Publié dans Société

Détournement de deniers publics et faux - 10 ans de travaux forcés pour Claudine Razaimamonjy

Publié le mardi, 10 décembre 2019

L'affaire Ambohimahamasina a été jugée à la Cour criminelle ordinaire du Pôle anti-corruption des 67Ha, hier. Devant la barre, les trois personnes principalement incriminées pour faux et usage de faux, abus de fonction, détournement de deniers publics et complicité. Le préjudice s'élève à plus de 396 millions d'ariary. A la fin d'un débat assez houleux, le  verdict du juge tombe : Claudine Razaimamonjy, la bouillonnante ex-conseillère spéciale de l'ancien Chef de l'Etat du parti HVM, écope d'une peine de 10 années de travaux forcés. De son côté, l'ancien maire de la Commune rurale d'Ambohimahamasina, Tsabo Pierre, est condamné à 6 ans de travaux forcés. Leur co-accusée répondant au nom de Saholy Jacqueline l'est à 8 ans de travaux forcés.

En revanche, P. Michel Ratsimaniraka est condamné par contumace à un an de travaux forcés, peine couplée à un mandat d'arrêt à l'audience. Enfin,  Houssein Abdoullah, le cinquième larron fut également condamné pour 10 ans, peine assortie d'un mandat d'arrêt à l'audience.

Pour revenir au cas de Tsabo Pierre, ce principal accusé dans l'affaire n'a pas cessé d'arguer qu'il a subi une énorme pression et des menaces émanant des caciques du pouvoir à l'époque pour signer l'ordre de virement de cette somme faramineuse. Devant le juge, il a beau affirmé n'avoir jamais  été mis au courant du déblocage de cette subvention exceptionnelle par l'Etat, soit la coquette somme de près de 396 millions ariary en vue des travaux de réhabilitation du bureau de sa Mairie. Pourtant, il ne peut nier le fait que c'est lui qui a apposé une fausse signature lors de la délibération du Conseil municipal, tout en sachant que le budget d'une petite Commune comme celle d'Ambohimahamasina ne doit pas excéder 40 millions d'ariary.

Quant à Claudine Razaimamonjy, c'est elle qui a fait pression par l'intermédiaire du ministre  Mahafaly Solonandrasana Olivier, pour l'ordre de virement des subventions exceptionnelles de la CR d'Ambohimahamasina, pour qu'elle puisse par la suite les utiliser à son profit. Ni la présidente de la Cour, ni le Procureur général qui a vu en Claudine le personnage clé de l'affaire à cause de son énorme privilège pour ce qui touche au marché public, encore moins les assesseurs n'ont pas donné crédit à ses ultimes tentatives pour se discréditer, en avançant qu'elle n'a fait qu'aider financièrement Saholy Jacqueline, son ancienne employée, qui se trouvait alors dans une précarité  financière, pour que celle-ci ait pu créer sa propre entreprise. En réalité, la Justice voit en Jacqueline sa marionnette dans ses magouilles.

A propos de celle-ci, elle s'est estimée d'avoir été qu'un simple instrument de l'ex-conseillère de Hery Rajaonarimampianina, et qu'elle n'a jamais mis les pieds à Ambalavao, ni à Ambohimahamasina. Or, c'était sur son compte bancaire que Claudine R. a effectué toutes ses opérations bancaires, sinon détourné ou prélevé un pan entier de la subvention de l'Etat, sous prétexte que l'ex-conseillère avait confiance en son honnêteté. De plus, le déblocage de la subventionnelle attribuée à la Mairie d'Ambohimamahamasina, a été facturée au nom de l'entreprise de construction de la dame Jacqueline.

Enfin, le témoignage d'un inspecteur général de l'Etat sur les agissements de tous les accusés, a été sans appel. Pour lui, le maire d'Ambohimahamasina est retenu du simple fait qu'en tout état de conscience des acquis lors d'une formation des maires sur la gestion financière, il aurait dû suivre toutes les procédures conformes à la loi en vigueur. Mais le concerné a délibérément omis de le faire avec l'affaire des subventions exceptionnelles pour les Communes rurales à l'époque.

Franck R.

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff