Publié dans Dossier

COVID-19 - La performance de Madagascar décryptée par un scientifique

Publié le mardi, 29 septembre 2020

Suite à l'interview exclusive sur pandémie de la Covid-19 qu'il nous a accordée avant-hier (cf. notre édition du lundi 28 septembre dernier), le statisticien démographe, Tovonanahary Rabetsitonta, a accepté de nous livrer d'autres données chiffrées - celles concernant la période allant de juillet à septembre, soit 87 jours - lesquelles attestent, s'il en était encore besoin, l'efficacité dont Madagascar a fait preuve dans la gestion de cette crise sanitaire mondiale. Aux notions plus ou moins techniques qui, même illustrées par des graphiques déjà expressifs, peuvent être déroutantes pour le citoyen lambda, ce maître de conférences à l'université d'Antananarivo apporte des explications pertinentes qui, dans la foulée, permettent de mieux comprendre les faits et appréhender les perspectives dans la Grande île. 

Le taux d'incidence journalière indique l'intensité par jour de la pandémie. Le pic maximal était atteint le 17 juillet 2020 où ce taux d'incidence ou taux de positivité a atteint 79%.  Sur 100 individus testés, 79 sont confirmés positifs.

En fait, le coronavirus se propage avec plusieurs pics mais en "decrescendo".  La courbe tendancielle polynomiale à 6 degrés montre 3 pics en diminution continue : le 17 juillet 2020 à 79%, le 27 juillet 2020 à 59% et le 6 août à 37% .

Depuis le 7 août 2020, le taux d'incidence journalière est descendu à moins de 20%, et actuellement il tourne autour de 10%. Ce taux d'incidence est descendu même à 4% le 13 septembre 2020.

La courbe de tendance montre donc un taux d'incidence journalière se situant entre 5% et 10%. 

Le taux d'incidence cumulée (TIC) retrace d'une manière précise la tendance lourde de la propagation du virus. La courbe de tendance du TIC est approchée par une parabole montrant bien la branche en décroissance après un summum. D'après les statistiques, ce summum était atteint le 30 juillet avec 26% de niveau du TIC. 

Il est donc à retenir le taux d'incidence de 25% comme le seuil d'alerte précoce dans le système de veille de la pandémie.

Actuellement Madagascar montre un taux de guérison de coronavirus de plus de 90%, sur 100 individus confirmés positifs en traitement, plus de 90 sont guéris. Nous pouvons donc déclarer que Madagascar possède un protocole thérapeutique efficace pour guérir la Covid-19. Il est intéressant de consigner ce protocole pour l'améliorer dans l'avenir pour plusieurs expérimentations cliniques.

Ce taux de guérison a dépassé les 50% le 20 juillet 2020 pour s'accélérer rapidement et atteindre le maximum de 94% le 27 août 2020. Il diminue légèrement du fait de la sortie des guéris de la cohorte des confirmés en traitement.

Le taux de létalité ou de mortalité parmi les cas confirmés positifs est généralement faible tournant autour de 1,40%. Le fait que ce taux de létalité augmente légèrement provient du traitement des individus vulnérables et des formes graves.

Quand Ro>1, la pandémie est en pleine expansion, quand Ro=1, la pandémie est stable, quand Ro<1 la pandémie est freinée et en situation de recul.

Epousant l'évolution du taux d'incidence journalière, la vitesse de propagation de la pandémie mesurée par Ro montre plusieurs pics.

Le 7 juillet 2020, le pic maximum de 1,12 a été atteint par Ro, dénonçant une accélération de la vitesse de propagation de la pandémie.

Trois autres pics en diminution constante l'ont suivi : le 11 Juillet à 1,07, le 16 juillet à 1,06 et le 22 juillet à 1,04 .

Depuis le 7 août 2020, Ro est continuellement en-dessous de 0 montrant une courbe de tendance moins accidentée.

Il est donc permis d'affirmer que Madagascar a su maîtriser l'expansion de la pandémie.

Dossier réalisé par Hery Mampionona

Fil infos

  • Mobilisation face au Kere dans le Sud - Les députés offrent 8,5 tonnes de riz
  • Taxes pétrolières pour l’environnement - Détournement de 15 milliards destinés à l’OLEP
  • Lutte contre la Covid-19 - La communication, arme absolue utilisée par l’Etat
  • Village et Rova d’Ambohimanga - Les habitants retrouvent le goût de l’eau potable
  • Présidence de la Confédération africaine de football - Ahmad brigue un second mandat !
  • Assemblée nationale - Le calme plat
  • Pension de retraite pour les députés - Oui mais…
  • Loi sur la communication médiatisée - Les acteurs dans les Régions mis au parfum
  • Pension de retraite pour les députés - Razanamahasoa Christine précise
  • Fonctionnaires fantômes - La coupure des salaires effective

La Une

Editorial

  • Avec ou sans … !
    L’absentéisme. C’est le mode opératoire opté des sénateurs de l’Opposition pour exprimer leur… colère. En effet, Thierry Raveloson, Andriamandavy Riana, Olga Ramalason et compagnie, les sénateurs HVM et TIM, boudent. Ils désertent les séances de la Session ordinaire (la dernière du genre) de leur institution. Un manquement flagrant envers le devoir sacré qu’ils sont censés assumer en tant qu’élus. Et ils sont payés pour ! En droit de leur réclamer des comptes, les contribuables suivent de près la situation. A moins que ces « têtes brûlées » du Palais de verre renoncent à toucher leurs indemnités et avantages divers. C’est à voir !Arrivé en fin de parcours, le mandat des sénateurs se termine mal pour ne pas dire en queue de poisson. En tout cas, les sénateurs de l’Opposition doivent s’attendre à une telle mésaventure. En 2018, au tout début de la campagne électorale, le candidat Rajoelina annonçait déjà la…

A bout portant

AutoDiff