Publié dans Société

Ambatomaro - Attaque avortée, deux bandits éliminés

Publié le lundi, 25 février 2019

Encore deux suspects à dessein louche, éliminés ! C’était hier après-midi dans un quartier de l’Est de la Capitale ! Si au cours des deux semaines dernières, les bandits semblent dominer le terrain dans la Capitale, actuellement, la situation tend à s’inverser. La Police ou la Gendarmerie multiplient coups de filet ou autres éliminations de suspects dangereux. C’était le cas vers 13h30 à Ambatomaro, hier. Un gang était sur le point de perpétrer un assaut lorsque des informateurs ont donné l’alerte. De plus, des équipes de police, des éléments du commissariat du 2e Arrondissement joints par ceux d’au moins deux unités spécialisées de la Police, se sont rapidement dépêchés sur les lieux pour surprendre le gang. Effectivement, ses membres, loin de réaliser ce qui allait les attendre, rôdaient encore dans les parages lorsque la Police déboule en trombe dans le secteur. Deux auraient dégainé leurs armes de poing en vue de s’opposer aux membres des Forces. Sommés de se rendre, ils ont continué à fuir tout en armant leurs fusils.


Loin de se plier aux ordres impératifs de s’immobiliser, les fugitifs ont fini donc par cueillir des balles sur leurs corps. Mais leurs acolytes, dont le nombre n’a pas été communiqué, ont réussi à prendre la poudre d’escampette. « L’une des victimes n’est pas vraiment étrangère aux enquêteurs car elle est recherchée depuis assez longtemps par la Police pour plusieurs autres méfaits », devait reconnaître une source policière. Aussitôt après cette double élimination, les cadavres ont été transportés par un véhicule de la Police vers la morgue du centre de la Capitale. Pour le moment encore, il est difficile de déterminer la cible de ces bandits. De toute façon, même la Police n’a pas voulu divulguer si ces bandits ont cherché à s’en prendre à la carrière proprement dite, ou bien contre une ou des habitations de ce quartier, disons excentrique de la ville. Notons que nombreuses parmi ces habitations appartiennent au corps enseignant de l’université, sinon des logements pour étudiants.
Après les évènements qui ont secoué Itaosy ou encore Ankadikely-Ilafy où les Forces de sécurité ont éliminé d’autres bandits, voilà donc que ceux survenus hier à Ambatomaro, témoignent de leur acharnement afin de restaurer l’ordre et la sécurité pour les habitants de la Capitale et surtout de ses banlieues. En attendant donc une version officielle sur cette affaire, gageons qu’il n’y a rien à s’étonner de cette situation. L’ordre venait du chef du Gouvernement pour que les trois ministres composant nos Forces armées planchent sur une nouvelle stratégie de lutte contre le banditisme urbain à Antananarivo.
Franck Roland

Fil infos

  • Armée Malagasy - Haro sur les conspirations
  • Preuves accablantes contre Paul R. et consorts - « Madagascar Oil » confirme le projet de coup d’Etat
  • Christian Ntsay sur la tentative d’assassinat du Président - « Ce n’est pas du cinéma, il est question de vie ! »
  • Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar
  • Frontières malagasy - Réouverture incertaine 
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - L’Etat-major des armées françaises lâche les deux officiers arrêtés
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - Les pièces à conviction saisies : Des armes de guerre et des milliards d'ariary
  • Projet d’attentat contre le Président de la République - Condamnation tous azimuts
  • Restitution des îles Eparses - Pas un mot des “collabos” !
  • Tentative d’élimination physique du Président Andry Rajoelina - Des ressortissants malagasy et étrangers arrêtés
Pub droite 1

Editorial

  • CUA, la résurrection !
    Antananarivo, la ville d’Andrianjaka, la Ville des Mille renaît-elle de ses cendres ! Guy Willy Razanamasy resurgit-il de sa tombe ! Ou plutôt, le maire Naina Andriantsitohaina jouit-il de la réincarnation du Lahimatoan’Iarivo ! Autant de questions qui taraudent l’esprit en constatant de visu la prouesse du premier magistrat de la ville et son équipe autour de l’assainissement de la Capitale.Les trottoirs de Soarano-Behoririka se dégarnissent. Ces étalagistes, les petits marchands informels qui occupaient indûment les trottoirs déménagent, à contrecœur évidemment. A coup de sifflets, de cris et des huées, ils ont occupé la rue mais les éléments de la Police municipale épaulés par ceux de la Police nationale maîtrisent la situation. En fait, ils déclinent carrément l’offre de la Commune à savoir les recaser au « Tsenaben’ny Behoririka », un nouveau et joli bâtiment « Manara-penitra », de surcroît, dédié pour. Ces étalagistes délogés jugent trop exigus le 1,5…

A bout portant

AutoDiff