Publié dans Société

Fête de l'Indépendance - Deux jours de réjouissances au programme

Publié le mercredi, 26 juin 2019

Célébration dans la joie ou la modestie, selon les moyens de chaque ménage. Le 59e  anniversaire de l'Indépendance de Madagascar a été une occasion, pour la majorité des malagasy, de faire la fête. Certains ont alloué un budget spécial, allant jusqu'à 200 000 ariary, pour l'achat de jouets, lampions et repas. D'autres ont laissé de côté les « dépenses excessives » et se sont focalisés sur les réjouissances. « Nous avons concocté un modeste repas, comme celui de dimanche, avec du riz et de la viande avec achards et de la salade de fruits au dessert.

Par contre, nous avons pu acheter des jouets et des lampions pour les enfants. Nous les avons également emmenés en centre-ville pour participer à divers jeux, comme ceux de leur âge », avance Liva R., mère de 5 enfants habitant à Tsimbazaza. Pour d'autres ménages, le menu était complet, avec 2 entrées, un plat de résistance, un dessert et du gâteau pour le déjeuner du 26 juin.

Ambiance fête foraine en centre-ville

Le centre-ville a été envahi depuis le week-end dernier, avec les multitudes de jeux et activités au choix, à la portée de toutes les bourses. Outre les aires de jeux gonflables, des manèges, petits trains et autres animations sont érigés du côté d'Analakely et Soarano. A cela s'ajoutent les stands de photographes avec des jouets et personnages de dessins animés comme Dora et Mickey. Les amateurs de « body painting », n'étant pas en reste, en proposaient des services à partir de 1000 jusqu'à 5000 ariary, au plaisir des petits. En général, les enfants ont été les premières cibles de ces animations. En outre, les marchands de lampions et articles « led » n'ont pas chômé, notamment dans la journée du 25 juin. Les 2 articles, de fabrication malagasy et chinois, ont eu des preneurs différents, avec un prix variant de 1000 à 20 000 ariary. Dans tous les cas, chacun a eu sa part de gaieté durant la célébration de la fête nationale.

Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff