Publié dans Société

Politique foncière à Madagascar - Distribution de 200 000 certificats

Publié le mardi, 21 mai 2019

80 % de la population malagasy vivent des ressources directes de la terre, et il revient au pays de déployer des efforts pour leur réserver un avenir meilleur. A cet effet, la distribution de plus de 200 000 certificats fonciers est prévue s’effectuer cette année sur tout le territoire.  En 2015, Madagascar a adopté une politique foncière qui repose sur divers objectifs et visions de développement, ce qui implique que plusieurs étapes restent encore à franchir en termes de droit foncier. Il est actuellement temps de revoir l’application de cette politique foncière. Dans ce cadre, un atelier régional des institutions foncières nationales sur la sécurisation des droits fonciers communautaires en Afrique, s’est tenu hier à Anosy.

Durant la cérémonie d’ouverture, hier, le Premier ministre Ntsay Christian a jugé nécessaire de considérer les questions sur les éventuels problèmes interactifs entre les communautés et les agendas fixés tant pour le développement que pour la promotion des investissements, surtout que le pays n’est pas encore en mesure d’opter pour l’utilisation des titres communautaires. « Nous nous sommes fixés une grande ambition en termes de réforme, toujours est-il que l’on devrait prioriser ceux à la base, afin que d’une manière générale, tous les Malagasy puissent jouir de façon formelle des certificats fonciers des biens qui leur appartiennent, et ce en misant pour la reconnaissance du droit foncier des communautés et pour la sécurisation de leurs ressources, ou en d’autres termes, de leur base de vie, tout en procédant à l’identification des parties destinées aux investissements », a-t-il précisé.
Cet atelier est une opportunité stratégique de partage de réflexions et d’expériences à travers une communauté de pratique constituée par les représentants des commissions foncières et des entités en charge des réformes foncières de 14 pays africains dont Madagascar, et favorise l’émergence de nouvelles perspectives et des domaines nécessitant une action commune. C’est également une preuve de la collaboration entre le Gouvernement et la société civile, visant un objectif commun qui est la sécurisation des droits fonciers communautaires. Le Gouvernement reste attentif à celle-ci, aux fins de la mise en exergue d’une volonté politique œuvrant dans l’intérêt du peuple.
Recueillis par Anatra R.

Fil infos

  • Armée Malagasy - Haro sur les conspirations
  • Preuves accablantes contre Paul R. et consorts - « Madagascar Oil » confirme le projet de coup d’Etat
  • Christian Ntsay sur la tentative d’assassinat du Président - « Ce n’est pas du cinéma, il est question de vie ! »
  • Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar
  • Frontières malagasy - Réouverture incertaine 
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - L’Etat-major des armées françaises lâche les deux officiers arrêtés
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - Les pièces à conviction saisies : Des armes de guerre et des milliards d'ariary
  • Projet d’attentat contre le Président de la République - Condamnation tous azimuts
  • Restitution des îles Eparses - Pas un mot des “collabos” !
  • Tentative d’élimination physique du Président Andry Rajoelina - Des ressortissants malagasy et étrangers arrêtés
Pub droite 1

Editorial

  • CUA, la résurrection !
    Antananarivo, la ville d’Andrianjaka, la Ville des Mille renaît-elle de ses cendres ! Guy Willy Razanamasy resurgit-il de sa tombe ! Ou plutôt, le maire Naina Andriantsitohaina jouit-il de la réincarnation du Lahimatoan’Iarivo ! Autant de questions qui taraudent l’esprit en constatant de visu la prouesse du premier magistrat de la ville et son équipe autour de l’assainissement de la Capitale.Les trottoirs de Soarano-Behoririka se dégarnissent. Ces étalagistes, les petits marchands informels qui occupaient indûment les trottoirs déménagent, à contrecœur évidemment. A coup de sifflets, de cris et des huées, ils ont occupé la rue mais les éléments de la Police municipale épaulés par ceux de la Police nationale maîtrisent la situation. En fait, ils déclinent carrément l’offre de la Commune à savoir les recaser au « Tsenaben’ny Behoririka », un nouveau et joli bâtiment « Manara-penitra », de surcroît, dédié pour. Ces étalagistes délogés jugent trop exigus le 1,5…

A bout portant

AutoDiff