Publié dans Sport

Terrain  Pachamama Soavimasoandro - L’Etat ressaisit le bien au bénéfice de l’association

Publié le dimanche, 14 juin 2020

L’Etat malagasy a ressaisi son bien concernant la zone de recasement localisée à Soavimasoandro, et qui a été vendue par un particulier il y a 3 ans de cela lors du régime Rajaonarimampianina. Il s’agit d’une zone marécageuse que l’association Pachamama a aménagée depuis 2006, où un centre de rééducation, une bibliothèque et un terrain de rugby y ont été installés avec une autorisation légale de la Commune urbaine d’Antananarivo. Ces infrastructures en dur ont été construites sur le terrain durant les 10 ans pendant que l’association procédait à la demande du titre foncier à l’Etat malagasy. Et voilà qu’un certain huissier, maitre Alain Rakotonirina, débarquait sur le lieu avec des éléments des Forces de l’ordre pour déloger les enfants et les encadreurs, occupants du lieu.

 

La situation a été alarmante pour l’association Pachamama car presque la moitié de leur investissement était menacée. En effet, le soi-disant nouveau propriétaire, avec des faux documents montés de toute pièce, a labouré le terrain et clôturé le lieu.

Lors de l’avènement du régime Andry Rajoelina, les dirigeants de l’association et les encadreurs n’ont pas baissé les bras. « Nous avons réunis tous les dossiers suivant les démarches que nous avons déjà entamées et nous savons pertinemment qu’il est interdit de vendre des zones de recasement destinées à abriter les sinistrés», explique Avotra Tokiniaina Andrianarisoa, président de l’association.

Ce dernier a fait une  déclaration ce weekend dernier que le terrain sera rouvert au public une fois que l’état d’urgence sanitaire est levé. Rappelons que malgré les problèmes de terrain, les actions sociales de l’association se sont toujours bien déroulées. Et d’ores et déjà, les dirigeants envisagent de reprendre leur projet de fonder un grand dispensaire au bénéfice d’un millier de personnes aux alentours, un centre de rééducation sur le terrain et installer de gradin autour du terrain avec un terrain de foot à 7 ou terrain de basket mixte en annexe du terrain. En attendant, une centaine de cartons de vêtement chaud, venant des résidents français et de partenaires de l’extérieur, ont été distribués aux 217 enfants membres.

Elias Fanomezantsoa

 

Fil infos

  • Vols de rapatriement - «Les autorisations se négocient entre les Etats », dixit l’aviation civile de Madagascar
  • Factures JIRAMA mars-août - Le paiement reporté en 2021
  • Assassinat de Danil Radjan - Qui est le quatrième meurtrier ?
  • Pour les pays touchés par la pandémie de Covid-19 - Andry Rajoelina propose l’effacement de la dette
  • Code de la communication médiatisée - La boucle est bouclée
  • Flambée des cas de Covid-19 en Europe - Crainte sur la réouverture du ciel malagasy !
  • Maire d’Antananarivo - Le grand « moral » de Naina Andriantsitohaina
  • Sénatoriales - De quoi a peur le Groupe du Panorama ?
  • Affaire Raoul Arizaka Rabekoto - L'INSCAE réagit et précise
  • Tovonanahary Rabetsitonta sur la pandémie - « Les mesures préconisées par l'Etat malagasy ont été efficaces »

Editorial

  • Tache d’huile !
    Une brèche suffit pour que le fût d’huile déverse au compte-gouttes ou à gogo son contenu. L’huile, à la différence des autres liquides, a une propriété unique de se répandre tout naturellement couvrant le périmètre autour duquel elle est déversée. La tache envahit le pourtour. Le Chef de l’Etat accède à la demande de la population du Sud-est de considérer la scission de la Région de Vatovavy - Fitovinany en deux. Le débat autour de la question vient d’avoir lieu. Des notables de la Région, des chefs coutumiers, des élus et d’autres sensibilités se sont réunis autour d’une table sous la direction du Président pour en débattre. Hormis l’épineuse question de la répartition des six Districts à chacune des deux nouvelles Régions qui, en fait, crée des vagues, la démarche fait école.

A bout portant

AutoDiff