Publié dans Société

Gratuité de l’inscription dans les EPP - Grogne des parents et directeurs d’établissement

Publié le lundi, 28 octobre 2019

Une décision à la fois incomprise et incomplète. La gratuité de l’inscription au sein des Ecoles primaires publiques (EPP), annoncée depuis quelques années, a toujours suscité des mésententes et grognes. Mais la situation s’est empirée cette année, avec les grèves observées dans certains établissements depuis la semaine dernière. C’était le cas aux EPP Manjakaray et Andraisoro ou encore à Ambatolampy Tsimahafotsy, où la décision ministérielle a entraîné diverses incompréhensions. Pour l’EPP Andraisoro, chaque parent d’élèves a dû payer des frais généraux s’élevant à 22 000 ariary, comprenant les salaires des enseignants FRAM et du gardien ainsi que du budget de fonctionnement. Pourtant, le ministre de tutelle a récemment recommandé le remboursement du droit d’inscription, variant entre 2000 et 5000 ariary par parent, pour les établissements qui ont déjà encaissé les frais généraux. Autrement dit, les cotisations des parents restent valables malgré la gratuité de l’inscription. Pourtant, les parents ont pensé qu’ils ne devront plus rien payer et ont réclamé la totalité de la somme déjà versée. Des directeurs d’établissement s’opposent, quant à eux, aux remboursements en avançant que cela nuirait au fonctionnement des EPP.

Aucune mesure  d’accompagnement ?

Le droit d’inscription est destiné notamment pour le fonctionnement des EPP, dont l’achat des craies, papiers et autres fournitures de bureau. Le ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et professionnelle n’a adopté aucune mesure d’accompagnement, notamment en cette rentrée scolaire. « La Caisse école pourrait assurer le budget de fonctionnement de l’établissement, quoique son déblocage tarde. En plus, il s’agit d’un montant symbolique, ne pouvant couvrir qu’une partie des besoins de l’école », constate une directrice d’établissement, voulant garder son anonymat par peur d’éventuelles répressions. Avec la gratuité du droit d’inscription, des enseignants paient de leurs propres moyens les craies et éponges faute de budget. De plus, certains établissements disposent de cantines scolaires, de dentisterie ou autres branches nécessitant plus de fonds. Outre l’absence de mesures d’accompagnement de cette décision, l’on constate une défaillance au niveau de la communication au sein du ministère de tutelle, ce qui favorise les incompréhensions.
A noter que, malgré les mésententes et manifestations, la rentrée des classes s’est tenue depuis hier pour la majorité des écoles publiques et certains établissements privés. L’année scolaire 2019- 2020, repartie en 3 trimestres, prendra fin le 30 juin 2020. Le premier trimestre s’achèvera le 20 décembre prochain…

Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Descente inopinée à la maison de force de Tsiafahy - Le traitement de faveur de Mbola Rajaonah démasqué
  • Lutte contre la malnutrition - L'usine promise par le Président de la République embarquée
  • Assassinat de Danil Radjan - Des révélations de la famille en vue 
  • Sénatoriales - Sans surprise, le parti TIM officialise son boycott
  • Extradition de Raoul Arizaka Rabekoto - La partie malagasy attend la réaction des autorités françaises et suisses
  • Encadrement juridique des élections - La CENI avance des « amendements »
  • Détournements à la CNAPS - L’Exécutif amorphe contre Raoul Arizaka Rabekoto
  • Palais d'Iavoloha - L'ambassadeur « malgachophone » fait ses adieux
  • Carburants - L’Etat doit encore 83 milliards d’ariary aux pétroliers
  • KMF-CNOE – Etat malagasy - Le Conseil d’Etat se déclare incompétent

Editorial

  • En avant, la relance !
    Le pays suffoque. L'économie s'agenouille. La pandémie de Covid-19, la faucheuse, menace toujours. C'est dans une telle atmosphère moribonde que le peuple malagasy est appelé à avancer, à relever ensemble le défi de la relance. L'Etat desserre l'étau du confinement. Apparemment, le bilan de la Covid s'améliore au fil des jours. Le nombre de décès diminue considérablement jusqu'à descendre à zéro ces derniers jours. Certes, le bilan des nouveaux cas de contamination continue à garder son rythme mais les chiffres restent modérés jusqu'alors. Raison pour laquelle les décideurs politiques au niveau de l'Etat osent prendre des mesures courageuses dans le sens du déconfinement. Il en faut bien du fait que tout le pays risque de payer trop cher le coût d'un confinement continu.

A bout portant

AutoDiff