Publié dans Sport

Jeux des îles de l'océan Indien 2023 - Madagascar organisera-t-elle la 11eme édition ?

Publié le dimanche, 06 décembre 2020

 La Grande île présente des infrastructures crédibles. Des travaux complémentaires sont prévus et devraient être finalisés à temps, reste le choix de la commission. Les partenaires se sont donné rendez-vous ce 6 décembre 2020 pour étudier le cas de la Grande île.

 

Avec l’abandon inattendu des Maldives, le CIJ (Conseil permanent international des Jeux des îles de l'océan Indien) s’est réuni ce 6 décembre 2020 afin de statuer sur l'avenir de la 11ème édition. Le CIJ n’a pas encore fait de communiqué officiel mais le président du Comité olympique malagasy (COM) Siteny Andrianasoloniaiko, a déjà confirmé, hier, que Madagascar a eu l’organisation des JIOI 2023, et il fera le déplacement pour l’Ethiopie afin de signer l’engagement de Madagascar dans son organisation avant de le rendre après au Président de la République malagasy Andry Rajoelina.

Les crises sanitaires, économiques et politiques qui touchent tous les pays permettent-elles de maintenir ce rendez-vous ? Renoncer à cette fête du sport n'est-il pas un signal négatif, surtout, trois ans avant le possible événement !

Ces questions et de nombreuses autres, plus techniques et pratiques, seront au cœur des échanges entre les membres des représentants du monde sportif des différents pays. Madagascar est candidat à l'organisation des compétitions. La Grande île possède déjà des stades, piscines et dojos.

Pas de JIOI en 2023 avec des crises sanitaires

Dimanche dernier, l'île Maurice, les Comores, les Seychelles, les Maldives, Mayotte et La Réunion ont étudié les possibilités d'organiser les jeux en 2023 à Toamasina. Un gymnase de 4 000 places est en projet. Sa construction est lancée mais avec l'épidémie, les travaux ont été interrompus. L'ancien stade municipal et sa piste d'athlétisme seront, eux aussi, modernisés et refaits à neuf.

Une première visite des installations a été effectuée et, d'ici à trois ans, les projets devraient être finalisés. Cette projection prend en compte les crises sanitaires difficiles qui touchent le pays. La famine, la Covid, le paludisme ou la peste préoccupent les dirigeants malagasy, tout comme les organisateurs des jeux. Les JIOI 2023 pourront avoir lieu à Madagascar sous conditions. Les infrastructures ne seront pas le seul critère !

Recueillis par E.F.

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff