Publié dans Société

Kidnapping dans la Capitale - Sôla, un des auteurs, tombe sous les balles des Forces de l’ordre

Publié le mardi, 24 septembre 2019

Encore un bandit de moins ! La traque, visant les auteurs d’enlèvements des  membres de la communauté indienne,  se poursuit dans la Capitale. Pas plus tard que la nuit du lundi, c’était au tour de Sôla, un dangereux ravisseur recherché depuis 10 ans ou presque par les Forces de sécurité, d’être éliminé. La scène de cette neutralisation  définitive du bandit est survenue vers 21h30 sur une portion du By-pass à la hauteur d’Ankadindratombo. Le concerné a roulé en moto. Il savait  que les Forces de l’ordre l’ont pris en filature.  

Au moment où les gendarmes de la section de recherche criminelle ont  finalement voulu l’intercepter, le fugitif a ouvert le feu sur ses poursuivants. Du coup, un bref mais décisif échange de tirs entre les deux camps a eu raison du bandit. Sous les tirs de ses poursuivants, Sôla fut sérieusement blessé. Les gendarmes l’ont évacué d’urgence à l’HJRA Ampefiloha où il a succombé des suites de ses blessures quelques moments à peine après son évacuation.

Sôla avait de lourds antécédents et a eu maille à partir avec les Forces de l’ordre à plusieurs reprises. Mais il a toujours trouvé le moyen de s’échapper avec quelques-uns de ses complices.

Il a commencé sa cavale depuis 2010 après l’enlèvement d’un Indopakistanais. A l’époque, il a opéré  à côté de ses pairs, ceux considérés comme les plus dangereux que connaît le pays en matière d’enlèvement. Ses complices étaient Djaffar,  mais aussi d’autres comme Ndriana, Charles,  Gila, et le reste. Quelques années plus tard, Sôla a récidivé. En 2016, il a participé au côté de Bôlô, son complice au kidnapping d’un autre Indopakistanais, détaillant de pièces détachées de son état et auprès duquel les bandits ont réussi à extorquer 100 millions d’ariary. La même année, il a remis le coup avec un certain Mainty. A l’époque, les Forces de l’ordre ont pu capturer un kalachnikov appartenant aux bandits. L’homme serait également derrière le kidnapping survenu en 2017 à Alarobia.

Un an plus tard, l’enlèvement d’un Indopakistanais qui se trouvait sur une moto à Behoririka, c’était encore lui ! Là, Sôla a opéré avec Georgie et d’autres complices dont un ancien garde du corps  de personnalité. En 2018, le revendeur de parfum, un Indopakistanais fut enlevé. Sôla était encore derrière l’acte. Toujours la même année, mais en juin, c’était au tour d’un importateur de carburant au pays d’être enlevé. Là encore, Sôla et consorts ont obtenu une rançon de 100 millions d’ariary. Enfin, il y avait la terrible fusillade en août à Anosivavaka. Le nom de Sôla était encore cité…

Franck Roland

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

La Une

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff