Publié dans Dossier

Salon international de l’habitat - L’objectif du redémarrage économique atteint

Publié le dimanche, 07 novembre 2021


Une édition pleine de surprise autant pour les exposants que pour les organisateurs, ainsi que les visiteurs. La 23ème édition du Salon international de l’habitat (SIH) s’est clôturée sur une note positive, hier, au parc des expositions Forello, à Tanjombato. Malgré la crise sanitaire générée par la pandémie de coronavirus, les opérateurs commencent à retrouver petit à petit leur rythme de travail. Ce retour à la normale contribuera à redonner un nouveau souffle à l’économie du pays, qui a particulièrement souffert au cours des deux dernières années. Cette édition a aussi permis de mettre en valeur les offres en matière de logements, sans oublier le talent des artistes malagasy.
Pour cette édition du SIH, les organisateurs ont été particulièrement étonnés par l’enthousiasme des participants. « En comparaison avec l’édition de l’année dernière, nous avons enregistré une hausse de participation de 40 %. De plus, toute la chaîne opératoire du secteur de la construction a été représentée sur les lieux. Il y a eu des éditions en effet où les acteurs dans le domaine de l’aluminium étaient plus prédominants. Cette fois-ci, tout le monde a été bien représenté, offrant ainsi aux visiteurs une panoplie de produits et services adaptés », explique Michel D. Ramiaramanana, président du comité d’organisation de l’événement, en dressant un bilan promoteur de l’événement, hier à Tanjombato. Et cet enthousiasme a été particulièrement récompensé. « Je cite des entreprises au hasard mais les grandes marques comme Makiplast ou encore Hazovato nous ont confié que leurs chiffres d’affaires n’ont jamais été aussi élevés que cette année. Elles ont réalisé beaucoup de ventes au cours des quatre derniers jours. Ces résultats prouvent que l’objectif du redémarrage économique est atteint. Marquer la reprise de l’économie du pays n’est pas aussi simple. En tout cas, nous sommes déjà sur la bonne voie », se réjouit le responsable. De toute manière, pour renflouer ces résultats, un travail collectif doit se faire, notamment dans le domaine du Bâtiment et travaux publics (BTP), sans oublier les autres secteurs-clés. Toutefois, la question de l’urbanisation doit être abordée au quotidien, surtout avec la pression démographique actuelle. Dans ce sens, des projets émergent déjà autant dans le secteur public que dans le privé. « Il faut être en mesure de proposer des logements pour tous et pas seulement pour ceux qui en ont les moyens », conclut Michel D. Ramiaramanana.

Les lotissements ont le vent en poupe…
Nouvelle tendance du moment… Terrains prêts à bâtir, appartements, villas, résidences. Un large choix à la disposition de toute personne désirant avoir sa propre maison. Le désir des familles malagasy d’être propriétaire ne s’est pas estompé au fur et à mesure des années. Au contraire ! Les constructions se multiplient d’année en année. Pour preuve, en moins d’une décennie, la consommation de ciment a doublé à Madagascar. Cette consommation se concentre particulièrement à Antananarivo et Toamasina. Et selon les prévisions des experts dans ce domaine, cette consommation pourrait de nouveau doubler pour les dix prochaines années. De plus, les opérateurs rivalisent d’idées aujourd’hui afin de proposer des produits répondant à ce besoin d’avoir une maison. A cet effet, plusieurs agences font la promotion de maisons ou de terrains adaptés aux demandes des futurs propriétaires. A titre d’exemple, l’agence Max Immo, pour sa part, propose des terrains prêts à bâtir du côté d’Andoharanofotsy. « Il s’agit d’un site haut de gamme, un quartier résidentiel en pleine expansion. Tout a été conçu pour faciliter les constructions et le quotidien de nos futurs propriétaires. En effet, nous nous occupons déjà de tous les travaux de terrassement. Nos clients peuvent alors construire tout de suite leur maison selon l’architecture de leur choix. De plus, les branchements en eau et en électricité se trouvent également à proximité. En ce qui concerne l’accessibilité, nous nous sommes aussi occupés de tout. Il faut noter également que nos lotissements se trouvent à proximité des écoles, des hôpitaux, mais aussi des églises et des épiceries », explique le responsable de cette agence durant le Salon international de l’habitat. Au vu de l’engouement des clients potentiels, Max Immo prévoit d’organiser des visites dès cette semaine pour permettre à ses futurs clients de visualiser leur future maison sur le terrain qu’ils auront choisi.
Quant à la Société immobilière Rundong International Development, avec la Résidence Rundong située du côté de Tanjombato, elle propose des appartements haut de gamme suivant les standards du marché. Lors du SIH, les visiteurs ont notamment déjà pu avoir un aperçu des futurs appartements que cette entreprise est en train de bâtir.
Même si ces lotissements proposent des offres intéressantes, les visiteurs préfèrent encore prendre le temps de réfléchir. « L’achat d’une maison n’est pas similaire à l’achat d’un tennis ou d’un four électrique. C’est un investissement sur le long terme. Il ne s’agit donc pas d’une décision à prendre à la va-vite, et cela afin d’éviter d’avoir des remords par la suite après avoir pris une quelconque décision. J’ai pris connaissance aujourd’hui que les offres sont désormais très étendues dans la Grande île. Après, c’est à moi de peser le pour et le contre pour bien choisir », soutient Gérard, employé dans le secteur privé.

Une plateforme d’expression pour les artistes
La 5ème édition de la Biennale des arts s’est déroulée en parallèle avec cette 23ème édition du Salon international de l’habitat. Les organisateurs ont voulu donner une plateforme dédiée aux artistes pour qu’ils puissent s’exprimer librement. « Les peintres ne sont pas vraiment valorisés à Madagascar. Il nous appartient, aux médias et aux organisateurs d’événements, de faire un petit focus là-dessus. Nous avons une expérience séculaire dans le domaine artistique. Notre esthétique a souvent retenu l’attention des plus grands », soutient Michel D. Ramiaramanana, président du comité d’organisation du SIH. Pour cette Biennale, Mamy Heriniaina Andrianantoaniana, alias Thanus, a pu exposer ses œuvres sur le thème « Multi-expression ». « Ce sont huit tableaux complémentaires. Ils ont pour objectif d’explorer l’humain sous ses états d’âme. Nombreux d’entre nous se mentent à nous-mêmes mais rares sont ceux qui sont réellement eux-mêmes, à l’intérieur comme à l’extérieur. Cependant, chacun peut avoir sa propre interprétation. Chacun est libre », confie Thanus.
Dossier réalisé par Rova Randria

Fil infos

  • Entrepreneuriat - Le Président Rajoelina partage ses secrets pour réussir
  • Arrestation de Raoul Arizaka Rabekoto  - Les autorités judiciaires se contredisent
  • Manifestation à la Réunion - Des « indignés » aux attitudes indignes !
  • Poursuite d’anciens hauts dirigeants - Les députés devant leurs responsabilités
  • Relations bilatérales Egypte-Madagascar - Les grands projets de Rajoelina séduisent Fattah Al-Sissi
  • 21ème sommet du COMESA - Le Président Rajoelina vante les mérites du numérique
  • Sècheresse à Madagascar - L’eau, un produit de luxe
  • Trafic de drogue - La Gendarmerie intercepte 600 kilos de cocaïne pure
  • Exportation de girofle - Crainte d'immixtion des spéculateurs
  • Covid-19 à Madagascar - Inquiétude et peur suite à la hausse des cas de contamination

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Come back tant redouté !
    La bête noire est là de retour. Comme il fallait s'y attendre, la 3 ème vague de la Covid-19, pas forcément du variant Delta, frappe à nos portes et entre sans avoir été conviée. Elle contamine déjà certaines localités du pays. Tout commençait à Ivato lors du premier débarquement du premier vol en provenance de l'Europe ce 6 novembre. Deux cas importés ont été constatés après les tests et contrôles d'usage parmi les passagers. Ce retour pour la troisième vague de la Covid-19 relance le débat sur la pertinence ou non de la réouverture des frontières. Nous étions tous témoins de la forte la résistance des détenteurs du pouvoir, au sommet de l'Etat, concernant l'éventuelle réouverture de notre ciel au trafic international. On garde encore vive dans les mémoires la virulence de la toile quand Iavoloha accorda une dérogation spéciale d'entrée sur le territoire de trois vols conduisant des passagers…

A bout portant

AutoDiff