Publié dans Société

 Conflit entre parents et établissement scolaire - L’ONEP reçoit une plainte par semaine

Publié le vendredi, 10 janvier 2020

Depuis quelques jours, l’enseignement à Madagascar est confronté à une période difficile. Tout d’abord, un jeune collégien du CEG Ratsimilaho, situé à Toamasina, a été tabassé à mort par ses camarades. Et ensuite, il y avait la blessure volontaire d’un enfant de 3 ans et demi dans une école privée de la Capitale, un acte commis par son institutrice. Chaque semaine, l’Office national de l’enseignement privé de Madagascar (ONEP) reçoit au moins une plainte, non seulement à propos de maltraitance d’enfant à l’école, mais également d’autres cas.

D’après Tsarasidy Marcelin, directeur de l’ONEP, les parents ne sont pas encore disposés quant à la dénonciation des cas de maltraitance des enfants comme celui-ci.  Dans d’autres cas, ils effectuent une plainte, puis ils la retirent par crainte des représailles. « Souvent, les parents veulent régler l’affaire à l’amiable avec les établissements scolaires, puisqu’ils ont peur que la situation se dégénère », avance-t-il. Cependant, Madagascar a déjà ratifié la convention relative aux droits de l’enfant. Sur ce, frapper un élève est puni par la loi, que ce soit physiquement ou psychologiquement.

Ces deux cas de violences ont suscité une grande discussion sur les réseaux sociaux et ont alerté les responsables concernés. Selon la constatation du médecin, l’enfant battu par son institutrice présente des lésions dues à un pincement, ce qui aurait entraîné une incapacité temporaire. Le plus grave, c’est que ce dernier a subi un traumatisme moral. Il refuse désormais d’aller à l’école. Et à chaque fois que quelqu’un appelle la maîtresse en question, l’enfant soupire. Une situation qui, d’après le directeur de l’ONEP, témoigne de la gravité de sa blessure interne et externe.

Aussitôt, ses parents ont porté plainte auprès de l’ONEP. Ce dernier a envoyé une équipe afin de réaliser une enquête approfondie au sein de l’établissement concerné ainsi que les entourages. A l’issue de cette enquête, il a été prouvé que ce n’est pas la première fois que cette institutrice a fait ce geste. Des sanctions lui seront attribuées selon la gravité de la situation, que ce soit le retrait de l’autorisation d’enseigner, un avertissement ou encore le licenciement.

Retraçons brièvement les faits. Une petite fille âgée de trois ans et demi a été pincée par son institutrice puisqu’elle a dormi pendant un exercice. Malgré le fait que l’enfant portait un tablier et un autre vêtement à l’intérieur, son bras présente un bleu dû aux coups et blessures perpétrés par cette institutrice. Déjà, en 2017, la vidéo sur une enseignante prise en flagrant délit en train de frapper un élève d’une école privée sise à Anjanahary, a circulé sur les réseaux sociaux. Sur ce, l’autorisation d’ouverture du lycée et du pré-scolaire de cet établissement a été suspendue après la fin de l’année scolaire et l’enseignante a été condamnée à huit mois de prison avec sursis.

Anatra R.

Fil infos

  • Assemblée nationale - Une législature folklorique
  • Cementis Antsirabe - Vers une production annuelle d’un million de tonnes de ciment
  • Transport aérien - Madagascar Airlines renforce sa flotte avec un Embraer neuf 
  • Douane - Les trafics de matières nucléaires à la loupe
  • Ministre Tinoka Roberto - De l’huile sur le feu de la déception
  • Christine Razanamahasoa - Coup de couteau dans le dos de Rajoelina
  • Développement - « Madagascar peut dépasser ses voisins africains » selon la Banque mondiale
  • Forfait de Madagascar aux jeux de la CJSOI - Que les responsables soient sanctionnés !
  • Hajo Andrianainarivelo - «  L'une des mesures phares pour Madagascar, c'est d'établir une bonne gouvernance ! »
  • Drogue dure - La méthamphétamine s'achète à 150 000 ariary le gramme

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Quid du sort de l’environnement !
    Le pays se dégrade. Un constat amer pour tout citoyen jaloux de l’avenir de la Nation. A en croire l’article dûment élaboré par notre confrère tout récemment « Destruction de l’environnement » (vendredi 2 décembre), la machine environnementale de la Grande île tourne à la vitesse marche arrière. Un article qui se doit vivement d’interpeller tous les acteurs de développement du pays dont entre autres les autorités publiques, les élus, la Société civile, les mouvements associatifs, les lanceurs d’information, les simples citoyens, la communauté de base, etc.

A bout portant

AutoDiff