Nos archives web

Grâce à un renseignement, la brigade des stupéfiants de la Police Anosy, a été informée sur un transit de stupéfiants entre Anosizato et Antohomadinika, jeudi soir. Les recherches qu’ont effectuées ses limiers ont donc abouti sur l’interception d’un taxi près du pont dit « tetezan-dRamala » à Isotry.

La température en baisse. Après un début de semaine plutôt ensoleillé, le ciel a été moins dégagé depuis hier à Antananarivo. Les brouillards matinaux se sont transformés en un ciel gris et le froid frappe fort. D’après un technicien auprès du service météo à Ampandrianomby, le froid et le vent s’inviteront au week-end de la fête de l’indépendance, notamment dans les Hauts plateaux.

Les Forces de sécurité déploient des dispositifs exceptionnellement costauds pour assurer le déroulement dans le calme et la sérénité de toutes les manifestations rentrant dans la célébration de la fête de l’indépendance. Ainsi se résume l’annonce faite par les hauts responsables militaires pour Antananarivo au cours d’une rencontre avec la presse hier à Ankadilàlana. « Des mesures strictes et fermes sont en place pour nous laisser jouir de toutes les festivités », a lancé d’emblée le Général Njatoarisoa Andrianjanaka, commandant de la Circonscription de la Gendarmerie nationale pour Antananarivo. Les nouveautés technologiques seront mises à contribution pour prévenir et surveiller tout éventuel acte de nature à saboter le jubilé du 57e anniversaire du retour de l’indépendance.

La Une du 24 juin 2017

Publié le vendredi, 23 juin 2017

Le gymnase d’Ankorondrano vibre sous une ambiance de basketball sous les couleurs de Telma, partenaire numéro un du basketball depuis jeudi  au championnat national 3x3. L’ouverture officielle l’a prouvé hier avec l’animation  de Dj accompagné des jeunes artistes de renom de la Capitale. Sur le terrain, le plateau est très élevé. Les techniciens sont dans l’embarras du choix pour  la détection, vu la performance que dispose chacun des joueurs. Rappelons que ce sommet national sert également de détection pour  les joueurs susceptibles de former la première équipe nationale pour disputer le championnat Zone 7 jumelé avec le festival « Sôma Beach » du 17 au 20 août prochain à Mahajanga.

Un tournoi de billard fera le tour de Madagascar à partir de cette fin du mois de juin.  Il s’agit du « Dago Blackball Tour », un tournoi ouvert aux  meilleurs amateurs et professionnels du billard à Madagascar. La première étape débutera du 31 juin au 2 juillet au gymnase couvert de Mahamasina, Antananarivo.  Trois catégories  telles que  « Défi, Dames et équipe de trois ou Open » seront à l’épreuve durant le tournoi. Ce dernier servira à la détection des deux meilleurs joueurs de billard dignes de représenter  Madagascar aux échéances internationales comme le championnat d’Afrique 2018.

Allons-y !

Publié le vendredi, 23 juin 2017

A la veille du grand jour, le 26 juin, date à laquelle Madagascar recouvra, de nouveau, son indépendance, l’effervescence de la fête bouillonne le pays. En effet, le 26 juin 1960, la Grande île redevient pays souverain après avoir été soumise sous le joug de la colonisation pendant plus de 60 ans. Par l’arrêté du 6 août 1896, avec la bénédiction  de l’Assemblée nationale française, malgré le vote  « Non » des 77 députés, Madagascar devint  colonie française.

Exactement comme Claudine Razaimamonjy, elle n’occupait aucune position officielle dans les rouages étatiques mais avait exercé une influence très forte sur l’ancienne Présidente sud-coréenne, Park Geun-Hye, dont elle était la confidente. Elle a mis à profit cette situation pour se livrer à des trafics d’influence et à des magouilles de haut vol et ce, pour satisfaire ses intérêts personnels. Elle, c’est Choi Soon-Sil, qui vient d’être condamnée à trois ans de prison pour l’une des nombreuses affaires judiciaires qui lui tombent sur la tête après que sa protectrice de Présidente fut elle-même destituée puis incarcérée, notamment pour corruption et abus de pouvoir. La patronne d’A&C Palace connaîtra-t-elle aussi le même sort ?

Ressources minières - Un potentiel mal exploité

Publié le vendredi, 23 juin 2017

La terre malgache regorge de richesses inestimables. Pourtant, les Malgaches n’en bénéficient pas jusqu’à maintenant. En effet, si de grandes exploitations minières rapportent des milliards à l’étranger, celles de Madagascar ne rapportent que des miettes. Cette situation est due notamment à la différence des pays quant au suivi des normes. A Madagascar, les outils datent encore de la « préhistoire » et les villageaois qui exploitent les différentes mines se font surexploiter par les prospecteurs miniers, les entrepeneurs et les commerçants alors qu’ils risquent leur vie dans les carrières de pierre. Les rares pierres précieuses qu’ils trouvent ne valent que quelques dizaines d’euros la pièce tandis qu’au Sri Lanka, pour le saphir par exemple, le « patron » revend la pierre à plus de 300 dollars. Madagascar, depuis la fin des années 90, fournit plus de 40 % du saphir mondial. Pourtant, aucune retombée significative n’a encore été constatée dans la Grande île.
La plupart des petits
« mineurs » qui exploitent les terres font surtout ce travail qui est à la fois risqué et peu rentable pour survivre, même s’il y a ceux qui espèrent s’enrichir en œuvrant dans ce secteur.Aucune réglementation. L’extraction des pierres précieuses comme le saphir est régie par le Code minier malgache qui sollicite avant tout l’obtention du permis d’exploitation et la redistribution des taxes vers les Communes. Pourtant, dans l’exploitation
« sauvage » des pierres précieuses, ces réglementations ne sont pas suivies et l’exploitation minière ne rapporte pas beaucoup aux caisses de l’Etat. Il y a même eu un temps où le ministre chargé des Mines et du Pétrole a affirmé que ces « petites » mines sont encore hors de contrôle du Gouvernement. Ainsi, il revoit de les recenser pour mieux réglementer ce secteur. Toutefois, il sera difficile de catégoriser les mines comme celle de Sakaraha ou encore de Bemainty, vu que les villageois qui vivent de la mine sont en grande difficulté. Par conséquent, avec l’ajout des impôts et les démarches à suivre pour l’obtention d’un permis d’exploitation, ces derniers risquent de croupir sous les dettes. Certes, le secteur minier pourra être bénéfique pour Madagascar. Cependant, ce sont les étrangers qui en profitent davantage.
Rova R.

Tsy nisy naratra ireo mpandeha fa ny elatr’ilay fiaramanidina no tapaka. Efa tody soa aman-tsara any Mahajanga ihany koa izy ireo amin’izao fotoana izao, raha niainga avy any ho aty Antananarivo. 

Fil infos

  • Naina Andriantsitohaina - Un mois passé à écouter les doléances des Tananariviens
  • Projet Tana-Masoandro - Tout a été fait dans les règles
  • PDG de JK Group et Sourcin Voyage - Jo Willy recherché pour abus de confiance et escroquerie
  • Echauffourées à Ambohitrimanjaka - Le gendarme blessé toujours entre la vie et la mort
  • Course à la Mairie d’Antananarivo - Ravalomanana infantilise le candidat du TIM
  • Andry Rajoelina à Antsirabe - Le Vakinankaratra se dote d’une université « manara – penitra »
  • Aviation - Air Austral, principale fossoyeuse d'Air Madagascar
  • Chaînes publiques nationales - Acquisition de nouveaux matériels
  • Emigration à Dubaï - 9 et 7 ans d'emprisonnement pour des frère et sœur
  • Désengorgement des prisons - Début des audiences foraines à partir du 21 octobre

La Une

Recherche par date

« October 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Editorial

  • Chance exceptionnelle !
    La session exceptionnelle du Bac (général) débute ce jour mercredi et ce jusqu’au vendredi 25 octobre 2019. Un évènement inédit à Madagasikara depuis la chute de l’Amiral rouge en 199I. Suite à une vague de fuite de sujets des examens du Bac option « général », le Président  Rajoelina Andry Nirina décida d’organiser une session exceptionnelle sur toute l’étendue du territoire national, uniquement pour le Bac (général) et destinée seulement pour les recalés de la session normale. Pour cause, les fuites constatées dans plusieurs Centres d’écrit du pays durant les  sessions du 30 septembre au 4 octobre 2019 causèrent d’importantes perturbations qui, évidemment, provoquaient de graves préjudices  au bon déroulement des examens et portant atteinte à la sérénité des candidats.  C’est une décision juste et légitime de la part d’un dirigeant sensible au souci de son peuple et ce pour corriger les erreurs de certains « ennemis de la Nation ». Un acte délibéré…

A bout portant

AutoDiff