Publié dans Sport

Football- Accusation contre le président de la CAF - « Des révélations sans preuve » dixit Papa Soulé

Publié le mercredi, 24 avril 2019

Les nouvelles sur les accusations d’Amr Fahmy contre le président de la confédération africaine de football se répandent très vite comme une traînée de poudre. Voici six mois que ces accusations existent mais les preuves n’ont jamais existé. On parle de plus en plus dans le milieu footballistique mondial que les accusations sont justes pour ternir l’image d’Ahmad. Papa Soulé qui est connu pour son amour de ce sport roi alerte l’opinion nationale en général et le pouvoir étatique en particulier car s’attaquer à Ahmad en ce moment où doit se tenir après quelques semaines les compétitions continentales, on s’attaque au football malagasy. Papa Soulé s’inquiète du fait que le ministère des Sports reste de marbre alors qu’il est de son devoir de réagir contrer ce velléité de nuisance au moral de notre équipe nationale. INTERVIEW

La Vérité : Pour la première fois dans l’histoire du football malagasy l’équipe nationale accède à la phase finale de la compétition continentale. En tant que féru de ce sport roi comment analysez-vous la chance réelle de Madagascar.

Papa Soulé : Pour moi, le fait  de participer à ce sommet continental est déjà un succès immense de notre équipe nationale. Ma fierté qui est aussi celle de tout un peuple est  tellement justifiée car tout au long des phases de poule, notre équipe n’a perdu que deux matches dont les résultats finaux n’avaient plus d’impact pour notre qualification. Notre Barea avait affronté ces phases de poule comme des grands. Disposer d’un match nul face au  géant mondialiste du Sénégal à Mahamasina n’est pas donné à n’importe quelle équipe. C’est un signe très positif à mon avis et j’espère que cet élan peut continuer.

Question : Malgré tout, Madagascar est classé parmi  les petits poucets de ce sommet continental, est-ce que la chance de Barea n’est-elle pas très mince au risque faire tomber rapidement cet enthousiasme ?

Papa Soulé : Dans des rencontres de très haut niveau, il existe toujours de surprise et les pronostics, très rationnels soient-ils,  ne tombent pas toujours justes. Certes, comme vous dites, Madagascar est pour le moment considéré comme un petit poucet par les commentaires des grandes stations audiovisuelles internationales mais ne soyons pas dérangés par quoi que ce soit. Essayons de voir grand devant nous. On peut positiver ce qualificatif de petit poucet pour libérer notre équipe de toute pression. Elle doit avoir seulement en tête une mission assignée par le peuple et la Nation entière. Moi, je ne crois pas au miracle mais je crois à une performance accrue au long des ces rencontres internationales et surtout aux périodes de regroupement assez suffisantes pour une meilleure combinaison des jeux. Le football  est avant tout une histoire de motivation, d’ambition et de cohésion  de l’équipe en se libérant de toute forme de pressions, une question de soutien moral et logistique. Le coaching vient enfin pour tout coiffer. Tout dernièrement dans les grandes compétitions européennes de champion’s league, qui aurait cru que l’Ajax d’Amsterdam, jugé comme un petit poucet européen dans ces compétitions,  allait mettre au tapis les deux géants Real de Madrid et la Juventus de Turin mais c’était arrivé. Ma comparaison sur les deux petits poucets est peut-être malpropre pour certaine personne mais je dois vous affirmer avec conviction que le football est aussi ça.

Question : Justement, à propos de moral de l’équipe, est-ce que cette affaire concernant le président Ahmad n’est-elle pas en train de secouer notre équipe nationale ?

Papa Soulé : Est-ce qu’on peut appeler par « affaire » une accusation sans fondement ni preuve. Cela fait maintenant six mois que cet Egyptien, ancien cadre de la CAF, sous le nom de Amr Fahmy s’acharne contre

le président de la Confédération africaine de football sur cette histoire montée de toutes pièces à propos de ce que cet homme appelle corruption et harcèlement sexuel. Ce n’est pas pour la première fois qu’Ahmad est victime des machinations de quelques anciens cadres de cette institution footballistique africaine. On se souvient des manœuvres sordides à son encontre orchestrées par  quelques anciens cadres autour  de Issa Haymatou dont Amr Fahmy en fait partie sur  une hypothétique histoire de pot- de- vin lors de l’élection de Qatar pour abriter le Mondial de 2022 . Ils n’ont pas pu avoir  gain de cause, au contraire ils étaient battus à plate couture par Ahmad lors de l’élection du président de la Confédération ce qui a encore fait monter d’un cran l’intensité de leur frustration et haine. En position de faiblesse encore et humiliés par le transfert par la décision de la CAF le site des phases finales de la CAN 2019 en Egypte, ils sont en train de remuer ciel et terre pour  chasser Ahmad de son piédestal  ce qui explique cette nouvelle manœuvre mettant en avant la fausse accusation d’harcèlement sexuel. Personne n’est dupe car ce sujet est très sensible dans un pays comme l’Egypte, très attaché à la religion musulmane, et ses adversaires espèrent faire mal au plus haut point à Ahmad une fois ces » nouvelles »  sont divulguées or ce n’était pas le cas.

Question : Comment expliquer cet acharnement extrême contre Ahmad ?

Papa Soulé : Il y a deux choses importantes dans le sillage de ces machinations. Il y a d’abord le fait que l’équipe d’Issa Haytou dont Amr Fahmy est membre a régné sans partage pendant  des années au sommet du football africain. Vous imaginez aisément l’envergure dont elle dispose car le football mondial dont la CAF en fait partie est tout un  ensemble de  réseaux planétaires. C’est ça qui fait mal à cette équipe. Il y a ensuite quelque coïncidence inattendue comme quoi, le football malagasy se hisse à l’échelle continentale au moment où les réformes du nouvel exécutif de la CAF sont mises en exécution. On a parlé même dans les coulisses  pour la qualification de Barea des matches truqués. Des genres d’attaques tout simplement bêtes et méchantes comme ça, Ahmad  à leur avis sera peut-être  accusé une fois encore de favoritisme.

Question : L’éventuel impact sur le football malagasy en général ?

Papa Soulé : Si on ne réagit pas d’une manière collective et au niveau du pouvoir étatique, cela risque de faire mal à notre football en particulier et à notre pays en général. Je m’inquiète énormément de cet immobilisme du ministère des Sports face à ces machinations sans fin. C’est Ahmad qui est peut-être visé mais il faut faire très attention. Dès qu’un de nos ressortissants arrive à un poste d’envergure  continentale voire planétaire, il représente tacitement notre pays et notre peuple. S’il est malmené par des adversaires via des accusations sans fondements  pour mille raisons, il est du devoir du peuple malagasy et de l’Etat malagasy de faire des investigations et de  soutenir Ahmad  ainsi que de réagir fermement dans le cas où il ne s’agit que de la haine déplacée. Attaquer Ahmad c’est attaquer le football malagasy en général. La machination sordide de cet Egyptien Amr Fahmy est un acte désespéré d’une personne qui a tout perdu d’un coup.

La rédaction

Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff