Publié dans Société

Propagation de fausses nouvelles - Deux des accusés condamnés à 10 millions d’ariary d’amende

Publié le jeudi, 19 septembre 2019

Après quelques jours de suspense total, la Justice a finalement prononcé sa sentence à la salle no 1 du Tribunal d’Anosy, hier. La directrice de publication d’un quotidien local et l’administrateur d’un compte sur facebook, tous deux accusés de diffamation et de diffusion de fausses nouvelles à propos du motif du survol du stade de Mahamasina par un hélicoptère de l’Armée,  quelques jours avant l’arrivée du Pape François, doivent s’acquitter chacun d’une amende de 10 millions d’ariary, et d’un franc symbolique à titre de dommage envers l’Armée malagasy.

Selon la Justice, il s’agit de décision correctionnelle correspondant à la loi sur la cybercriminalité. Bien entendu, les reporters l’ont accueilli de façon plutôt mitigée. Du coup, leurs avocats ont réagi vigoureusement. Ils ont annoncé leur décision de faire appel contre le jugement émis par le Tribunal, ne cachant pas qu’il est déplacé. Par ailleurs, la Justice a tranché pour une cessation des poursuites à l’encontre de leur co-accusé, le troisième, qui est employé de la Commune urbaine d’Antananarivo. Par contre, une autre employée de la CUA a été relaxée au bénéfice du doute. A la lumière de cette situation, il est clair que l’affaire ne se terminera pas de sitôt.

Le message du président de l’OJM, Gérard Rakotonirina, à tous les professionnels du métier, était sans équivoque. « Il faut que nous respectons toujours l’éthique et la déontologie car les autres ne nous ménageront jamais. De même, il faut respecter la loi en vigueur mais aussi   se respecter mutuellement. Car le fait pour un journaliste d’être  précautionneux, n’écartera pas le risque de tomber dans le piège », a-t-il épilogué avant de préciser hier « qu’en principe, il appartiendrait aux employeurs de ces condamnés de payer l’amende ».

Franck Roland

Fil infos

  • Sècheresse - Une responsabilité collective
  • Base Toliara - Le manque de communication comme problème de fond
  • Mutinerie à la prison de Farafangana - Le ministre de la Justice donne carte blanche aux sénateurs
  • Période de sécheresse intense - Tout l'océan Indien touché!
  • Mise en place d’une commission d’enquête au Sénat - La dernière tentation de … Rivo Rakotovao & Co
  • Projets présidentiels en éducation - 15 écoles « manara - penitra » opérationnelles, 59 autres à construire !
  • Education, violences sur les mineurs, Kere, … - Le Président Rajoelina répond aux questions d’une trentaine d’enfants
  • Problèmes d’approvisionnement en eau de Fianarantsoa - Les solutions urgentes instaurées
  • Scrutin du 11 décembre - Les téléphones interdits dans l’isoloir
  • Sénatoriales - Vers la razzia IRMAR !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff