Economie

La compagnie minière d’Ambatovy a célébré une année sans incident avec perte de temps (Lti) dans ses opérations depuis le 28 septembre 2015. Cette performance en matière de santé et sécurité est le résultat des efforts constants menés au sein de la compagnie pour instaurer une culture « Santé » et « Sécurité » propre à Ambatovy, à l’endroit de ses employés et sous-traitants, et qui repose sur un leadership dans le domaine de la sécurité.
 Le Salon des produits indiens s’est tenu hier au parvis de l’hôtel de ville, Analakely. Par rapport à l’année dernière, le nombre de visiteurs qui se sont intéressés à cet évènement a connu une augmentation. 
Après une période de fermeture de deux mois en vue d’une exploitation durable, la pêche de crabes dans la Région de Menabe a repris en septembre dernier. La pêche traditionnelle de crabes des mangroves est pratiquée du delta de Tsiribihina jusqu’à Maintirano. Selon le Groupement des exportateurs de  crabes, le potentiel de production de crabes des mangroves (« drakaka ») est de 7 500 tonnes par an à Madagascar. Or, la production nationale est inférieure à 4 500 tonnes par an.
« Quatre étoiles mais de qualité Cinq étoiles ». Ce sont les mots utilisés par Ramon Puig Roches, directeur général de l’« Andilana Hotels & Resorts », une société qui investit dans la création de grands complexes hôteliers en Espagne, en France, aux Philippines et à Madagascar. L’hôtel Gran Urban, construit dans une même qualité et définition que les hôtels à Barcelone (Espagne), se trouve à Ambatonakanga.

« Bush House hotel » - Offre promotionnelle

Publié le mercredi, 19 octobre 2016
L’hôtel Bush House, situé sur le canal des Pangalanes, propose du 24 au 27 novembre prochain un « week-end wellness ». Package demi-pension, animation aquagym, relaxation, balades en forêt incluses, massage et yoga à la demande, transfert bateau,  possibilité de transport entre Antananarivo et Manambato sont proposés aux clients. Cet hôtel est certifié « Fair trade tourism » depuis septembre 2014.
 Telma inaugure deux nouveaux « Telma Shops » à Maintirano et Toamasina. Les clients sont N°1 chez cet opérateur téléphonique. Pour mieux les servir, ce dernier a inauguré au début de ce mois d’octobre le « Telma Shop Maintirano » et le « Telma Shop Streamliner » à Toamasina. 57 « Telma Shops » sont ainsi déployés dans tout Madagascar. Avec l’extension de son réseau, Telma mise sur un service de qualité et de proximité pour les clients de ces zones.
La banque Bni Madagascar est le sponsor officiel du Salon international de l’habitat 2016, lequel se tiendra au Parc des expositions Forello Tanjombato du 20 au 23 octobre prochain. Elle propose aux clients le crédit « taniko » pour l’acquisition de terrain, le crédit « tranoko » pour faciliter l’achat d’une maison, le crédit « tanànako » pour l’achat d’une parcelle de terrain et la construction d’une bâtisse, le crédit « orimbato » pour la construction de biens immobiliers, le crédit « fihoarana » pour les grands travaux et renovations.

Fil infos

  • Aviation - Air Austral, principale fossoyeuse d'Air Madagascar
  • Chaînes publiques nationales - Acquisition de nouveaux matériels
  • Emigration à Dubaï - 9 et 7 ans d'emprisonnement pour des frère et sœur
  • Désengorgement des prisons - Début des audiences foraines à partir du 21 octobre
  • Projet Tanamasoandro - Des mercenaires sabotent
  • Tanamasoandro - Des députés défendent le projet
  • Agression meurtrière par « Za gasy » - Soupçons de subornation de témoin et de corruption
  • « Anti-Tana Masoandro » - Condamner la Capitale à être une commune semi-rurale ?
  • Fuite de sujets du baccalauréat 2019 - 19 personnes incarcérées dans tout Madagascar
  • Assemblée nationale - Vers la libération des deux députés incarcérés

La Une

Editorial

  • IEM prime
    Ambohitrimanjaka déferle des vagues ! Des mouvements de contestation ou des éléments téléguidés perturbent. Le démarrage du grand Projet de la construction de la nouvelle ville « Tana Masoandro » dérange quelque part. On dénonce, dit-on, les remblais surtout ceux qui touchent les rizicultures. Mais, qu'on se le dise ! A priori, leur souci semble tenir debout dans la mesure où il s'agit de « toucher » à leur raison de vivre et peut-être aux intérêts des environs immédiats. Mais de là à refuser « jusqu'au bout » la concrétisation d'un Projet qui servira aux intérêts de la grande majorité, le comportement fait réfléchir.

A bout portant

AutoDiff