Publié dans Culture

Hommage au prince Ratsimamanga et au Général Rainandriamampandry - Une pièce théâtrale pour clôturer les festivités en beauté

Publié le lundi, 25 octobre 2021

Mémento. Pour terminer en beauté la célébration du 125ème anniversaire de l’exécution du prince Ratsimamanga et du Général Rainandriamampandry, les membres du comité d’organisation de l’évènement parrainé par le ministère de la Communication et de la Culture ont organisé une pièce théâtrale, hier dans la grande salle du centre culturel Ivokolo, Analakely. Intitulée « Singam-bolo nandavo ny vositra », la pièce était écrite et mise en scène par Herizo Randrianarison. Elle a été interprétée par les membres de la STK (« Sampana Tanora Kristiana ») Haikanto de l’église FJKM Ankadifotsy.

Une œuvre retraçant la vie et le combat que les deux héros malagasy ont mené. En résumé, la scène raconte l'apogée de la colonisation française durant la monarchie. Et le soupçon des Français aux deux héros d’avoir encouragé en secret l’insurrection contre les colonisateurs, en 1896, a mené à leur condamnation à mort par un tribunal militaire. Ils avaient été exécutés sur la place d’Antaninarenina par le Général Joseph Simon Gallieni. Une voyage dans le temps où la ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Andriatongarivo ainsi que les familles et descendants du prince Ratsimamanga et du Général Rainandriamampandry ont été conquis par la mise en scène. Pour preuve, le silence attentif de la salle et les applaudissements du public ont largement témoigné la qualité du spectacle.

Guide

L’hommage à ces deux héros nationaux avait débuté par une exposition de photographies à la galerie d’art sise à Ambohidahy, suivie de l’installation d’une plaque commémorative à Antaninarenina, et l'inauguration de la rue portant le nom du prince Ratsimamanga. A la suite de toutes ces manifestations, la ministre de la Culture a martelé que l’Histoire ne doit pas être effacée. Mais par contre, elle doit être transmise de génération en génération. « Il est important, surtout pour les jeunes d’aujourd'hui, de leur faire savoir l’Histoire afin qu’ils puissent les transmettre aux générations futures. Il s'agit d'en faire une mission de recherche et d'éveil », a insisté la ministre de la Communication et de la Culture lors de la représentation qui s’est tenue hier. Il est à rappeler que c’était le 15 octobre 1896 que Ratsimamanga et Rainandriamampandry ont été exécutés à Antaninarenina.

Sitraka Rakotobe

Fil infos

  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !
  • Inondations des plaines d’Antananarivo - 53,2 milliards d’ariary investis en 2017-2020
  • Montée des eaux à Antananarivo - Les remblayages illicites pointés du doigt
  • Décès du Général de corps d’armée Herilanto Raveloharison - La République perd un grand serviteur
  • Réseau de trafiquants démantelé aux Comores - Un projet d’exportation illicite de deux tonnes d’or déjoué
  • Conjoncture - Le FMI insiste sur le volet social et les infrastructures 

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Austérité oblige !
    Pour une fois dans les annales de l’histoire de la République, le Gouvernement serre les vannes. Les dépenses publiques font l’objet des mesures restrictives de deux à trois tours de vis. Les dépenses jugées non indispensables ou non prioritaires ont été purement et simplement supprimées de la comptabilité publique. Des décisions courageuses qu’il fallait mettre sur le compte du numéro Un du pays. Austérité oblige !Les festins et bombances du Nouvel an annulés ! Le maitre des céans supprime depuis janvier 2019 les cocktails à gogo et réceptions copieuses du Palais (d’Ambohitsorohitra ou d’Iavoloha) auxquels des milliers d’invités avaient été conviés. Ce fut une grande première durant les soixante ans de la République. Et pour cause, le besoin de limiter drastiquement les dépenses publiques. La traditionnelle présentation des vœux se voit réduite en simple cérémonie d’échange de bonnes manières de souhaits entre le couple présidentiel, le « Raiamandreny », et…

A bout portant

AutoDiff