Publié dans Société

Charbon de bois - Hausse inévitable du prix dans toute l’île

Publié le mardi, 09 avril 2019

En janvier dernier, le ministre de l’Environnement et du Développement durable (MEDD), Alexandre
Georget, a émis une note-instruction concernant l’interdiction de toute coupe, exploitation, circulation et exportation de produits forestiers sur tout le territoire national. En effet, cette note ne concerne pas que les bois précieux comme les bois de rose, ébène et palissandre. Par conséquent, ceci entraine la suspension des autorisations, agréments, convections et permis d’exploitation ainsi que l’exportation et la circulation desdits produits. Cette mesure provoque en effet des problèmes au niveau de la source d’énergie domestique, c’est-à-dire le charbon de bois, puisque le prix de ce produit ne cesse de grimper à l’échelle nationale. Effectivement, à Madagascar, le bois est utilisé par plus de 90 % des habitants comme source d’énergie domestique. Les foyers des grandes villes utilisent principalement le charbon de bois. Depuis des décennies, la situation n’a pas beaucoup évolué. Il s’agit donc d’un combustible plus que nécessaire pour toute la population. Pourtant, le charbon de bois est en passe de devenir inaccessible pour beaucoup de gens.


En difficulté
En effet, le prix minimum d’un sac de charbon est désormais de 18 000 ariary. Et encore, c’est le prix affiché par ceux qui le vendent à la source. Pour le prix moyen du sac, on doit désormais compter entre 25 000 et 30 000 ariary. Ce qui est le cas pour Majunga où ce combustible se fait de plus en plus rare. Les habitants sont ainsi dans la panique totale car bientôt, ce prix risquera d’augmenter encore. Cette hausse est surtout due à cette mesure prise par les autorités d’interdire toute exploitation des produits forestiers. « Aujourd’hui, nous ne pouvons plus acheter un sac de charbon dans notre foyer. On se contente d’acheter en détail, ce qui n’est pas du tout pratique car la quantité diminue en permanence. Au lieu d’une somme de 500 à 700 ariary consacrée à la cuisine et à l’eau chaude, désormais, nous achetons chaque jour jusqu’à 2 000 ariary de charbon. Nous ne pouvons même pas cuire des grains
car cela nécessite plus de charbon », explique un père de famille habitant dans la Commune de Boanamary, Majunga II.
Quoi qu’il en soit, Mahajanga n’est pas le seul concerné par ce problème. Antananarivo ainsi que toutes les autres Régions subissent également cette hausse. Ce problème devra être résolu au plus vite puisque les petites gens ne peuvent pas s’offrir le luxe de cuisiner avec du gaz qui coûte largement plus cher que le charbon de bois. Le ministre responsable a cependant assuré que des solutions seront préconisées ultérieurement, en concertation avec les charbonniers, pour l’exploitation de certains bois comme l’eucalyptus. Mais apparemment, cela nécessite encore du temps.
T.A.

Fil infos

  • Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo - « Paul Rafanoharana n’a jamais été conseiller du Président de la HAT »
  • Menaces intérieures et extérieures - Les Forces armées derrière le Président
  • Ralaialitiana Andrianarisoa, témoin d’histoire - « La mise en cause des intérêts économiques de sociétés étrangères entraîne à chaque fois la déstabilisation du régime »
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - « Un tel projet va à l’encontre des valeurs malagasy »
  • Cardinal Tsarahazana Désiré à Iavoloha - « Les catholiques s’opposent à la violence et l’attentat à la vie »
  • Kidnapping à Anjozorobe - Un suspect échappe de la protection des Forces et meurt lynché
  • Présidents en exercice à Madagascar - Au moins quatre attentats manqués depuis 1975
  • Conjoncture - Une inflation à surveiller de très près !
  • Tentative d'élimination physique du Président - 11 gendarmes dont 4 GSIS et deux généraux auditionnés
  • Mobilisation pour le Sud - Vers la capitalisation des ressources en eau

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Trop de princes !
    Que la triste et choquante tentative d’élimination physique de la personne du Chef de l’Etat ne nous voile pas les réalités toujours compliquées et encore difficiles vécues par les concitoyens. Qu’il nous soit permis de dresser sans état d’âme, ni complaisance ou détours le tableau qui met en relief la vie nationale vue surtout sous l’angle du train de vie des « Mpitondra Fanjakana ». Et qu’il nous soit admis également de rappeler, en toute humilité et en toute franchise, les consignes decelui à qui le peuple a confié son pouvoir et son avenir.La population vit dans une ambiance des plus tordues. Les effets délétères de la pandémie corsent tous les secteurs des activités économiques dont le tourisme qui littéralement s’agenouille. Les opérateurs attirent sérieusement l’attention des décideurs que leurs chiffres d’affaires ont baissé d’au moins 56 %. Le nombre des sans-emplois gonflent. Le coût de la vie, de son…

A bout portant

AutoDiff