Publié dans Société

Double évasion de prisonniers - Des recherches plutôt compliquées

Publié le mercredi, 22 mai 2019

Deux prisonniers, Alain Zaheraly Rostand, alias Karana et Eric Mario dit Rambô, se sont échappés, vendredi dernier, de la prison de Vohitany, dans la Commune d’Ejeda à Toliara. Depuis, les autorités ont perdu toutes leurs traces et ignorent où les fugitifs peuvent-ils bien se trouver en ce moment, ce qui a rendu les recherches plutôt compliquées pour bien de raisons. Les fugitifs sont issus de familles riches. Ce qui laisse supposer qu’ils ont des moyens pour fuir et ne pas rester dans la Région.

 

L’on craint donc qu’ils aient déjà réussi à quitter déjà le pays sitôt qu’ils ont pu s’échapper de cette prison du Sud grâce à ces moyens financiers supposés. Une thèse qu’un responsable de la Gendarmerie locale a fait écho. « Les recherches continuent toujours. Mais on ignore si les fuyards aient déjà réussi à quitter ou non la Région. Aucun indice n’a été d’ailleurs trouvé, du moins pour le moment», a-t-il encore précisé. « Tout comme les autres composants des Forces de l’ordre, la Gendarmerie a également reçu l’ordre de lancer un avis de recherche », a avancé hier un haut responsable au sein de la compagnie de gendarmerie d’Ejeda, lors d’une conversation téléphonique.

Devant cette situation plus qu’alarmante, mesure fut alors prise de sortir un avis de recherche, une décision prise au niveau des responsables au sein de la Justice, de la Police et de la Gendarmerie, surtout dans tout le Sud. Cependant, l’affaire semble ne pas avoir fait largement écho dans le reste du pays, a confirmé hier une source policière de la Capitale. Par ailleurs, la Justice et encore moins les responsables de l’administration pénitentiaire de Vohitany à Ejeda semblent moins empressés à se prononcer officiellement sur cette affaire, ou au moins donner une version plausible concernant les circonstances de cette double évasion.

Ils se sont simplement contenté d’assurer que des avis de recherche ont été lancés à l’endroit des deux fugitifs. Précisons que ces prisonniers ont été reconnus coupables en 2017 pour le meurtre d’une jeune étudiante. Ce qui leur a valu une peine d’emprisonnement à perpétuité. Dans un premier moment succédant à leur condamnation, ces deux meurtriers ont été incarcérés à la maison de force de Tsiafahy. Or, trois mois après, on les a transférés à la prison de Vohitany.

F.R.

Fil infos

  • Débordement du barrage d’Antelomita - Evacuation immédiate des riverains de l’Ikopa
  • Dégâts des intempéries sur la Route nationale - Les stocks de carburant suffisants pour la Capitale
  • Rajoelina dans les bas-quartiers - Le courant passe toujours !
  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Transparence oblige !
    L'autre fois, il a été question que nous jugions impérieux de livrer à travers la colonne ci-présente un sujet responsable : l'obligation à l'austérité. Un concept qui fâche mais c'est un passage obligé vers la bonne gouvernance. Autrement, la culture de la tempérance, de la sobriété et de la modération doit être inculquée à tous les niveaux du pouvoir. Il fut un temps où l'on avait inculqué aux élèves de l'Ecole officielle, l'ancêtre de l'Ecole primaire publique (EPP), en cours d'instruction civique, la notion de « tempérance », de « sobriété » et de « modération ».

A bout portant

AutoDiff