Publié dans Sport

Jeux des îles 2023 - Les Maldives se retirent de l’organisation, Madagascar se porte volontaire

Publié le dimanche, 25 octobre 2020

Un évènement tant désiré par le Chef de l’Etat malagasy et qui se concrétise. Lui-même a fait le déplacement à l’île Maurice lors des 10e JIOI de Maurice, à la tête d’une grande délégation, composée du ministre des Sports et de la Jeunesse malagasy ainsi que du président du Comité olympique national malagasy, pour faire un lobbying sur la candidature de Madagascar pour l’organisation de l’édition de 2023. Mais faute d’un dossier déposé en dehors de la date limite, c’était les Maldives qui l’ont remportée. Malgré cela, la Grande île se portait toujours candidat en plan B et reste en bonne position pour l’accueillir.

Pour cause, les Maldives annoncent leur retrait de l’organisation des Jeux de 2023. En raison de la crise, les Maldives, qui devaient organiser les jeux pour la première fois, ont informé le Conseil international des jeux (CIJ) le 20 octobre par leur ministre des sports, qu’ils seront en difficulté après cette pandémie, mais proposent de la reprendre en 2025.

Faute de moyens, les Maldives se retirent de l’organisation des Jeux des îles de 2023. La délégation des Maldives a organisé ce mardi 20 octobre une visioconférence avec les îles du CIJ afin de parler de la situation actuelle au pays. Le ministre des Sports des Maldives a fait une présentation de la situation préoccupante du pays due à la crise de Covid-19 (économique, touristique, sociale, etc.).

Ce dernier a expliqué que le pays ne pourra pas honorer son engagement avec l’organisation des prochaines Jeux des îles de l’océan Indien en 2023. Il a aussi fait amende honorable en disant qu’il n’était pas contre, qu’un autre pays récupère l’organisation. Les Maldives ont aussi proposé que les Jeux soient renvoyés pour 2025 et là, ils auraient eu assez de temps pour se remettre de l’effet de la Covid-19.

Cette nouvelle a, quand même, fait un heureux avec Madagascar qui a tout de suite proposé de reprendre l’organisation. Le président du comité olympique malagasy, Siteny Randrianasoloniaiko a confié que « La Grande île est prête à accueillir les Jeux en 2023, avec l’engagement du Gouvernement. Nous avons toutes les infrastructures qu’il faut, ce qui nous encourage à reprendre l’organisation. Nous avons la possibilité d’accueillir beaucoup de disciplines ».

Il faudra par contre patienter jusqu’à la prochaine réunion du CIJ, le mois prochain pour savoir si Madagascar sera bel et bien parmi les hôtes des Jeux des îles de 2023. Une réunion en visioconférence devra se tenir en novembre et une réelle se déroulera en février à Madagascar pour déterminer la tenue des 11eme Jeux de îles de l’océan Indien.

Recueillis par Elias Fanomezantsoa

 

Fil infos

  • Education, violences sur les mineurs, Kere, … - Le Président Rajoelina répond aux questions d’une trentaine d’enfants
  • Problèmes d’approvisionnement en eau de Fianarantsoa - Les solutions urgentes instaurées
  • Scrutin du 11 décembre - Les téléphones interdits dans l’isoloir
  • Sénatoriales - Vers la razzia IRMAR !
  • Exploitation halieutique - Un investisseur étranger arnaqué de plusieurs milliards ariary
  • Pénurie d’eau à Fianarantsoa - Henri Rasamoelina décèle des issues environnementales
  • Trafic de tortues - Quatre personnes placées sous mandat de dépôt à Fianarantsoa
  • Transport aérien - Les défaillances d'Air Madagascar mises à nu
  • Confédération africaine de football - Victime d’un attentat prémédité, Ahmad riposte
  • Conjoncture - Des problèmes sociaux à régler

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff