Nos archives web

Une journée inaugurale mémorable. C’est ce que les amoureux de la balle ovale ont qualifié le début du championnat de la 1ère division d’Analamanga disputé hier au stade Malacam Antanimena. La réouverture de ce temple de la discipline, après des années de fermeture pour cause de  réhabilitation, constitue une des réjouissances du public. Venus en masse pour remplir comme un œuf le stade Malacam, les spectateurs  en ont eu pour leur compte en assistant à des affiches alléchantes durant toute la journée.
Sevrés de compétition depuis des mois, les joueurs s’en sont donné à cœur joie à cette reprise comme si leur vie en dépendait.

A bout du 03 avril 2017

Publié le dimanche, 02 avril 2017

Une petite fille de 3 ans a perdu la vie, tandis que les 16 passagers d’un taxi-brousse Mercedes Benz Sprinter ont été grièvement blessés. Tel a été le sinistre bilan de la sortie de route, survenue la nuit du vendredi, de ce véhicule à Ambalajanakomby, une Commune située à 58 kilomètres de la ville de Maevatanàna.

La célèbre historienne Françoise Raison-Jourde, dans le cadre de la commémoration du 70e anniversaire de l’insurrection malgache (29 mars 2017) a insisté, lors de sa prise de parole à la Sorbonne, le 31 mars dernier, pour l’ouverture des archives sur les affaires de 1947. Parallèlement, à Antananarivo, dans le cadre du colloque scientifique international organisé en leur mémoire à l’« Akademia Malagasy », les 30 et 31 mars, le président de cette institution, Pr. Marcel Razanamparany, a également émis le même avis. Ci-après la synthèse des idées forces des 45 communications présentées et témoignages répartis dans cinq thématiques spécifiques débattues dans les commissions lors de cette rencontre intitulée « Pour l’Etat malgache : libre, indépendant et national ».

En vogue. Le transfert monétaire est désormais le système le plus utilisé pour venir en aide aux ménages les plus pauvres. Le ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la Femme (Mppspf) et ses partenaires s’y lancent ces dernières années, dans le cadre des « Filets sociaux de sécurité » ou Fss.

Un véritable coup de tonnerre.  C’est la réaction qu’ont eu bon nombre d’observateurs à l’annonce du nouveau rebondissement sur la tuerie de Fenoarivo qui a trait à l’aveu fait  par Mamodtaky comme étant le commanditaire.

C’est une affaire vieille de 16 ans qui vient en effet de trouver une issue pour le moins inattendue. En avril 2001, alors qu’ils participaient à une réunion de famille à Fenoarivo Atsimondrano dans la banlieue d’Antananarivo, les membres de la famille Remtoula, des Français d’origine indo-pakistanaise, ont soudain vu des hommes armés faire irruption et qui avaient ouvert le feu. Cinq personnes ont été tuées. Pas de pistes précises. Mais des soupçons pesaient sur Mamod Abass Mamodtaky, désigné par sa femme Anita Remtoula comme étant le commanditaire de cette tuerie. Après 16 ans d’une longue saga judiciaire, il vient d’avouer son crime dans le huis clos de la chambre de l’application des peines de la Cour d’appel de Paris.

Rideau sur le colloque scientifique international organisé à l’« Akademia Malagasy », les 30 et 31 mars, en souvenir des événements du 29 mars 1947. D’intenses débats et échanges ont eu lieu. Leur contenu fera ultérieurement l’objet d’une large diffusion auprès du public, notamment chez les jeunes et les scolaires. Le Professeur François Rajaoson, président du comité préparatoire et également président de la section Sciences morales et politiques au sein de cette institution séculaire, a tiré les conclusions provisoires de la rencontre articulée autour du thème « Pour l’Etat malgache : libre, indépendant et national ».

Son visage est familier des téléspectateurs à Madagascar. Elle, c’est Ando Rochelinah Anjaramalala, la présentatrice des bulletins météorologiques à la chaîne publique Tvm. Mais elle est aussi une talentueuse batteuse qui rivalise de compétence, voire davantage, avec ses pairs masculins. « Le bossa nova, le zouk love, le slow, le funk et l’« afindrafindrao » sont parmi mes prédilections », nous confie-t-elle.

Acte II! Les golfeurs de la Grande île disputent du 15 au 16 avril le second tour du Mercedes Trophy Cup Madagascar. Comme au tour précédent, les franches explications auront lieu toujours  à l’Azura Golf Resort&Spa de Foulpointe où les participants ainsi que leurs accompagnateurs bénéficieront d’un cadre verdoyant et apaisant. A la clé de ce second tour, trois places pour représenter Madagascar, soit les vainqueurs dans les trois séries, à la finale régionale d’Afrique, abritée par la ville de Frankfurt (Allemagne).

Sacrées sexagénaires !

Publié le vendredi, 31 mars 2017

Pour la vie d’un homme, atteindre les soixante ans d’âge c’est le moment de partir à la retraite. Il ne fait plus partie désormais de ce qu’on appelle la « population active ». Pour une association ou organisation quelconque, à 60 ans, on atteint la maturité, certes, mais ce n’est que le début des enjeux et des défis. La Confédération africaine de football (Caf) célèbre cette année ses 60 ans. Un long parcours truffé d’embûches, des hauts et des bas. Elle vient de se doter d’un nouveau président, le Malagasy Ahmad, le désormais ex-président de la Fédération malagasy de football (Fmf). La Caf a encore devant elle un long et complexe chemin à parcourir si elle ambitionnerait d’intégrer le cercle très fermé des « mondialistes », les titulaires de la Coupe du monde, au moins une fois, étant l’apanage des Latino-américains et Européens. Le grand défi que le tout nouveau président doit relever sans oublier, soit dit en passant, la redynamisation et la valorisation de la pauvre petite Fédération malagasy de football (Fmf). Il est grand temps que la Fmf évolue dans la cour des « grands » ! Que les pères fondateurs de la Caf, l’Ethiopien Ato Tessema, l’Egyptien Abdelaziz Abdallah Salem et le Soudanais Abed Mohamed puissent, là où ils sont, « dormir en paix » !

Fil infos

  • Toamasina - Le « Bazary be » théâtre d'un incendie spectaculaire
  • Lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme - La Grande île obtient le soutien financier de Bill Gates
  • Gestion des affaires nationales - La société civile Rohy à côté de la plaque
  • Libéralisation fibre optique - Le ministre des Télécommunications campe sur ses positions
  • Gouvernance - Le Plan régional de Boeny appliqué à la base
  • Polémique autour du projet « Tana Masoandro » - Quand le remblayage sert l’intérêt général
  • Sahasinaka - 2 enfants tués, 34 personnes blessées dans l’embardée d’un Sprinter
  • Fuite de sujets - Le directeur de l’office sous contrôle judiciaire, un enseignant MD
  • Président Andry Rajoelina à Lyon - « Pas de développement sans système de santé efficace »
  • Culture du privilège - Le mauvais exemple de certains enseignants-chercheurs pointé du doigt

La Une

Recherche par date

« October 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Editorial

  • Soixante-et-un ans !
    Ce jour du 14 octobre, la République Malagasy a soixante-et-un ans. En effet, le 14 octobre 1958, la République malgache est née. Une étape voulue par l'Elysée avant d'octroyer l'indépendance. Il fallait attendre deux années après (1960) pour que le Général de Gaule se décide à le faire. Le Congrès des Assemblées provinciales réuni au lycée Gallieni (Andohalo Antananarivo) approuva par 208 voix pour, zéro contre, 26 abstentions et 6 portés absents l'instauration de la République à Madagascar. Zafimahova, celui qui a présidé la séance, annonça solennellement dans un tonnerre d'applaudissements la « nouvelle » ce jour du 14 octobre 1958 à 10 h 50 tapante (source Wikipédia) tout en restant dans la grande famille de la Communauté française.  

A bout portant

AutoDiff