Publié dans Sport

Football - Confédération africaine - Ahmad dresse un bilan élogieux de son équipe

Publié le mercredi, 30 septembre 2020

2017-2021. Quatre ans à la tête de la Confédération africaine de football (CAF), Ahmad achève dans quelques mois son mandat. Comme tout dirigeant digne de ce nom, le président en exercice, à travers une brochure, a présenté son bilan. Au lendemain de son élection, le président Ahmad a prôné le changement dans la gestion du football africain en choisissant une nouvelle méthode de gouvernance. « Pour accomplir la vision, nous avons dû instaurer une nouvelle méthode de gouvernance inclusive, consultative dans laquelle le Comité exécutif a un réel pourvoir décisionnel. Nous avons bâti un socle solide et stable, apte à développer le football. L’essentiel des chantiers est entamé », avance le président Ahmad dans ce document de quatre pages qui résume ses quatre années à la présidence de la CAF. Un socle solide et stable, les actions entreprises par la CAF en pleine pandémie confortent les dires de Ahmad. « Le coronavirus a tout arrêté mais malgré l’absence de rentrées financières, nous avons pu aider nos associations membres et instaurer une nouvelle compétition à savoir la ligue des champions féminine », lit-on sur le document. Ces prouesses rendent fier le président en exercice qui s’est entouré, selon ses dires, de femmes et d’hommes de valeur dans l’accomplissement de ses fonctions que ce soit dans l’administration de la Confédération comme au Comité exécutif. Une Confédération gérée d’une manière plus rigoureuse comme l’atteste l’établissement d’un contrat de travail pour chaque employé à partir de l’année prochaine et grâce à la demande d’Ahmad à la FIFA d’auditer l’institution. Un partenariat avec l’instance mondiale du ballon rond qui a permis aux deux partenaires de fixer le cap et les réformes à venir inscrits dans le plan « Transform CAF 2021 ».
Toujours dans le cadre de la gestion financière transparente, Ahmad et son équipe ont décidé, entre autres de l’audit complet de la trésorerie de l’institution, puis des contrats de commercialisation du football africain, la dénonciation du mandat avec Lagardère qui présentait un problème de respect des règles de concurrence, la fin des pratiques obscures, à savoir des versements injustifiés et indus ou opaques ou bien le versement des rétributions hors contrat ainsi que la mise en place d’un système d’archive efficace permettant la traçabilité des mouvements financiers.
Un vaste chantier réalisé qui a emmené des partenaires à renouveler leur confiance à la CAF et à d’autres de venir dans le cercle des sponsors. Ainsi de deux à la CAN 2017, le nombre des sponsors est passé à 7, à l’édition 2019 de la CAN en Egypte. Et cerise sur le gâteau, c’est durant son premier mandat que les autorités égyptiennes ont enfin accepté d’octroyer un accord de siège à la CAF.
« Ces dernières années, nous avons pu compter sur des soutiens précieux qui ont partagé notre vision du football en Afrique et que je remercie  le président de la FIFA mais aussi nombre de chefs d’Etat de notre continent », note le Malagasy Ahmad. Lui qui, dans son bilan, a utilisé la première personne du pluriel et non celle du singulier pour la simple raison que « c’est un collectif qui dirige la CAF et qui ambitionne de l’élever aux standards internationaux ».
Rata



Fil infos

  • Sécheresse et dégradation des zones forestières - Toute la ville de Fianarantsoa privée d’eau à partir de demain
  • Mise en accusation de ministres à la HCJ - Accouchement difficile à l’Assemblée nationale
  • Concrétisation des « Velirano » - Une volonté présidentielle intacte à toute épreuve !
  • Kere dans le Sud - Le Gouvernement opte pour des solutions radicales et maximales
  • Peste bubonique - Cinq décès à Morarano Gara
  • Exportation illicite - 15 kilos d'or interceptés par les autorités
  • Projet Tana-Masoandro - Le site idéal a toujours été Imerintsiatosika
  • Rapatriement de devises - 3250 sociétés en situation d'irrégularité
  • Lutte contre le Kere dans le Sud - Les partenaires techniques et financiers derrière le régime
  • Coopération Madagascar – Nations unies - Un plan cadre pour la période 2021 – 2023 en gestation

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff