Publié dans Société

Tana sous les eaux - La SOGEA SATOM a aggravé la situation

Publié le mardi, 26 février 2019

C’est du moins le constat fait par bon nombre de riverains des quartiers où cette société de BTP intervient à l’heure actuelle. Le débarquement sur ses chantiers de cet adjudicataire des travaux sur les réseaux d’assainissement de la Capitale, avec ses gros engins et autres matériels sophistiqués ainsi que ses ouvriers en EPI (équipement de protection individuelle), avait pourtant suscité l’enthousiasme auprès des populations des endroits concernés. La déception fut cependant à la mesure du gigantisme affiché par cette entreprise pourtant de renommée internationale. 
Au vu des moyens matériels et humains déployés en effet, beaucoup s’attendaient à une amélioration drastique de la situation dans les endroits d’intervention de la SOGEA SATOM. Il n’en fut rien car, dans bon nombre de cas, on constate que les choses ont au contraire empiré et ce, par rapport à ce qui a été observé lorsque les travaux étaient pris en charge par les employés du modeste SAMVA, lesquels n’ont pourtant à leur disposition que des pelles, des brouettes et quelques mètres de fer rond.


Actuellement, autant la montée des eaux dès chaque début de pluie est devenue beaucoup plus rapide et beaucoup plus importante, autant la baisse est devenue très lente au point de prendre près d’une journée alors qu’elle ne durait que quelques heures auparavant. Il en est ainsi par exemple dans le quartier d’Ampefiloha-cité où quelques minutes d’averses seulement suffisent pour noyer les véhicules jusqu’aux phares, des eaux qui ne se retireront complètement que le lendemain, et encore. Du jamais vu ! La seule explication à cet état de chose est que, après que la SOGEA SATOM soit passée par là, des obstructions se sont créées quelque part en aval.
L’autre grief, et pas des moindres, émis à l’encontre de cette entreprise est qu’elle ne se soucie guère des dégâts collatéraux provoqués par ses interventions. Rupture de conduite d’alimentation en eau de la JIRAMA, déversement n’importe où (chaussées ou allées piétons) des eaux qu’elle pompe des tréfonds, non remise en leur état initiale des infrastructures détériorées pour la nécessité de ses travaux, etc. Autant de récriminations publiées sur les réseaux sociaux par les riverains excédés par la désinvolture dont la SOGEA SATOM fait preuve face à leurs doléances.
Les travaux, tels qu’ils sont menés actuellement par cette entreprise sont-ils vraiment ce qui est prévu dans le cahier des charges ? La remise en état des rues, trottoirs et autres biens publics mis à mal lors de ses interventions fait-elle partie du contrat ? (Dans la négative, celui-ci est bancal). Quid des dégâts causés aux tiers notamment lorsqu’il apparaît qu’ils sont dus à la légèreté dont l’adjudicataire a fait preuve dans l’accomplissement des travaux ? Autant de questions que les contribuables se posent et auxquelles les concernés (titulaire du marché, maîtres d’œuvre et d’ouvrage) devraient apporter des réponses pertinentes.
Car le moins qu’on puisse dire, c’est que jusqu’ici, la SOGEA SATOM crée beaucoup plus de problèmes que de solutions.
La Rédaction

Fil infos

  • Armée Malagasy - Haro sur les conspirations
  • Preuves accablantes contre Paul R. et consorts - « Madagascar Oil » confirme le projet de coup d’Etat
  • Christian Ntsay sur la tentative d’assassinat du Président - « Ce n’est pas du cinéma, il est question de vie ! »
  • Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar
  • Frontières malagasy - Réouverture incertaine 
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - L’Etat-major des armées françaises lâche les deux officiers arrêtés
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - Les pièces à conviction saisies : Des armes de guerre et des milliards d'ariary
  • Projet d’attentat contre le Président de la République - Condamnation tous azimuts
  • Restitution des îles Eparses - Pas un mot des “collabos” !
  • Tentative d’élimination physique du Président Andry Rajoelina - Des ressortissants malagasy et étrangers arrêtés
Pub droite 1

Editorial

  • CUA, la résurrection !
    Antananarivo, la ville d’Andrianjaka, la Ville des Mille renaît-elle de ses cendres ! Guy Willy Razanamasy resurgit-il de sa tombe ! Ou plutôt, le maire Naina Andriantsitohaina jouit-il de la réincarnation du Lahimatoan’Iarivo ! Autant de questions qui taraudent l’esprit en constatant de visu la prouesse du premier magistrat de la ville et son équipe autour de l’assainissement de la Capitale.Les trottoirs de Soarano-Behoririka se dégarnissent. Ces étalagistes, les petits marchands informels qui occupaient indûment les trottoirs déménagent, à contrecœur évidemment. A coup de sifflets, de cris et des huées, ils ont occupé la rue mais les éléments de la Police municipale épaulés par ceux de la Police nationale maîtrisent la situation. En fait, ils déclinent carrément l’offre de la Commune à savoir les recaser au « Tsenaben’ny Behoririka », un nouveau et joli bâtiment « Manara-penitra », de surcroît, dédié pour. Ces étalagistes délogés jugent trop exigus le 1,5…

A bout portant

AutoDiff