Publié dans Dossier

Festivités au Stade Barea - Démonstration de la fierté nationale

Publié le dimanche, 05 septembre 2021

Des cris de joie, des pleurs, des danses suivant le rythme envoyé depuis la grande scène où se sont produits différents artistes. A cela se résume la grande cérémonie d'inauguration du Stade de Mahamasina rebaptisé « Stade Barea », clôturée par un spectacle de feux d'artifice. Du jamais vu !

 

Presque toutes les personnes approchées ont partagé la grandeur du travail entrepris par l'Etat malagasy afin d'acquérir un tel nouveau stade. Comme l'a bien souligné Ida, une jeune femme de 23 ans, cela a été étonnant de visionner les images partagées sur les réseaux sociaux dernièrement, mais c'est encore plus surprenant d'apercevoir en direct les différentes façades du lieu modernisé. « Quand je venais pour assister à un spectacle, il n'y avait pas assez de places. Actuellement, l'infrastructure a été agrandie, pouvant accueillir jusqu'à des milliers de personnes », s'est-elle réjouie.

Cette grande réalisation du Président de la République a aussi été fortement appréciée par ses partisans. La preuve, à 85 ans, Mama Lucie, accompagnée de deux amies, âgées respectivement d'une soixantaine d'années, toutes membres de l'association TGV Ankarabaoto, sont venues spécialement pour assister aux différentes prestations artistiques et culturelles en marge de l'ouverture officielle du Stade Barea. « Contrairement à notre époque, le stade a connu un incroyable changement. Tout a été rénové. Grâce à notre Président, nous disposons désormais d'un bien public marquant l'unité nationale », s'est lancée Mama Lucie.

Même des jeunes étrangers ont été aperçus sur les gradins au cours de cette cérémonie inaugurale. Timon, Clara et Théodore n'ont pas voulu rater cet important événement dédié à la Nation. « En plus de profiter de belles infrastructures et de découvrir un terrain de football aménagé à 100 %, nous sommes tout particulièrement venus pour supporter nos amis danseurs, membres du groupe "Les traceurs gasy" qui participent à l'animation culturelle », nous ont-il confié.

Comme il n'y a pas eu d'âge pour assister à la cérémonie du samedi dernier, Mélanie, une adolescente de 17 ans, est venue avec sa petite troupe dont Cathicia (13 ans) qui a voulu assister pour la première fois à un spectacle dans ce stade.  Maintenant que l'infrastructure a été réhabilitée, elle veut toujours y faire un tour.

Comme il s'agit d'un stade signé « Barea », de nombreux jeunes footballeurs malagasy ont honoré de leur présence à la grande festivité organisée samedi dernier.

« Vous imaginez que je n'ai jamais joué sur l'ancienne pelouse en 22 ans d'existence. Maintenant, plus que jamais, je rêve d'y mettre les pieds, et surtout d'y jouer en tant que footballeur du club Black Rotsina sis à Ambohidrapeto », s'est confié Tolotra. 

Fil infos

  • Transport aérien - Madagascar Airlines renforce sa flotte avec un Embraer neuf 
  • Douane - Les trafics de matières nucléaires à la loupe
  • Ministre Tinoka Roberto - De l’huile sur le feu de la déception
  • Christine Razanamahasoa - Coup de couteau dans le dos de Rajoelina
  • Développement - « Madagascar peut dépasser ses voisins africains » selon la Banque mondiale
  • Forfait de Madagascar aux jeux de la CJSOI - Que les responsables soient sanctionnés !
  • Hajo Andrianainarivelo - «  L'une des mesures phares pour Madagascar, c'est d'établir une bonne gouvernance ! »
  • Drogue dure - La méthamphétamine s'achète à 150 000 ariary le gramme
  • Coupures incessantes de l’électricité - Les usagers de la JIRAMA se rebellent !
  • Grève du personnel du Sénat - L'adoption du projet de loi des Finances reportée
Pub droite 1

Editorial

  • Quid du sort de l’environnement !
    Le pays se dégrade. Un constat amer pour tout citoyen jaloux de l’avenir de la Nation. A en croire l’article dûment élaboré par notre confrère tout récemment « Destruction de l’environnement » (vendredi 2 décembre), la machine environnementale de la Grande île tourne à la vitesse marche arrière. Un article qui se doit vivement d’interpeller tous les acteurs de développement du pays dont entre autres les autorités publiques, les élus, la Société civile, les mouvements associatifs, les lanceurs d’information, les simples citoyens, la communauté de base, etc.

A bout portant

AutoDiff