Nos archives web

Huit (8) médecins, internes et stagiaires devant le Parquet. Leur déferrement, qui a duré plus de 5 heures hier à Anosy, fait suite au décès d’une parturiente à la maternité de Befelatanana, dans la dernière semaine du mois de février. Mais après plus de 5 heures d’enquête assurée par le juge d’instruction, l’affaire a finalement été renvoyée auprès de la Brigade criminelle. « Des questions n’ont pas été répondues, c’est pourquoi l’enquête sera de nouveau ouverte mais d’une manière plus approfondie », informe notre source. Les inculpés se composent des membres de l’équipe qui ont assuré la garde durant le jour où s’est passé le drame.

Efa an-taonany maro no nisian’ny posy teto Madagasikara ary mahasarika mpizahantany maro izany. Isan’ny fitaovam- pitaterana tena akaiky ny vahoaka indrindra izy ireo, ary saika hita manerana ny faritra maro. Tsapa anefa fa mihavery hasina ity asa ity, ary tadindomin-doza ihany koa. Mba hanamafisana ny firaisankinan’izy ireo, sy hampahafantarana  ny lanjan’izany asa izany eo  amin’ny fiaraha- monina dia nikarakara hazakazaka posiposy « Mampiray tour 2017 » ny fikambanana mampiray, izay tarihin’ i Randrianarisoa Germain na Rajery Valiha.

La France demeure le principal partenaire bilatéral de Madagascar. L’Agence française de développement (Afd), à travers différents projets dans le pays, a octroyé un financement de 340 milliards d’ariary.

La Banque mondiale a approuvé un crédit d’un montant de 30 millions usd venant de l’Association internationale de développement, ceci pour le renforcement des capacités de l’Institut national de la statistique de Madagascar (Instat).

« Faut-il nous résigner à abandonner la population malagasy dans la grande pauvreté et nous tourner vers d’autres pays d’Afrique ou d’Orient avec lesquels il n’y a pas de souci ? ». C’est en ces termes que le responsable d’une Organisation non gouvernementale (Ong) intervenant à Madagascar depuis 18 ans exprime son accablement. Ceci suite au blocage et à la vente aux enchères de ses containers, l’un contenant des mobiliers et l’autre des manuels scolaires et une bibliothèque de loisirs pour enfants. D’après ses explications, le premier container est arrivé au port de Toamasina en janvier 2015 et a été bloqué jusqu’en juillet sans aucune raison invoquée. « Nous avons réclamé à plusieurs reprises la sortie de ce container, sans succès. Début août 2015, nous avons appris que l’intégralité du matériel avait été vendue aux enchères », témoigne notre source. Le second container, arrivé en juillet 2015, a également subi le même sort.

Quid des complices malagasy ? Telle est la question que se posent bon nombre d’observateurs avertis après la décision de la Justice de Singapour qui a tranché sur l’affaire des 30 000 rondins de bois de rose importés de Madagascar en 2014. La semaine dernière, un homme d’affaires et sa société ont été jugés coupables d’avoir illégalement importé ces bois d’une valeur de 50 millions de dollars américains. La peine que prononcera la Justice singapourienne pour le coupable Wong Wee Keong et son entreprise Kong Hoo reste attendue. L’avocat général a requis 18 mois de prison pour l’opérateur et une amende de 500 000 $ pour le cabinet.

Gravissime !

Publié le dimanche, 02 avril 2017

Larousse définit le mot « gravissime » par « extrêmement grave ». Une situation qui atteint un point ultime de gravité. Le pays végète dans un état de dégradation avancé. La ruine et la déconfiture nous menacent sérieusement tous. Sur le plan moral et économique, les dégâts s’amplifient et atteignent des proportions inquiétantes et préoccupantes.
La recrudescence de l’insécurité… sécuritaire, d’un niveau de cruauté et d’atrocité jamais vécu auparavant, d’abord, pose réellement problème. Nul n’est épargné, sauf peut-être les Palais d’Etat d’Ambohitsorohitra ou d’Iavoloha, ainsi que les autres de Mahazoarivo ou ailleurs.

La Une du 03 avril 2017

Publié le dimanche, 02 avril 2017

Prix des carburants - La hausse se poursuit

Publié le dimanche, 02 avril 2017

Dans la nuit du 31 mars, les prix à la pompe ont encore augmenté.  La hausse est de 40 ariary par litre pour l’essence et de 30 ariary par litre pour le gasoil. Le litre du gasoil s’acquiert actuellement à 3 260 ariary, tandis que le litre de  l’essence Sp 95 est commercialisé à 3 840 ariary. Le prix du pétrole lampant est resté à 2 370 ariary par litre.

La Vérité (+) : Ambatovy organise régulièrement des journées portes ouvertes. Pour quelles raisons ?
Lalaina Randrianarivelo (=) : « A travers les journées portes ouvertes que nous organisons tous les trois ou quatre mois à Antananarivo, Moramanga, Toamasina, nous voulons mettre en exergue qu’Ambatovy est la plus grande industrie de Madagascar. Une telle industrie apporte différents impacts économiques positifs pour le pays. Cette fois, Ambatovy organise des journées portes ouvertes à la Gare de Soarano du 1er au 9 avril. Il y a une certaine confusion entre retombée économique et celle financière. Nous essayons d’expliquer l’ampleur des retombées économiques d’une telle exploitation. L’exploitation de nickel et de cobalt à elle seule constitue 32 % des recettes en devises de Madagascar. A cela s’ajoutent les effets de l’exploitation sur la balance commerciale et monétaire ».
(+) : A part cela, qu’est-ce qui distingue la compagnie ?
(=) : « Les contributions sociales d’Ambatovy se distinguent à travers les fonds d’investissement sociaux, notamment 17 projets d’infrastructures et des projets sociaux. L’aide aux sinistrés après le passage du cyclone Enawo illustre les actions sociales les plus urgentes émanant de la compagnie minière d’Ambatovy. Cette compagnie réalise ce qui n’est pas fait habituellement, c’est-à-dire ce que les autres contributeurs ne peuvent pas apporter. En accord avec le Gouvernement de Madagascar, à travers le ministère des Finances et du Budget, Ambatovy va consacrer 600 millions d’ariary de son fonds d’investissement social afin de venir en aide aux communautés dans ses zones d’intervention touchées par le passage du cyclone Enawo ». « Outre l’aide d’urgence destinée à subvenir aux besoins les plus urgents des sinistrés, entre autres du riz et de l’huile, des fûts capables de stocker de l’eau potable, Ambatovy a appuyé les unités de secours, la réhabilitation des infrastructures, le collecte de fonds et le volontariat des employés de la compagnie,… ».
(+) : Pouvez-vous citer les 17 projets d’infrastructures et les projets sociaux ?
(=) :  « Ces projets sont le projet d’élevage de poulets de chair  baptisé "Harenasoa" , la réhabilitation du marché de "Bazary Be" à Toamasina, la destruction du stock restant d’ammoniac de l’ancienne société Zeren, la réhabilitation du marché de Moramanga, la réhabilitation d’une portion de route à Ambatondrazaka, le projet de gestion des ordures "Moramadio" à Moramanga, le projet de gestion des ordures "Tanamadio" à Toamasina, la création d’une unité de protection civile à Toamasina, l’appui à la Jirama de Toamasina, la fourniture d’équipements pour la Brigade des pompiers de Toamasina, la réhabilitation du lycée technique de Toamasina, la mise en place d’un fonds pour la bonne gouvernance des redevances minières, la réhabilitation du marché de Brickaville, la réhabilitation et la construction d’infrastructures à Toamasina. A cela s’ajoutent la construction d’un laboratoire pour l’One (Office national pour l’environnement) de Toamasina, la réhabilitation du Tribunal de Moramanga, l’achat d’une ambulance pour Moramanga ».
(+) : Quelles sont vos perspectives de développement ?
(=) : « Ambatovy demeure dans la logique d’austérité vu que le cours du nickel reste relativement bas. La compagnie essaie de réduire au maximum les coûts de revient pour éviter les grosses pertes irrémédiables. Depuis novembre 2015, le prix du nickel sur le marché international varie en dents de scie. Cette variation est de l’ordre de 8 000 à 10 500 usd par baril ».
Recueillis par  Donas Hanitriniony Ralay

Fil infos

  • Toamasina - Le « Bazary be » théâtre d'un incendie spectaculaire
  • Lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme - La Grande île obtient le soutien financier de Bill Gates
  • Gestion des affaires nationales - La société civile Rohy à côté de la plaque
  • Libéralisation fibre optique - Le ministre des Télécommunications campe sur ses positions
  • Gouvernance - Le Plan régional de Boeny appliqué à la base
  • Polémique autour du projet « Tana Masoandro » - Quand le remblayage sert l’intérêt général
  • Sahasinaka - 2 enfants tués, 34 personnes blessées dans l’embardée d’un Sprinter
  • Fuite de sujets - Le directeur de l’office sous contrôle judiciaire, un enseignant MD
  • Président Andry Rajoelina à Lyon - « Pas de développement sans système de santé efficace »
  • Culture du privilège - Le mauvais exemple de certains enseignants-chercheurs pointé du doigt

La Une

Recherche par date

« October 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Editorial

  • Soixante-et-un ans !
    Ce jour du 14 octobre, la République Malagasy a soixante-et-un ans. En effet, le 14 octobre 1958, la République malgache est née. Une étape voulue par l'Elysée avant d'octroyer l'indépendance. Il fallait attendre deux années après (1960) pour que le Général de Gaule se décide à le faire. Le Congrès des Assemblées provinciales réuni au lycée Gallieni (Andohalo Antananarivo) approuva par 208 voix pour, zéro contre, 26 abstentions et 6 portés absents l'instauration de la République à Madagascar. Zafimahova, celui qui a présidé la séance, annonça solennellement dans un tonnerre d'applaudissements la « nouvelle » ce jour du 14 octobre 1958 à 10 h 50 tapante (source Wikipédia) tout en restant dans la grande famille de la Communauté française.  

A bout portant

AutoDiff