Publié dans Sport

Ladies Makis - Nicolas Ramanamirija montre l'exemple 

Publié le vendredi, 05 août 2022

Un jeune malagasy de 16 ans, qui joue au poste de trois-quarts centre du Stade Français Paris catégorie U16, prête main-forte aux Ladies Makis dans le cadre de leur préparation pour la Coupe du monde en Afrique du Sud en septembre. Zina Nicolas Ramanamirija, accompagné par ses parents, Bob et Murielle Ramanamirija, n'est pas venu les mains vides en rendant visite aux joueuses à l'entraînement au stade Makis.

En effet, il a apporté des dons aux membres de l’équipe nationale féminine. Une tonne de riz, deux cartons d'huile et des sacs de céréale ont été remis à la fédération du Malagasy Rugby représenté par son secrétaire général Bien Aimé Solofoson.

« En tant que Malagasy, je suis venu soutenir les Makis avec le peu que j'ai pour que l'équipe puisse se préparer au mieux pour aller au plus loin possible dans cette compétition. On va les aider comme on peut, tout dépend des manques à gagner de l'équipe », avance le jeune joueur expatrié malagasy.

En contrepartie, en guise de reconnaissance, les « Ladies Makis » ont offert du Hakka en guise de cadeau pour leurs visiteurs. « Notre mission est de défendre le fanion national à la Coupe du monde. On tient vivement à le remercier pour ces aides qui tombent à pic. Maintenant, nous pouvons nous concentrer sur nos préparations sans avoir des soucis pour les besoins quotidiens de nos familles. Cela est pour nous une immense motivation et de l'énergie. En réponse, nous fournirons tous les efforts nécessaires pour rehausser au plus loin la fierté nationale », ajoute la capitaine de l'équipe nationale « Grande ».

E.F.

Fil infos

  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • 10 août, une aubaine… 
    Le pays rendra hommage aux victimes de la tuerie de Mandrimena (Andoharanofotsy) demain. En effet, le 10 août 1991, des dizaines voire des centaines, certains avancent même des milliers de concitoyens, ont été abattus de sang-froid par des éléments de la Garde présidentielle, à l’époque de l’Amiral Didier Ratsiraka, sur le terrain vague de Mandrimena, entre Andoharanofotsy et Iavoloha.Les dirigeants de la lutte populaire issus du « Hery velona Rasalama » conduits par feus Zafy Albert et Andriamanjato Richard décidèrent sur la place du 13 Mai, ce 10 août 1991, d’aller avec des milliers de manifestants rejoindre le Palais d’Iavoloha pour entamer une concertation directe avec le maitre des lieux à savoir Didier Ratsiraka, Président de la République démocratique, et ce afin de dénouer la crise qui a trop duré dans le cadre d’un dialogue direct. Seulement, l’affaire a mal tourné. Les éléments d’élite de la GRP, survolant par hélico,…

A bout portant

AutoDiff