Publié dans Economie

Crédit bancaire - Moratoire effectif ce mois

Publié le mardi, 31 mars 2020


Inquiet. Certains salariés se sont encore retrouvés avec un salaire amputé en cette fin du mois de mars. Apparemment, les banques n’ont pas encore appliqué leur accord avec le Gouvernement. Pour rappel, le ministère de l’Economie et des Finances a publié la semaine dernière une note concernant les mesures économiques et fiscales pour affronter cette crise sanitaire. La rencontre entre le Gouvernement et le secteur bancaire a permis de mettre en place un moratoire en matière de remboursement d’un crédit bancaire. Ce rallongement de la date de paiement s’applique aux entreprises et aux particuliers ayant contracté du crédit à la consommation et des crédits immobiliers. Les échéances sont, de ce fait, reportées dans les trois prochains mois. Mais en réalité, l’accord n’est pas encore formalisé entre les banques. Toutefois, le moratoire sera effectif à compter du mois d’avril. « Nous n’avons pas appliqué les mesures dans l’immédiat car  il y a encore une organisation interne au sein des banques. Une réunion se déroule entre l’Association professionnelle des banques. Après l’entente entre les institutions financières, on procèdera à toutes les démarches. A noter que chaque banque va encore examiner les dossiers de tous les bénéficiaires. Mais normalement, cette mesure devrait s’appliquer ce mois-ci », a révélé hier une source officieuse auprès d’une banque.
Difficultés financières
Les entrepreneurs et les ménages affrontent tous une baisse conséquente de leur revenu et de leur pouvoir d’achat à cause de cette crise sanitaire. Pour ne citer que le cas des entrepreneurs, les opérateurs touristiques et les entreprises franches sont obligés de procéder au chômage technique de leurs employés. Alors que selon les derniers rapports du baromètre sur l’industrialisation, 68,57 % des industriels ont recours aux services bancaires afin de financer leurs investissements, et 60 % pour les Besoins de fonds de roulement (BFR). Les particuliers, de leur côté, contractent un prêt pour leur consommation, notamment afin de financer les achats de biens et services, comme les grosses dépenses en biens d’équipement. D’autres ont recouru à un crédit immobilier pour les travaux de construction d’une maison par exemple. Cependant, les échéances de remboursement ne tiennent pas compte d’une diminution des salaires ou des chiffres d’affaires. Il faut noter que les banques figurent parmi les réquisitionnés d’office durant cette urgence sanitaire. Les agences d’institution financière restent ainsi au service du grand public malgré les mesures de confinement.
Solange Heriniaina

Fil infos

  • Code de la communication médiatisée - La boucle est bouclée
  • Flambée des cas de Covid-19 en Europe - Crainte sur la réouverture du ciel malagasy !
  • Maire d’Antananarivo - Le grand « moral » de Naina Andriantsitohaina
  • Sénatoriales - De quoi a peur le Groupe du Panorama ?
  • Affaire Raoul Arizaka Rabekoto - L'INSCAE réagit et précise
  • Tovonanahary Rabetsitonta sur la pandémie - « Les mesures préconisées par l'Etat malagasy ont été efficaces »
  • Covid-19 - Le PM expose le cas malagasy à l'AG des Nations unies
  • Descente inopinée à la maison de force de Tsiafahy - Le traitement de faveur de Mbola Rajaonah démasqué
  • Lutte contre la malnutrition - L'usine promise par le Président de la République embarquée
  • Assassinat de Danil Radjan - Des révélations de la famille en vue 

Editorial

  • Immunité et impunité !
    Le régime MAPAR de Rajoelina Andry Nirina s’investit énormément. En moins de deux ans au pouvoir, d’immenses progrès s’inscrivent déjà sur le tableau des résultats. D’énormes efforts ont été consentis et continuent afin d’exécuter, à la lettre, les termes du « Velirano ». Mais, beaucoup reste à faire et le parcours, encore loin et long, parsemé d’embûches, s’annonce âpre et éreintant. Du courage, de la volonté et de la bravoure, il en faut certainement.Le combat contre toute forme de malversation est une lutte de longue haleine. En dépit des tirs aveugles des détracteurs, la bataille bat son plein. Durant la campagne électorale, le candidat n°13 s’était engagé fermement à lutter contre la corruption comme étant la base de toute action destructive. En tandem du mal avec l’impunité, la corruption résiste. Et quand l’impunité croise en chemin l’immunité, le combat se corse davantage. Conscient de l’effet dévastateur, de la gravité sinon…

A bout portant

AutoDiff