Publié dans Société

Meurtre d'un retraité malgacho-réunionnais - L'auteur condamné à 30 ans de réclusion par contumace

Publié le lundi, 27 mai 2019

Le procès de Henintsoa Zotsinampoisina dit Ntsoa, le meurtrier de son employeur, un retraité malgacho-réunionnais du nom d'Hubert Roger Rasolondramanitra (66 ans), s'est déroulé au cours de la semaine dernière à la Cour d'Assise de La Réunion. Verdict : le meurtrier, qui n'est autre que l'homme à tout faire de la victime, est condamné à trente ans de réclusion. De plus, Ntsoa, qui est toujours visé par un mandat d'arrêt international, est désormais susceptible d'être arrêté et transféré à La Réunion afin d'exécuter sa peine s'il envisageait de quitter le sol malagasy.

Il faut dire que la procédure dite de défaut criminel diffère sensiblement d'un procès d'assises classique. D'abord, parce que l'accusé, un ressortissant malagasy en cavale dans son pays, était jugé donc par contumace. Il n'y avait également ni témoins, ni experts à entendre, lors du procès, mis à part le médecin ayant réalisé l'autopsie d'Hubert Roger Rasolondramanitra, la victime qui a été poignardée à mort dans sa résidence secondaire à Ambohidrapeto, dans la Capitale malagasy, lors d'un séjour en juillet 2014.
La victime, un chef-comptable retraité, faisait des allers-retours réguliers entre son appartement de La Possession (La Réunion) et sa résidence sise dans la localité d'Ambohidrapeto Itaosy. C'est en entamant l'un de ses innombrables séjours censés durer un mois qu'il avait été agressé par son homme à tout faire, dans son lit, au réveil.
Et à notre confrère réunionnais de rappeler à travers ses colonnes que la prise en charge par les secours avait été chaotique. Il avait trouvé refuge chez Rémi Marchal, son cousin et voisin. Aucune ambulance n'étant disponible. Il avait été conduit sur un brancard de fortune en taxi à l'hôpital où le scanner était en panne...
Hubert Rasolondramanitra avait finalement été transféré dans une clinique privée où il avait été rapidement décidé de le faire rapatrier en urgence par avion à La Réunion. C'est au CHU de Saint-Denis qu'il a finalement succombé à ses blessures. Selon le médecin légiste, l'homme a été poignardé plus de dix fois. Il a aussi reçu un violent coup ayant causé une fracture du crâne. Un coup sans doute porté à l'aide d'un bâton retrouvé sur place.
Le meurtrier, plutôt motivé par le vol
« La multiplicité des coups et des moyens utilisés démontrent l'intention de tuer, estimait une juge de La Réunion. C'est un meurtre destiné à dissimuler un vol », celui d'une chaîne en or que les proches de la victime lui avaient pourtant déconseillé de porter à Antananarivo ainsi que de 300 euros. Ntsoa avait déjà été surpris en train de voler, notamment des marmites, des assiettes ou encore des outils de son patron, auprès duquel il avait aussi contracté une dette pour assouvir son penchant pour la boisson.
Mais l'auteur des faits avait fait une autre victime, cette dernière étant le témoin, malgré elle,  de la scène du meurtre. Il s'agissait de Noro, la femme de ménage d'Hubert Rasolondramanitra, laquelle avait surpris le meurtrier en train de s'acharner sur sa victime au matin du 22 juillet 2014. Ses gestes et faits ayant été vus, Ntsoa s'était alors rué sur la domestique pour la blesser superficiellement à la gorge et plus gravement à la jambe, avant de prendre la fuite avec son butin. Les enquêteurs savent qu'il est parti se réfugier chez sa petite-amie qui a bien vu les traces de sang et de blessures de défense sur ses bras. Le meurtrier a ensuite poursuivi sa cavale avec la complicité d'autres proches.
« Il a été recherché, semble-t-il, par les autorités malagasy », a lâché Emmanuelle Barre avec une pointe d'ironie. « Mais il n'a jamais été arrêté, ni jugé. Ce qui nous donne compétence pour le faire », ajoute-t-elle. Celle-ci a requis 20 ans de réclusion. La cour est allée au-delà en prononçant une peine de 30 ans.
Contacté par téléphone à Madagascar, Henri, l'un des frères de la victime, nous confiait sa satisfaction à l'annonce du verdict. « Mais nous espérons que les autorités malagasy s'activent pour retrouver le meurtrier. Car pour l'instant, rien n'a bougé »... 
Recueillis par F.R.

Fil infos

  • Débordement du barrage d’Antelomita - Evacuation immédiate des riverains de l’Ikopa
  • Dégâts des intempéries sur la Route nationale - Les stocks de carburant suffisants pour la Capitale
  • Rajoelina dans les bas-quartiers - Le courant passe toujours !
  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Transparence oblige !
    L'autre fois, il a été question que nous jugions impérieux de livrer à travers la colonne ci-présente un sujet responsable : l'obligation à l'austérité. Un concept qui fâche mais c'est un passage obligé vers la bonne gouvernance. Autrement, la culture de la tempérance, de la sobriété et de la modération doit être inculquée à tous les niveaux du pouvoir. Il fut un temps où l'on avait inculqué aux élèves de l'Ecole officielle, l'ancêtre de l'Ecole primaire publique (EPP), en cours d'instruction civique, la notion de « tempérance », de « sobriété » et de « modération ».

A bout portant

AutoDiff