Publié dans Sport

Nicolas Dupuis - « Nous allons jouer pour créer l’exploit »

Publié le dimanche, 15 novembre 2020


De retour de la Côte d’Ivoire samedi dernier, l’équipe nationale malagasy a rejoint directement Toamasina où elle fera de nouveau face aux Ivoiriens demain pour le compte du match retour des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2022. Le match de demain au stade Barikadimy sera le sixième entre les deux sélections nationales avec un bilan plus que positif sur le plan comptable pour les Eléphants de la Côte d’Ivoire.  « Demain, nous allons jouer pour créer l’exploit. Certes, la Côte d’Ivoire est une belle équipe, une défaite face à ces stars semble logique mais on va aborder cette rencontre le mieux possible », rétorque le sélectionneur malagasy. La Côte d’Ivoire semble être en effet la bête noire des Malagasy comme l’attestent les 4 défaites et un nul en cinq confrontations.
Jeudi à la joute- aller à Abidjan, Madagascar aurait pu arracher le match nul mais « les dix minutes de déconcentration nous ont été fatales » selon Nicolas Dupuis. Lui qui se dit tout de même satisfait de ses protégés qui se sont battus avec leurs forces et qui ont affiché un état d’esprit irréprochable. Des observateurs ont émis des critiques ou remarques à l’issue de cette rencontre concernant notamment la non titularisation de Pascal dit Bapasy dans la charnière centrale ainsi que le remplacement de Voavy Paulin alors qu’il venait de marquer l’unique but des Barea. « Chaque observateur a évidemment le droit de donner son avis. Cela démontre l’engouement autour de l’équipe, et c’est une bonne chose. Pour le remplacement de Paulin, il avait déjà un carton jaune alors que le match était devenu très tendu. D’ailleurs, il m’a remercié de ce choix. D’autant plus que son successeur, Loïc, a fait une excellente rentrée », explique le technicien français des Barea.
Pour démentir les critiques des uns et des autres sur son comportement après son remplacement, Voavy Paulin, sur les réseaux sociaux, a tenu à expliquer qu’il s’est fâché non pas contre le coach mais son coéquipier qui, comme lui, a été remplacé et a affiché son mécontentement. « J’ai dit à ce zandrikely (petit frère) qu’il n’a pas le droit de se comporter ainsi mais de respecter le choix du coach », affirme Voavy Paulin qui, selon Nicolas Dupuis, a totalement compris le motif de son remplacement.
L’absence demain du 2e capitaine des Barea, Lalaina Nomenjanahary dit Bôlida, paraît un handicap pour la sélection nationale. « Oui, j’admets que c’est un handicap. Mais j’ai un groupe et une équipe », rassure le coach des Barea. D’après les dernières nouvelles, Bôlida ne pourra pas revenir sur terrain avant deux mois suite à une entorse du ligament interne du genou droit.
A part Bôlida, tous les joueurs appelés pour le match d’Abidjan sont tous présents à Madagascar et selon Nicolas Dupuis, « il n’y a rien à signaler sauf la fatigue ». Le sélectionneur regrette tout de même l’absence du public. « C’est dommage car on aurait voulu vivre un moment fort avec nos supporters. Mais il faut appliquer le règlement et les mesures sanitaires. La santé de chacun passe avant tout », relativise Nicolas Dupuis.
Rata

Fil infos

  • Préfet de police d’Antananarivo - Le territoire de son ressort
  • Ministère de la Culture et de la Communication - Un tremplin vers la professionnalisation des artistes
  • Election du président de la Confédération africaine de football - La honte pour l’Afrique !
  • Construction illicite - Un Nabab nargue la Mairie d’Antananarivo
  • Indisponibilité de Soamandrakizay - Tant pis pour l’Opposition
  • Conseil des ministres - Le président de l’Université de Toamasina limogé
  • Etudes universitaires - L'époque où les bourses n'étaient pas systématiques !
  • Caisse de retraites civiles et militaires - Un déficit de 213 % l'année dernière
  • Barea de Madagascar - Ne tirez pas sur l’artiste Dupuis !
  • Tests Covid-19 - Attention aux faux négatifs !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un couple battant
    Le jeune couple ne se laisse guère abattre. Moralement et physiquement solides, le Chef de l’Etat et la Première dame tiennent bon et ce en dépit des attaques sordides.

A bout portant

AutoDiff