Publié dans Société

Assassinat  d'un Indopakistanais - Les auteurs placés sous MD à Tsiafahy

Publié le mercredi, 03 juillet 2019

Après leur audition par le juge d'instruction, les six auteurs de l'assassinat d'un Pakistanais ont été tous placés sous mandat de dépôt à la maison de force de Tsiafahy, hier.  Le drame s'est produit vers la fin du mois de janvier dernier où deux membres d'une fratrie de commerçants indopakistanais ont essuyé les tirs des assaillants alors qu'ils étaient dans leur voiture, près de la zone Forello à Tanjombato. Celui qui était au volant a succombé sur place, sous l'impact d'une balle, tandis que le passager, son frère, fut grièvement blessé. Depuis, les limiers de la section 3 de la Brigade criminelle (BC3) ont poursuivi l'enquête.

La première arrestation d'un suspect pour complicité avec le gang remonte en avril dernier. Ce dernier fut donc aussi le premier à être provisoirement incarcéré dans l'affaire. Mais l'enquête ne s'est pas arrêtée là. Récemment, précisément le 30 juin 2019, la Police a épinglé un autre individu à son domicile, dans un  quartier de la Capitale. Celui-ci n'est autre qu'un employé au service des Pakistanais. « On peut dire que l'employé en question était l'informateur du gang. C'est lui qui a informé ses acolytes du fait que ses employeurs ont transporté un fonds, une habitude chez ces derniers chaque fois qu'ils rentrent chez eux », déclare sans ambages le patron de la brigade criminelle, le commissaire Seraly Hercule. Notons que le salarié en cause a démissionné un mois après les faits.  

L'interpellation du salarié des Indopakistanais a donné le signal de départ à celles du  reste de la bande, au total cinq bandits. Les arrestations se sont déroulées deux jours successifs.  Et là, coup de poker : l'un d'eux est un militaire en service et un autre encore  venait d'être radié de l'Armée.  Enfin, il y a un civil, ce dernier étant un récidiviste impliqué dans d'autres affaires d'attaque à main armée.   « De toute façon, les quatre membres du gang récemment arrêtés,  ont fait l'aveu de leur crime ». Manque de pot, les Forces de l'ordre n'ont pas pu mettre encore la main sur le pistolet automatique avec lequel le tueur a éliminé la victime.

Un bref rappel des faits s'impose.  Ces bandits étaient venus en motos, au nombre de deux, avec lesquelles ils ont tenté de barrer la voie à la voiture des Indopakistanais ciblés. Selon le patron de la Brigade criminelle, les assaillants espéraient faire main basse sur le magot qui était dans le coffre du véhicule. Mais le conducteur n'a pas voulu s'arrêter, ni se plier à la menace obligeant ainsi les agresseurs à ouvrir le feu, d'abord sur lui, puis sur  son frère.

A la lumière de cette affaire, le numéro un de la BC lance un appel à la vigilance dans la manière de transporter des fonds. Il a également mis en garde l'opinion sur la complicité avérée de certains individus, qui sont généralement  au service de leurs employeurs. « Généralement, c'est le personnel de maison qui constitue l' informateur en puissance des agresseurs. »

Franck Roland

Fil infos

  • Education, violences sur les mineurs, Kere, … - Le Président Rajoelina répond aux questions d’une trentaine d’enfants
  • Problèmes d’approvisionnement en eau de Fianarantsoa - Les solutions urgentes instaurées
  • Scrutin du 11 décembre - Les téléphones interdits dans l’isoloir
  • Sénatoriales - Vers la razzia IRMAR !
  • Exploitation halieutique - Un investisseur étranger arnaqué de plusieurs milliards ariary
  • Pénurie d’eau à Fianarantsoa - Henri Rasamoelina décèle des issues environnementales
  • Trafic de tortues - Quatre personnes placées sous mandat de dépôt à Fianarantsoa
  • Transport aérien - Les défaillances d'Air Madagascar mises à nu
  • Confédération africaine de football - Victime d’un attentat prémédité, Ahmad riposte
  • Conjoncture - Des problèmes sociaux à régler

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff