Publié dans Sport

Haltérophilie - Championnat national

Publié le lundi, 15 novembre 2021


La relève nationale. Les 12 et 13 novembre derniers, le gymnase couvert d’Ankorondrano a accueilli le championnat national d’Haltérophilie. Une compétition durant laquelle le mot d’ordre est le dépassement de soi.
Un total de 150 athlètes issus de la ligue Atsinanana, Analamanga, Boeny, Vakinankaratra, Itasy, divisés en trois plateaux, ont tout donné pour soulever des poids de plus en plus lourds pour arracher le titre. La compétition était rude car chaque athlète a donné le meilleur de lui-même pour surpasser ses concurrents.
Faute de moyens, seule la ligue d’Alaotra-Mangoro a manqué à l’appel.  L’événement s’est déroulé en deux épreuves : l’arraché qui consiste à soulever la barre au-dessus de la tête en un seul mouvement avec les bras tendus, et l’épaulé-jeté dans lequel le sportif lève la barre en deux temps, en la bloquant d’abord sur les épaules et le haut de la poitrine, avant de tendre les bras. Les athlètes ont chacun eu trois tentatives chacune, et s’ils y arrivaient, alors ils devaient choisir un poids plus lourd que le précédent à soulever.
« Les athlètes se sont bien bagarrés, des records personnels ont été battus. Ils avaient tous un état d’esprit combatif, ils étaient là pour tout donner pour le club et pour ce sport. Malgré, l’état d’urgence sanitaire, les athlètes n’ont cessé de s’entrainer chez eux. La commission médicale et les techniciens de la Fédération ont été mobilisés pour les suivre de près. Le plateau était très relevé durant ce championnat vu la performance que ces athlètes montraient. Nous avons déjà de la relève pour les huit prochaines années », explique Harinelina Andriamanarivo, président de la Fédération Malagasy d’Haltérophilie, de Musculation et du Culturisme.
Au-delà des records personnels, Tojo Alain Andriatsitohaina a battu le record de Madagascar en épaulé-jeté chez les moins de 73kg en soulevant la barre de 162kg. Il a même tenté la barre de 170kg mais le prochain sera peut-être le bon. 11e au classement olympique, Tojo Alain Andriatsitohaina revient cette année. Il reste encore motivé malgré ses multiples titres africains et veut encore aller plus loin. Son objectif est de revenir au J.O de Paris en 2024 et de remporter la première médaille Malagasy à ces jeux universels.
Tout dépendra encore des conditions d’entrainement et de soutien de l’Etat malagasy à la Fédération. Ce dernier prévoit les élections régionales avant la fin
d’année et celles fédérales le 6 janvier 2022.
Elias Fanomezantsoa

Fil infos

  • Débordement du barrage d’Antelomita - Evacuation immédiate des riverains de l’Ikopa
  • Dégâts des intempéries sur la Route nationale - Les stocks de carburant suffisants pour la Capitale
  • Rajoelina dans les bas-quartiers - Le courant passe toujours !
  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Transparence oblige !
    L'autre fois, il a été question que nous jugions impérieux de livrer à travers la colonne ci-présente un sujet responsable : l'obligation à l'austérité. Un concept qui fâche mais c'est un passage obligé vers la bonne gouvernance. Autrement, la culture de la tempérance, de la sobriété et de la modération doit être inculquée à tous les niveaux du pouvoir. Il fut un temps où l'on avait inculqué aux élèves de l'Ecole officielle, l'ancêtre de l'Ecole primaire publique (EPP), en cours d'instruction civique, la notion de « tempérance », de « sobriété » et de « modération ».

A bout portant

AutoDiff