Publié dans Sport

CAN 2019 - Les Barea acclamés par la foule

Publié le dimanche, 14 juillet 2019

La date du dimanche 13 juillet 2019 est à jamais marquée dans l’histoire de Madagascar. Une marée humaine a déferlé la route reliant l’aéroport d’Ivato et le stade de Mahamasina pour accueillir les Barea de Madagascar de retour au pays. Il a fallu 12h de temps au cortège de l’équipe nationale pour effectuer les 18,4 km. Surpris par l’engouement incroyable de la foule, même les joueurs n’ont pas cru de leurs yeux. On jamais vu un tel accueil dans le pays auparavant. Même le Président de  la République Andry Rajoelina les a attendus pendant 5h temps devant le stade pour honorer leur arrivée. Le Chef de l’Etat a prévu de décorer les Barea ce jour avant que les joueurs expatriés quittent le pays pour l’Europe afin de rejoindre leur club respectif. Dès leur apparition sur le tarmac de l’aéroport, pas moins de 6000 personnes les ont acclamés en brandissant le drapeau  vert-blanc-rouge et  sont vêtues de tee-shirts où est inscrit « Misaotra Barea », ou de la copie du maillot de l’équipe nationale.


Un accueil plus que légendaire
 Un accueil de bienvenue digne d’une légende planétaire que les Malagasy ont réservé à leurs héros nationaux. Même Telma Madagascar, partenaire numéro Un du football malagasy, a réservé sa propre surprise aux Barea, en mettant un grand panneau publicitaire  « Misaotra Barea », avec une photo d’équipe devant l’entrée de l’aéroport et d’autres panneaux sur lesquels on a vu une photo de chacun des joueurs tout au long des rues de la Capitale.
Très ému, le capitaine Fanava Ima Andriantsima était le premier à se fondre en larmes dès la descente de la délégation à Ivato. Déjà, il a fallu 1h30 aux joueurs pour rejoindre leur bus. C’est du jamais vu dans l’histoire du pays. Des millions  de supporters qui veulent faire des fêtes populaires au pays en profitant du passage des Barea.  « La tristesse et la fatigue se sont dissipées en voyant cette foule qui est venue nous accueillir. Comme si on a gagné la CAN malgré notre élimination. Je suis très touché par l’enthousiasme des Malagasy qui sont venus nous accueillir. Je n’arrive toujours pas à croire ce que je vois »,raconte Faneva Ima. Pour Pascal Razaka dit Bapasy « On  ne s’attendait pas du tout à un tel accueil. Malgré la fatigue et la déception sur notre élimination, tous les joueurs sont éblouis par la situation », s’exclame le natif de Mahajanga. « Accueil très chaleureux. Je tiens à remercier sincèrement chacun d'entre vous pour nous avoir démontré une fois encore votre confiance, votre appui et votre amour. Merci infiniment, merci de tout mon cœur », s’exalte Melvin Adrien, la star de l’équipe.  L’engouement a continué, hier, devant l’hôtel le Louvre à Antaninarenina.
 Elias Fanomezantsoa

Fil infos

  • Débordement du barrage d’Antelomita - Evacuation immédiate des riverains de l’Ikopa
  • Dégâts des intempéries sur la Route nationale - Les stocks de carburant suffisants pour la Capitale
  • Rajoelina dans les bas-quartiers - Le courant passe toujours !
  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Transparence oblige !
    L'autre fois, il a été question que nous jugions impérieux de livrer à travers la colonne ci-présente un sujet responsable : l'obligation à l'austérité. Un concept qui fâche mais c'est un passage obligé vers la bonne gouvernance. Autrement, la culture de la tempérance, de la sobriété et de la modération doit être inculquée à tous les niveaux du pouvoir. Il fut un temps où l'on avait inculqué aux élèves de l'Ecole officielle, l'ancêtre de l'Ecole primaire publique (EPP), en cours d'instruction civique, la notion de « tempérance », de « sobriété » et de « modération ».

A bout portant

AutoDiff