Publié dans Sport

Coupe d'Afrique des Nations 2019 - Les artisans de la belle aventure des Barea

Publié le lundi, 15 juillet 2019

La première participation de Madagascar à une phase finale de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) s'est avérée une belle aventure. Non seulement du fait que c'est une grande première mais surtout de la prouesse réalisée par sa sélection nationale en ne faisant éliminer qu'en quarts de finale. Et ce après avoir dompté certaines grandes nations du football continental à l'image de la Guinée, du Nigeria et de la RD Congo. Ces deux derniers, notons-le, sont des illustres du ballon rond africain à travers respectivement leur équipe nationale, vainqueur de l'épreuve et maintes fois mondialistes, et de leur club à savoir le Tout puissant Mazembe, multiples champions d'Afrique. Ainsi, le parcours des Barea mérite amplement d'être salué à sa juste valeur.

 

Cet exploit n'est pas toutefois le fruit du hasard et loin d'être le travail d'une seule personne ou d'une entité. Evidemment, la palme revient indéniablement aux joueurs qui ont vendu chèrement leur peau et mouillé leurs maillots ainsi que le staff technique de la sélection nationale, toujours aux petits soins de ses protégés.

« Notre effectif est loin d'être le plus capé à la CAN. Mais on a essayé de combler la différence en jouant avec notre cœur tout en pensant avant chaque match à nos millions de compatriotes qui attendent quelque chose de nous. Certes, on voulait aller loin mais c'était peut-être nos limites », affirme un joueur des Barea. A part ces premiers artisans de cette aventure fabuleuse qui restera à jamais dans le cœur des 25 millions de malagasy, c'est ensuite la combinaison des efforts apportés par les autorités publiques, le secteur privé et notamment les supporteurs de la première et dernière heure.

A commencer par l'actuel Président de la République, Andry Rajoelina, qui avant même son accession à la magistrature suprême a fortement aidé la sélection nationale. Une fois à la tête de l'Etat, il a redoublé son soutien en accordant un appui financier conséquent aux Barea et la dernière en date c'est ce déplacement en Egypte avec à la clé cette initiative louable d'affréter des avions pour les supporteurs malagasy en huitième et quart de finale. Il n'est pas étonnant ainsi que le représentant des Barea, à chaque prise de parole, lui adresse les sincères remerciements de l'équipe.

Un artisan de l'accession de Madagascar à la CAN se nomme Ahmad. Ancien président de la fédération nationale, il est le premier à avoir insisté et réalisé l'intégration des expatriés dans la sélection malagasy à l'image du capitaine emblématique des Barea, Johan Paul. La plupart des éléments « locaux » qui forment l'ossature de la formation actuelle avaient connu leur éclosion à travers les compétitions internationales des jeunes auxquelles les malagasy participent régulièrement, à la présidence d'Ahmad à la fédération. Elu à la tête de la Confédération Africaine (CAF) avec son équipe, il a élargi la phase finale de la compétition à 24 équipes. Une petite porte ouverte à laquelle se sont engouffrés, à cette édition 2019, trois Nations qui n'ont jamais participé à l'épreuve, la Mauritanie, le Burundi et Madagascar. « Nous étions toujours bloqués à la seconde place non qualificative à la phase finale auparavant. Avec cette nouvelle formule, c'est une chance inouïe à saisir pour le pays » affirme Fidy Rasoanaivo, ancien joueur international malagasy.

Le secteur privé n'est pas en reste dans cette belle aventure. Telma reste sans doute en pole position en soutenant à bout de bras pendant plus d'une décennie le football malagasy. Compétitions nationales, les équipes des Barea toutes catégories ont bénéficié de ce soutien indéfectible de Telma. Et pour cette CAN 2019, son directeur général, Patrick Pisal Hamida, a mobilisé autour de lui d'autres sociétés privées pour former le club des partenaires dont le principal but est d'apporter leur contribution financière aux Barea. La Star, une fidèle parmi les fidèles partenaires du football malagasy figure sur la liste des membres de club des partenaires qui a également fait des pieds et des mains pour que les maillots officiels et authentiques des Barea soient à la disposition du public. Le slogan « safidiko malagasy » prend ainsi tout son sens avec les actions de cette société de télécommunications envers le sport Roi de la Grande île.

La qualification acquise, des départements ministériels ont fait de leur mieux afin d'apporter leur contribution. Celui du ministère de la Communication et de la

culture (MCC) a joué pleinement son rôle. Ayant sous sa tutelle, la télévision et la radio nationale, le MCC a puisé dans ses ressources financières pour que les contribuables malagasy jouissent gratuitement de la festive autour de la CAN. Et malgré le coût exorbitant du droit de retransmission TV, la ministre Lalatiana Andriantogarivo Rakotondrazafy a débloqué un budget propre de son département la bagatelle somme de 2 milliards Ar. Une somme qui couvre également toutes les compétitions interclubs de la CAF et du Championnat d'Afrique des Nations (CHAN).

En dernier lieu, et non des moindres, le peuple malagasy dont les ondes positives ont traversé les frontières pour atterrir en Egypte. Pour une fois, il était en fusion totale avec son équipe nationale durant toute la compétition. Si la réticence de certains était de mise après les trois matchs amicaux de préparation, elle s'est effacée après la première rencontre contre la Guinée (2-2). Ce résultat nul s'est avéré comme le déclic pour mettre tout le monde dans le rang. L'accueil triomphal, samedi dernier, constitue une preuve irréfutable que le peuple était uni pour le meilleur et le pire avec les Barea….

Rata

 

Fil infos

  • Education, violences sur les mineurs, Kere, … - Le Président Rajoelina répond aux questions d’une trentaine d’enfants
  • Problèmes d’approvisionnement en eau de Fianarantsoa - Les solutions urgentes instaurées
  • Scrutin du 11 décembre - Les téléphones interdits dans l’isoloir
  • Sénatoriales - Vers la razzia IRMAR !
  • Exploitation halieutique - Un investisseur étranger arnaqué de plusieurs milliards ariary
  • Pénurie d’eau à Fianarantsoa - Henri Rasamoelina décèle des issues environnementales
  • Trafic de tortues - Quatre personnes placées sous mandat de dépôt à Fianarantsoa
  • Transport aérien - Les défaillances d'Air Madagascar mises à nu
  • Confédération africaine de football - Victime d’un attentat prémédité, Ahmad riposte
  • Conjoncture - Des problèmes sociaux à régler

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff