement, c'est avec le coeur lourd que nous vous annonçons que notre chère Ando nous a quitté.  Continuons de porter ses parents ainsi que sa famille en prière, pour que le poids de cette douloureuse perte leur soit moins lourde. Nous communiquerons plus tard les détails et la suite pour le rapatriement de son corps », ¬a-t-on pu lire dans les réseaux sociaux. Dire que deux semaines auparavant, précisément le 30 janvier dernier, le père d’Andotiana s’est personnellement déplacé en France en vue de la retrouver justement. D’après les informations publiées sur la page Facebook « Alerte disparition Ando », son père  avait encore l’espoir. Portée disparue depuis le  8 janvier dernier, date où son téléphone a émis un dernier signal près d’une station de RER à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), Andotiana n’a plus donné de nouvelles. Plusieurs actions de mobilisation ont été effectuées au cours de ces derniers jours.
  F.R./Kanto R.

Fil infos

  • Armée Malagasy - Haro sur les conspirations
  • Preuves accablantes contre Paul R. et consorts - « Madagascar Oil » confirme le projet de coup d’Etat
  • Christian Ntsay sur la tentative d’assassinat du Président - « Ce n’est pas du cinéma, il est question de vie ! »
  • Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar
  • Frontières malagasy - Réouverture incertaine 
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - L’Etat-major des armées françaises lâche les deux officiers arrêtés
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - Les pièces à conviction saisies : Des armes de guerre et des milliards d'ariary
  • Projet d’attentat contre le Président de la République - Condamnation tous azimuts
  • Restitution des îles Eparses - Pas un mot des “collabos” !
  • Tentative d’élimination physique du Président Andry Rajoelina - Des ressortissants malagasy et étrangers arrêtés
Pub droite 1

Editorial

  • CUA, la résurrection !
    Antananarivo, la ville d’Andrianjaka, la Ville des Mille renaît-elle de ses cendres ! Guy Willy Razanamasy resurgit-il de sa tombe ! Ou plutôt, le maire Naina Andriantsitohaina jouit-il de la réincarnation du Lahimatoan’Iarivo ! Autant de questions qui taraudent l’esprit en constatant de visu la prouesse du premier magistrat de la ville et son équipe autour de l’assainissement de la Capitale.Les trottoirs de Soarano-Behoririka se dégarnissent. Ces étalagistes, les petits marchands informels qui occupaient indûment les trottoirs déménagent, à contrecœur évidemment. A coup de sifflets, de cris et des huées, ils ont occupé la rue mais les éléments de la Police municipale épaulés par ceux de la Police nationale maîtrisent la situation. En fait, ils déclinent carrément l’offre de la Commune à savoir les recaser au « Tsenaben’ny Behoririka », un nouveau et joli bâtiment « Manara-penitra », de surcroît, dédié pour. Ces étalagistes délogés jugent trop exigus le 1,5…

A bout portant

AutoDiff