Publié dans Sport

Football- Nicolas Dupuis - « Des locaux intégreront le groupe de la CAN et du Mondial »

Publié le mardi, 05 janvier 2021

La vérité (+) : Comment a été l'année 2020 pour vous ?
Nicolas Dupuis, sélectionneur de l’équipe nationale Barea (-) : L’année 2020 a été évidemment particulière du fait de la pandémie. D’une manière générale, je trouve qu’à Madagascar, la situation a été très bien gérée. D’un point de vue football, les compétitions continentales ont été repoussées, la Pro-League a été arrêtée. Finalement alors que nous n’avons pas pu bénéficier de l’apport des joueurs locaux qui étaient hors compétition. Et en l’absence de certains cadres touchés par la maladie ou blessés, nous avons pris le point que nous voulions aller chercher contre la Côte d’Ivoire. Aujourd’hui, nous sommes premiers ex æquo, ce qui demeure une belle performance. Concernant nos projets d’académie, nous avons avancé.
 (+) : Qu’en est-il des projets pour 2021 ?
(-) : Tout d’abord, les Barea ont des rencontres capitales en mars, juin, septembre et octobre. En mars, nous jouerons notre qualification pour la CAN. Un bon résultat sur les deux rencontres pourrait nous permettre d’aller au Cameroun. En juin, septembre et octobre, nous jouerons les qualifications pour la coupe du monde. Pour l’académie, un tournoi va être organisé prochainement de février à novembre réunissant les meilleurs 15 et 16 ans de Tana. A l’issue du tournoi, les meilleurs seront retenus. Dans le même temps, avec les anciens Barea, nous allons organiser des détections dès ce mois de janvier en Province.
(+) : Revenons aux Barea, Thomas Fontaine s’est blessé, par qui pensez-vous le remplacer ?
(-) : Premièrement, je tiens à lui souhaiter un rétablissement le plus vite possible. C’est une mauvaise nouvelle tant pour lui que pour nous. Pour répondre à votre question, j’espère que Pascal et Jérémie seront là, et Théodin, que je suis allé voir à Mahajanga me semble le joueur qui correspond et qui devrait remplacer Thomas numériquement dans le groupe.
(+) : Justement, y aurait-il des locaux dans la sélection de mars ?
(-) : Théodin devrait être présent, Nina aussi. Et comme la compétition nationale a repris grâce au président Arno, cette fois-ci comme auparavant, quelques joueurs locaux vont être appelés. J’ai par exemple retrouvé un très bon Rinjala à Mahajanga, l’autre jour. Il y en aura d’autres.
(+) : Un élément de Fleury serait sollicité ?
(-) : (Rires) Cela n’est pas du tout d’actualité.
 
Propos recueillis par K.R.

Fil infos

  • Covid-19 - Un reconfinement pas à l’ordre du jour
  • Exécutif - Aucun remaniement gouvernemental à l’horizon - Halte à la désinformation dans l’affaire des 73.5kg d’or !
  • Sénateur Rakotondrainibe Andrianantenaina - « Le MMM sera une force de proposition au Sénat »
  • Cour administrative d’appel - Mise en place demandée par la Cour suprême
  • Donald Trump - Mis en accusation pour la seconde fois et isolé par les médias !
  • Assemblée nationale - Deux nouveaux députés à l’Hémicycle de Tsimbazaza
  • Sécheresse dans le sud - Le stockage d’eau comme priorité
  • Trafic illicite de 73,5kg d’or - Mali confirme l’usage de faux par les trois ressortissants malagasy
  • Journée des officiers - Une célébration sobre et symbolique à Iavoloha
  • Trafic illicite de 73,5kg d’or - L’avion de la STA saisi !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Esprit solidaire !
    L’heure est grave ! L’intraitable « Kere » dans le Sud fait fuir des gens. La Covid-19 reprend le poil de la bête. La violence atteint le paroxysme. Les sociétés et entreprises ne sont pas encore sorties de l’auberge des suites des frappes aveugles de la pandémie du coronavirus durant l’année passée. Le moment crucial arrive où nous devons, tous sans exception, faire preuve d’esprit solidaire. Chacun doit se sentir concerné sans être forcément responsables du malheur d’autrui. La solidarité nationale s’avère être la solution la meilleure sinon l’idéal.Dans le Sud, l’intensité de la sécheresse atteint, cette fois-ci, un degré… inhumain. Quand les gens de la région concèdent à fuir ou à abandonner la terre de leurs Ancêtres, leurs animaux d’élevage et leurs activités cela explique une situation inédite voire intenable. Depuis l‘époque coloniale jusqu’à un passé récent, les autorités publiques ont tenté de convaincre les habitants du grand Sud,…

A bout portant

AutoDiff