Nos archives web

Des taudis en plastique ou en toile de jute en face du centre de santé de base aux 67ha sud. Ce sont ceux érigés par les gens délogés suite à leur expulsion musclée d’avant-hier. « Nous n’avons pas d’endroit où aller. Nos familles et proches n’ont pu abriter que les restes de nos biens, surtout les meubles. Du coup, nous préférons rester ici en espérant que les autorités compétentes et les personnes de bonne volonté puissent nous venir en aide », témoigne une mère de famille, parmi les doyens des expulsés. Ces derniers ont ainsi rejoint les sans-abris de la Capitale, qui dorment à la belle étoile depuis cette semaine. Hier, l’on a constaté la présence d’un camion de l’Emmo-Reg avec quelques éléments fixés pour assurer l’ordre. De leur côté, les délogés ont continué à s’attrouper sur les lieux, devant la surface déjà bien clôturée en tôles pour éviter toute pénétration étrangère.

C’est avec une grande tristesse que les artistes, amis et familles ont appris le décès de Jean Emilien. Il est décédé hier matin, à l’âge de 54 ans suite à un arrêt cardiaque. Jean Emilien est un grand défenseur de la culture malagasy,

 

Frapper et porter la main sur les élèves sont formellement interdits pour aucune raison. Suite à la violence infligée envers une élève en classe de terminale à l’Institution « La Croyance » à Anjanahary, le ministère de l’Education nationale a fait circuler une note de service,

Le parti « Freedom » présidé par Lalatiana Rakotondrazafy, conseillère municipale et chroniqueuse politique de la radio Free Fm, a annoncé son appartenance à l’opposition.

La Une du 06 avril 2017

Publié le mercredi, 05 avril 2017

Tout a commencé vendredi dernier lorsqu’un renseignement fourni à la Gendarmerie dévoile l’intention de deux inconnus à revendre un revolver de 7,65 mm, 5 munitions et un chargeur, le tout pour 5 millions d’ariary. Un piège a donc été monté pour mettre les trois présumés trafiquants d’arme dans les filets des Forces de l’ordre, lundi dernier à Anosy. A la date indiquée, si deux d’entre eux, des militaires en instance d’être réengagés ont mordu à l’hameçon lors de la pseudo-transaction, le troisième larron, un militaire à la retraite fut interpellé à son domicile à Saropody Tanjombato, hier matin. Ce dernier serait le cerveau du trafic. C’est ce qu’a révélé hier un officier au sein de la commande de la Compagnie de gendarmerie d’Imerina central, devant la presse à Ankadilalana. Quant à la mise en œuvre du traquenard par la Gendarmerie, elle a été digne d’un film policier. Toutes les conversations pour fixer le rendez-vous se sont faites par téléphone où les gendarmes ont joué le rôle de clients intéressés par l’arme en question. A Anosy, l’endroit grouillait déjà de gendarmes en tenue civile, un fait que les deux ex-militaires venus pour la transaction, ont totalement ignoré. Lorsqu’un suspect de 33 ans a débarqué sur les lieux, il a été aussitôt interpellé. Quant au second âgé de 34 ans, il aurait flairé le traquenard et a pris les jambes à son cou. Les gendarmes se sont alors lancés à ses trousses. Après quelques moments de course-poursuite, le fugitif a été attrapé près du collège de France à Ankadilalana.
Réseau 
Lors de leur audition, les deux suspects ont évoqué le militaire à la retraite. Les informations circulent que le trio serait encore en possession d’autres types d’armes prêts pour la revente. Ce qui sous-entend donc l’existence d’un réseau dans lequel des ex-membres des Forces de l’ordre seraient trempés. Les récents évènements de Port-Bergé, où 5 autres ex-militaires dans l’attente de leur réengagement ont participé dans un hold-up et dont le préjudice s’élevait à 24 millions d’ariary, pourraient constituer de preuve. A ce stade, la provenance du fusil d’assaut Akm-47 utilisé lors du même braquage, reste donc à élucider. La poursuite des enquêtes sur ces deux évènements, pourrait confirmer ou non le lien avec l’éventuelle existence de ce réseau. Selon certaines indiscrétions, les militaires dont les soldes fournies par l’Etat seraient vraiment dérisoires, sont poussés à chercher d’autres moyens pour arrondir leurs fins de mois.
Franck Roland

La loi sur les marchés publics est en perpetuelle évolution. Le Code du 26 juillet 2004 a été remplacé par celui du 25 janvier 2017. Miarana Razaf, directeur de formation auprès de l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp), explique : « En 12 ans, l’usage des nouvelles technologies de l’information et de la communication comme l’Internet s’est développé. Il importe d’améliorer les méthodes de travail et la gestion dans la transparence. A cela s’ajoutent l’usage du budget de l’Etat et la responsabilisation de la société civile et du secteur privé, la création du comité d’éthique, l’amélioration des procédures et la mise en place du comité de règlement des différends ».

Demain, près de 80 opérateurs marocains opérant dans les domaines des infrastructures, de l’énergie, des nouvelles technologies de l’information et de la communication sont attendus dans le pays. Les opérateurs malagasy sont invités à s’impliquer un peu plus dans la recherche d’investisseurs, de partenaires commerciaux et de profiter des différentes opportunités.

Un rendez-vous incontournable pour les amateurs de défoulement. Chaque week-end pascal,  les habitants d’Antsirabe et ses environs ont le privilège d’accueillir en première ligne le Thb Tour. Cette année encore, l’événement s’y tiendra du 15 au 17 avril prochain avec une grande innovation. Cette 12e édition occupera l’Avenue de l’Indépendance afin d’y mettre plus d’ambiance, mieux maîtriser la sécurité publique et d’assurer la propreté du site. En matière de défoulement, les enfants ne seront pas en reste durant ces trois jours.

Le flou persiste au sujet du dossier Claudine Razaimamonjy. La conférence de presse du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) n’a pas permis de mettre toute la lumière sur cette affaire.
24 heures après son interpellation, les contours de l’affaire restent plutôt flous alors que l’« inculpée » n’est pas n’importe qui. Hier, les hauts responsables au niveau de l’organe de lutte anti-corruption malagasy ont convié les gens des médias à une rencontre. L’objectif était pour les gens d’Ambohibao d’apporter des éclaircissements sur cette affaire fortement médiatisée. Arrêtée dans l’après-midi de lundi, cette conseillère du Président de la République serait encore en garde à vue. Le directeur territorial du Bianco Analamanga, le Général Ratovoson Benjamina de soutenir que cette arrestation est la conséquence d’une enquête longue de plusieurs mois qui a trouvé naissance suite à des doléances de simples citoyens, des concurrents de l’opératrice ou des entités sur des malversations supposées de cette baronne du régime Hvm. 

Fil infos

  • Remaniement - Les natifs du Nord souhaitent intégrer le prochain Gouvernement
  • Premier ministre Christian Ntsay - Deux fois reconduit
  • Nouveau Gouvernement - Le nom du Premier ministre connu dans les prochaines heures
  • 60ème anniversaire du Sénat - Rivo Rakotovao, le nouvel Icare ?
  • Corruption passive et extorsion - Un inspecteur de police écope de deux ans de prison ferme
  • Assemblée nationale - Les membres du Bureau permanent connus
  • Exécutif - Démission du Gouvernement ce jour
  • Dans sa fuite précipitée - Henri Rabary-Njaka a laissé des dettes au pays
  • Présidente de l’Assemblée nationale - Christine Razanamahasoa plébiscitée
  • Dénonciations contre Mamy Ravatomanga - Les machinations du HVM mises à nu par la Justice française

La Une

Recherche par date

« July 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        

Editorial

  • Choix judicieux et responsable
    Selon la tradition républicaine, pour le respect  de la Constitution et en vertu de la démocratie, le Premier ministre Ntsay Christian a remis dans la journée du jeudi sa démission, tout le Gouvernement avec, auprès du Président de la République Rajoelina Andry Nirina qui l’a accepté dans la foulée. 24 heures après, l’Assemblée nationale, à travers la formation politique ayant obtenu le maximum des sièges, a proposé les noms du Premier ministre au locataire d’Iavoloha. Et ce dans le respect de l’article 54 de la Loi fondamentale.  Dès le lendemain, le Président de la République fait son choix en reconduisant au Palais de Mahazoarivo, Ntsay Christian. Jusque- là, le respect de l’Etat de droit marche à merveille. Un bon signe qui cautionne l’avenir meilleur, sous de bon augure ! C’est bien loin le temps où cet Art. 54 du Texte fondamental fut bafoué et violé par un régime dénué de l’éthique…

A bout portant

AutoDiff