Publié dans Société

Journée mondiale de la liberté de la presse - Les futurs journalistes manifestent également pour la cause

Publié le vendredi, 03 mai 2019

Au nom de la liberté d'expression ! Lors de la célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse, des journalistes issus des organes de presse se sont donné rendez-vous hier devant la stèle de la liberté à Analakely. Ils ont manifesté en faveur de ce qui leur tient à cœur avec des pancartes à la main.  Pour cette année, la participation des « futurs » journalistes a marqué la journée. « Je suis étudiante en communication. Le métier de journalisme m'intéresse beaucoup car les journalistes acquièrent chaque jour de nouvelles connaissances. Cependant, ils rencontrent souvent de difficulté dans l'accès aux sources d'information et dans leurs écrits.  J'envisage de travailler dans ce domaine. C'est pourquoi je revendique dès aujourd'hui mes droits pour ma future carrière », explique Rakotomalala Nyavo, étudiante en deuxième année à l'E-media.


Code de la communication médiatisée
Réformes. C'est ce qui résume les revendications attendues dans le Code de la communication médiatisée. « Tous les pays du monde entier célèbre cette journée. Elle est surtout orientée vers une réflexion pour ce qui est déjà acquis et les objectifs à atteindre afin d'améliorer cette liberté d'expression. Pour le cas de Madagascar, on se penche essentiellement sur une journée de rappel concernant les règlementations encadrant le métier, c'est-à dire le Code de la communication médiatisée. Cette loi a créé une polémique lors de son adoption en 2016. Cette année, le ministre de la Communication a déjà témoigné son engagement pour une amélioration de ces textes. Ladite loi sera présentée au sein du Parlement lors de la session du mois de juillet prochain. Donc, on croise les doigts à ce qu'elle soit votée. Parallèlement à cela, les conditions de travail des journalistes doivent également être regardées de près », relate Didi Ratsimbazafy, vice-président de l'Ordre des journalistes de Madagascar (OJM). A noter que Madagascar se trouve en ce moment au 54e rang sur 180 pays en matière de liberté d'expression. Avec l'effort mené par le Gouvernement actuel, le vice-président  de l'OJM espère que la Grande île fera un bond dans son classement au niveau mondial l'année prochaine. A part cette manifestation « silencieuse » devant la stèle sise à Soarano, organisée par l'OJM et le ministère de la Communication, des émissions communes entre les chaînes privées et publiques ont été diffusées hier sur la Radio et télévision nationale.
Solange Heriniaina

Fil infos

  • Débordement du barrage d’Antelomita - Evacuation immédiate des riverains de l’Ikopa
  • Dégâts des intempéries sur la Route nationale - Les stocks de carburant suffisants pour la Capitale
  • Rajoelina dans les bas-quartiers - Le courant passe toujours !
  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Transparence oblige !
    L'autre fois, il a été question que nous jugions impérieux de livrer à travers la colonne ci-présente un sujet responsable : l'obligation à l'austérité. Un concept qui fâche mais c'est un passage obligé vers la bonne gouvernance. Autrement, la culture de la tempérance, de la sobriété et de la modération doit être inculquée à tous les niveaux du pouvoir. Il fut un temps où l'on avait inculqué aux élèves de l'Ecole officielle, l'ancêtre de l'Ecole primaire publique (EPP), en cours d'instruction civique, la notion de « tempérance », de « sobriété » et de « modération ».

A bout portant

AutoDiff