Publié dans Culture

Patrimoine de l’UNESCO - L’église catholique d'Ambodifotatra - Sainte-Marie prépare son entrée dans l’Histoire

Publié le lundi, 10 janvier 2022


Un autre exploit effectué par l’équipe du ministère de la Culture et de la Communication (MCC). La ministre Lalatiana Andriatongarivo et ses collaborateurs préparent actuellement l’inscription de l’église catholique d’Ambodifotatra, île de Sainte-Marie au patrimoine mondial de l'humanité de l’UNESCO. Avec les années, cette église a été gravement endommagée pour ne pas dire dans un piteux état, et cela en raison d’un manque d'entretien.  Toutefois, étant donné que cette église catholique est considérée comme un patrimoine national, le ministère de la Culture est principalement responsable de sa protection. C’est pourquoi, toute l’équipe du MCC a effectué des travaux de rénovation, lesquels ont débuté en février 2021, et qui devront se terminer d’ici le début du mois prochain. A noter que ce chantier est financé par le projet PIC (Pôle intégré de croissance). En effet, lors d'une visite qui s’est tenue samedi dernier, la ministre, accompagnée de ses collègues, et assistée par le député de Sainte-Marie, le maire de cette ville ainsi que des responsables au niveau de l'administration locale, ont constaté que la qualité des travaux n'était pas encore entièrement satisfaisante. En conséquence, des instructions strictes ont été données à l’entreprise chargée de l’exécution des travaux afin de respecter à la lettre le contenu du cahier des charges.
Airs
L'église catholique  d'Ambodifotatra - Sainte-Marie est la première église chrétienne érigée à Madagascar en 1837, il y a 185 ans. Elle attire de nombreux touristes en raison de son histoire et fait partie du parcours ou « circuit » proposé aux touristes, celui dit « L’île aux pirates ». Concernant son inclusion, les démarches ont été suivies et ce patrimoine sera bientôt inscrit sur la liste des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO. En mars prochain, des experts issus de l'ICOMOS (« International COuncil of MOnuments and Sites ») inspecteront cette église et mèneront des études préliminaires pour voir si elle possède la soi-disant « Valeur universelle exceptionnelle ». Il faut savoir que de nombreuses études et procédures à long terme doivent encore être établies par le Comité du patrimoine mondial et les décisions sur l’inscription de cette église catholique malagasy seront prises d’ici 2024.
Sitraka Rakotobe

Fil infos

  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !
  • Inondations des plaines d’Antananarivo - 53,2 milliards d’ariary investis en 2017-2020
  • Montée des eaux à Antananarivo - Les remblayages illicites pointés du doigt
  • Décès du Général de corps d’armée Herilanto Raveloharison - La République perd un grand serviteur
  • Réseau de trafiquants démantelé aux Comores - Un projet d’exportation illicite de deux tonnes d’or déjoué
  • Conjoncture - Le FMI insiste sur le volet social et les infrastructures 

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Austérité oblige !
    Pour une fois dans les annales de l’histoire de la République, le Gouvernement serre les vannes. Les dépenses publiques font l’objet des mesures restrictives de deux à trois tours de vis. Les dépenses jugées non indispensables ou non prioritaires ont été purement et simplement supprimées de la comptabilité publique. Des décisions courageuses qu’il fallait mettre sur le compte du numéro Un du pays. Austérité oblige !Les festins et bombances du Nouvel an annulés ! Le maitre des céans supprime depuis janvier 2019 les cocktails à gogo et réceptions copieuses du Palais (d’Ambohitsorohitra ou d’Iavoloha) auxquels des milliers d’invités avaient été conviés. Ce fut une grande première durant les soixante ans de la République. Et pour cause, le besoin de limiter drastiquement les dépenses publiques. La traditionnelle présentation des vœux se voit réduite en simple cérémonie d’échange de bonnes manières de souhaits entre le couple présidentiel, le « Raiamandreny », et…

A bout portant

AutoDiff