Nos archives web

Du charbon bio fait à partir de la bouse fraiche de zébu, d’argile et d’« apombo ». Zo Nomenjanahary Rakotonirina a pu le fabriquer pour sa participation au concours national du meilleur projet innovant contre le changement climatique. « Les impacts du changement climatique sont de plus en plus fréquents dans notre région, où la déforestation ne cesse de gagner de l’ampleur. La population doit couper des arbres pour en fabriquer du charbon, du bois de chauffe ou encore pour construire sa maison.

Attaque en plein jour. Les malfaiteurs ne fixent plus aucune limite pour arriver à leurs fins. Hier encore et en plein jour, le quartier d’Antanimena a été le théâtre d’un braquage. Vers 10h 30 du matin, trois bandits, armé chacun d’un fusil « Kalachnikov », ont braqué une épicerie. « Cette opération n’a duré qu’une minute au maximum », a affirmé la victime. Les bandits ont pris toute la somme se trouvant dans la caisse qui se totalise à environ 150 000 ariary. « Ils ont attendu le moment opportun avant de passer à l’acte », a-t-elle continué. Seule une femme a été présente dans cet établissement à cet instant. A leur arrivée, tous les trois ont tout de suite braqué leurs armes sur les deux patrons du magasin et la femme assise à côté.

Avec Loka Be asaramanitra, Orange Madagascar récompense la fidélité de ses clients, et leur permet ainsi de passer de joyeuses fêtes de l’Indépendance. En effet, grâce au jeu « Loka Be Asaramanitra Orange money », du 5 au 20 juin, les clients de cet opérateur qui ont effectué une transaction Orange money supérieure à 25.000 ariary, ou qui ont effectué l’identification auprès d’un point de vente Orange, reçoivent un ticket éligible de participation à ce jeu. 

Eline Brégera, c’est le nom de la gagnante du premier lot de la tombola organisée par Telma, l’opérateur N°1 de la téléphonie mobile à Madagascar. Une aubaine pour cette veuve résidant à Morondava qui semblait ne pas réaliser ce qui lui arrive, lors de la remise officielle de ce prix à la Galerie Zoom Ankorondrano hier. Un premier lot consistant en une voiture berline  flambant neuve de marque Baic A115, d’une valeur de  40 millions d’ariary, tout juste sortie du concessionnaire. 

Mi-figue, mi raisin.  Les meilleurs boxeurs du continent africain sont présents à la 18ème édition du championnat d’Afrique de boxe qui se déroule du 17 au 25 juin dans la capitale congolaise, Brazzaville. La délégation malgache en lice au championnat d’Afrique de Boxe a dévoilé son premier résultat à l’issue de la quatrième soirée de la compétition. Au gymnase Nicole Oba, Congo-Brazzaville hier soir, Tony Herinaina  a franchi le cap des huitièmes de finale de la catégorie -49 kg. 

La Fédération compte aligner onze athlètes dont six dames et cinq hommes, au championnat d’Afrique d’haltérophilie à Vacoas, Maurice, du 10 au 17 juillet. Quinze haltérophiles sont déjà en regroupement depuis des mois. Par contre, la participation malgache reste encore floue car la Grande île fait face à des difficultés financières. Elle a déjà effectué une sélection préliminaire composée de 10 participants, soit 8 hommes et 2 femmes. Par ailleurs, le président de la fédération malgache, Jean Alex Harinelina Randriamanarivo, était présent, le mois dernier, à Bangkok où s’est tenu le congrès électif de la Fédération internationale.

Les ressortissants de la Grande île ne cessent de faire parler scandaleusement d’eux à l’île Maurice, toujours pour affaire de drogue. Mercredi soir, c’était au tour d’un couple de malgaches d’être arrêté par les douaniers de l’aéroport de Port-Louis et la brigade anti-drogue de ce pays. Motif : trafic allégué de drogue avec en prime du blanchiment d’argent. D’ailleurs, les deux nationaux ont eu à répondre de leurs actes sur ce dernier point devant la Cour de Mahébourg, hier matin. 

Le Rédacteur en chef et le Directeur de publication du quotidien « Free News » vont comparaître aujourd’hui devant la Brigade criminelle, respectivement dans la matinée et dans le début d’après-midi. Pour l’heure, les raisons de cette convocation restent inconnues. Etant donné les fonctions des personnes convoquées, il ne peut s’agir que d’une affaire concernant un délit de presse.

La une du 22 juin 2017

Publié le mercredi, 21 juin 2017

Voilà maintenant 5 jours que le clip intitulé « Atosika tsara » de Gangstabab fait le sujet de discussions et de polémiques sur Internet notamment sur « Facebook ». Avec plusieurs réactions et des commentaires, des insultes, des remarques, mais des fois des encouragements venant de certaines personnes, l’affaire se complique de plus en plus. Apparemment, le clip a été tourné sans l’accord parental des deux filles jouant les rôles principaux, ni encore moins des autres figurantes qui sont également des mineures. Des réactions des parents ont ainsi été publiées sur « Facebook », étant donné que c’est dans cette plateforme d’échange que le buzz a commencé. « Je suis furieux en voyant ma fille dans le clip.

Fil infos

  • Aviation - Air Austral, principale fossoyeuse d'Air Madagascar
  • Chaînes publiques nationales - Acquisition de nouveaux matériels
  • Emigration à Dubaï - 9 et 7 ans d'emprisonnement pour des frère et sœur
  • Désengorgement des prisons - Début des audiences foraines à partir du 21 octobre
  • Projet Tanamasoandro - Des mercenaires sabotent
  • Tanamasoandro - Des députés défendent le projet
  • Agression meurtrière par « Za gasy » - Soupçons de subornation de témoin et de corruption
  • « Anti-Tana Masoandro » - Condamner la Capitale à être une commune semi-rurale ?
  • Fuite de sujets du baccalauréat 2019 - 19 personnes incarcérées dans tout Madagascar
  • Assemblée nationale - Vers la libération des deux députés incarcérés

La Une

Recherche par date

« October 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Editorial

  • IEM prime
    Ambohitrimanjaka déferle des vagues ! Des mouvements de contestation ou des éléments téléguidés perturbent. Le démarrage du grand Projet de la construction de la nouvelle ville « Tana Masoandro » dérange quelque part. On dénonce, dit-on, les remblais surtout ceux qui touchent les rizicultures. Mais, qu'on se le dise ! A priori, leur souci semble tenir debout dans la mesure où il s'agit de « toucher » à leur raison de vivre et peut-être aux intérêts des environs immédiats. Mais de là à refuser « jusqu'au bout » la concrétisation d'un Projet qui servira aux intérêts de la grande majorité, le comportement fait réfléchir.

A bout portant

AutoDiff