Publié dans Société

Journée mondiale de la liberté de la presse - Les futurs journalistes manifestent également pour la cause

Publié le vendredi, 03 mai 2019

Au nom de la liberté d'expression ! Lors de la célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse, des journalistes issus des organes de presse se sont donné rendez-vous hier devant la stèle de la liberté à Analakely. Ils ont manifesté en faveur de ce qui leur tient à cœur avec des pancartes à la main.  Pour cette année, la participation des « futurs » journalistes a marqué la journée. « Je suis étudiante en communication. Le métier de journalisme m'intéresse beaucoup car les journalistes acquièrent chaque jour de nouvelles connaissances. Cependant, ils rencontrent souvent de difficulté dans l'accès aux sources d'information et dans leurs écrits.  J'envisage de travailler dans ce domaine. C'est pourquoi je revendique dès aujourd'hui mes droits pour ma future carrière », explique Rakotomalala Nyavo, étudiante en deuxième année à l'E-media.


Code de la communication médiatisée
Réformes. C'est ce qui résume les revendications attendues dans le Code de la communication médiatisée. « Tous les pays du monde entier célèbre cette journée. Elle est surtout orientée vers une réflexion pour ce qui est déjà acquis et les objectifs à atteindre afin d'améliorer cette liberté d'expression. Pour le cas de Madagascar, on se penche essentiellement sur une journée de rappel concernant les règlementations encadrant le métier, c'est-à dire le Code de la communication médiatisée. Cette loi a créé une polémique lors de son adoption en 2016. Cette année, le ministre de la Communication a déjà témoigné son engagement pour une amélioration de ces textes. Ladite loi sera présentée au sein du Parlement lors de la session du mois de juillet prochain. Donc, on croise les doigts à ce qu'elle soit votée. Parallèlement à cela, les conditions de travail des journalistes doivent également être regardées de près », relate Didi Ratsimbazafy, vice-président de l'Ordre des journalistes de Madagascar (OJM). A noter que Madagascar se trouve en ce moment au 54e rang sur 180 pays en matière de liberté d'expression. Avec l'effort mené par le Gouvernement actuel, le vice-président  de l'OJM espère que la Grande île fera un bond dans son classement au niveau mondial l'année prochaine. A part cette manifestation « silencieuse » devant la stèle sise à Soarano, organisée par l'OJM et le ministère de la Communication, des émissions communes entre les chaînes privées et publiques ont été diffusées hier sur la Radio et télévision nationale.
Solange Heriniaina

Fil infos

  • Les actus en bref
  • Disparition de 36 kg d’or et 64.000 litres de gasoil - Des "magiciens" à Madagascar !
  • Lutte antiacridienne - Un pesticide controversé utilisé à Madagascar
  • Face-à-face entre les députés et le Gouvernement - La JIRAMA sous le feu des critiques !
  • Ministère des Affaires étrangères - Les grévistes veulent changer d’interlocuteur
  • Trafic de bois précieux - 3 individus interpellés avec un chargement de palissandre
  • Grâce présidentielle - Remises de peine pour 11 316 détenus
  • Une jeune femme de 22 ans remporte un « trano mora » - « Je suis abasourdie »
  • Exportation de vanille - Des licences refusées pour non-rapatriement de devises
  • Vol d’or au ministère des Mines - Les responsables successifs s’en lavent les mains

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Sur la braise !
    La vie reprend son cours. Une reprise difficile pour certains. Sur le chaudron voire sur la poudrière pour d’autres. En tout cas, c’est la galère dans l’ensemble !Dès le lendemain, sans faute, de la date de la célébration de la Fête nationale, les vicissitudes des délestages reviennent au galop. Les coupures d’eau, du matin jusqu’au beau milieu de l’après-midi gâche les travaux de la vie quotidienne des ménages. Les coupures d’électricité qui prennent toujours au dépourvu chacun dans ses activités à la maison, à l’atelier, à la coiffure, à l’épicerie, etc., continuent de faire des ravages. Et le ras-le-bol remonte en surface.Mais, l’évènement phare de ce retour à la vie … anormale revient à la séance de « face-à-face » entre les membres de l’Exécutif et les élus du Parlement de la Chambre basse. Incontestablement, c’est le point d’orgue de la semaine qui concentre les attentions de l’opinion publique. Les…

A bout portant

AutoDiff