Publié dans Economie

Récolte de riz - 40 000 tonnes de production supplémentaire pour l’Alaotra

Publié le lundi, 11 mai 2020

Une estimation positive. La moisson pour la campagne rizicole 2019-2020 a été officiellement lancée samedi dernier, dans la région de l’Alaotra-Mangoro, par Lucien Ranarivelo, ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche. Les riziculteurs et les acteurs de la filière rizicole sont optimistes pour cette saison, plus particulièrement ceux de l’Alaotra. Avec les inondations en début d’année, les producteurs ont été sceptiques. Toutefois, soutenus par les autorités, ils ont su se redresser pour rattraper le coup. La Direction régionale de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche d’Alaotra-Mangoro estime ainsi une hausse de la production de 32 000 à 40 000 tonnes pour cette saison.

« L’année dernière, les riziculteurs ont notamment récolté 508 000 tonnes de paddy, le riz brut. Cette année, cette récolte pourrait atteindre les 540 000 tonnes, et même au-delà. Ces chiffres ne sont que des estimations, mais nous verrons un fois la moisson terminée. Dans tous les cas, la récolte sera bien meilleure que l’année dernière », a soutenu Zaka Randriapeno, directeur de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche de la Région.

Bonnes conditions

Malgré les différents contre-temps et les aléas climatiques, les producteurs ont donc su réagir et s’adapter à la situation. « Effectivement, avec les inondations du mois de février dernier, près de 6 000 ha de rizières se sont retrouvées ensevelies sous les eaux. Pour éviter une mauvaise saison, nous avons sensibilisé les agriculteurs concernés dans la Région tout en leur offrant près de 62 tonnes de semences. Ils se sont donc tout de suite mis à la tâche, ce qui a permis le sauvetage des 5 000 ha. Pour les 1 000 ha restants, c’était un peu plus difficile vu que la surface a été engloutie par du sable, en plus de l’eau », explique ce responsable. Outre les inondations, les conditions climatiques ont été plutôt favorables au bon développement des cultures. Les rizières ont notamment été suffisamment irriguées, et la chaleur était aussi au rendez-vous. En plus, la réhabilitation des deux grands barrages de la Région a également contribué à la bonne irrigation de ces rizières. « D’un autre côté, la culture du riz fluvial a donné de bons résultats. Elle contribue ainsi à l’amélioration des récoltes pour cette année. Nous espèrons que ce rythme sera maintenu, et que la production s’améliorera au fil des années »,  a tenu à préciser un agriculteur. 

Ainsi, la moisson devrait se terminer le 15 juin prochain. Le ministère compte notamment mettre en place un stock stratégique dans les prochaines semaines, en collaboration avec les collecteurs. L’idée étant de préserver autant les producteurs que les consommateurs. Par conséquent, une baisse des prix affichés dans les épiceries est attendue dans les prochains mois.  

Rova Randria 

Fil infos

  • Covid-19 - Relâchement signifie suicide collectif !
  • Déconfinement - Le secteur du transport poursuit sa reprise
  • Incendie à Ankatso II et à Manjakandriana - Des millions d’ariary de perte, aucun mort ni blessé
  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique

La Une

Editorial

  • Nouveau départ !
    Le Triangle du Nord renaît ! En tournée dans cette partie prometteuse mais quelque peu oubliée de la Grande île, le Chef de l’Etat Rajoelina Andry a bien voulu jeter les bases d’un nouveau départ.Il s’agit en effet d’une nouvelle naissance pour Antsiranana dans la mesure où le numéro Un du pays y apporta un nouveau souffle dans les secteurs d’activités dont certains produits font la renommée nationale voire mondiale de la Région. La vanille, à tout seigneur tout honneur, l’ « or noir » du pays, attira toute l’intention du Président. Jusqu’à preuve du contraire, Madagasikara détient le record mondial de la vanille, en quantité et en qualité. Antalaha, le point d’attache de la culture, est la capitale mondiale de la vanille. Ainsi, l’Etat va assister de près la mise en œuvre de la relance effective du secteur vanille. Rajoelina, en réunion de travail avec les opérateurs sur place,…

A bout portant

AutoDiff